Travailler après 55 ans : une vraie tendance!

Travail_Maison_IS Par Sophie Stival

Le travail, c’est la santé. Ne rien faire, c’est la conserver. C’est ce que chantait le défunt Henri Salvador. En 2011, santé ou pas, les gens de 55 ans et plus sont de plus en plus actifs sur le marché du travail. Et cette tendance s’est amorcée il y a déjà une quinzaine d’années.


Vers le milieu des années 90, le taux d’activité des travailleurs âgés de 55 à 64 ans a atteint un creux de 41% au Québec. Ce chiffre s’est par la suite hissé à près de 56 % en 2009 (données compilées par l’Institut de la statistique du Québec). On entend par taux d’activité la proportion de gens actifs (ayant un emploi ou étant chômeur) par rapport à la population totale correspondante.

En 1995, c’était la mode des retraites anticipées, notamment dans la fonction publique provinciale. Vous vous souvenez sûrement des pubs de « Liberté 55 »?

Bien vite, on a compris que pour avoir une qualité de vie à la retraite, il faudrait un meilleur coussin financier. Le concept de « liberté 55 » commençait alors sa descente aux enfers… Les baby-boomers (nés entre 1946-1965) ont aussi été de plus en plus nombreux à joindre ce groupe de travailleurs plus âgés.

Aujourd’hui, on retrouve également beaucoup de travailleurs dans la soixantaine. L’allongement de l’espérance de vie n’est pas la seule explication. Les gens plus âgés profitent également de la tertiarisation de notre économie (secteur des services important) où plusieurs travaillent dans le secteur de la vente au détail, notamment. Ils sont nombreux à travailler à temps partiel et à être des travailleurs autonomes (étude de Statistique Canada).

Avec la pénurie de main-d’œuvre qui s’annonce au Québec, notre économie a grandement besoin de ces travailleurs. Il faut maintenant s’assurer qu’ils sont là par choix. Comment? En se montrant accommodant. Des exemples? En offrant des horaires flexibles, du travail saisonnier, des heures réduites, des avantages fiscaux…

Qu'en pensez-vous? Etes-vous un de ces travailleurs de 55 ans et plus?

30 réflexions au sujet de « Travailler après 55 ans : une vraie tendance! »

  1. J’ai 54 ans et mon objectif est de travailler jusqu’à l’âge de 70 ans … par choix…. à une autre époque … on m’aurait forcé à prendre ma retraite … mais avec la pénurie de main-d’oeuvre qui est à nos portes , je ne devrais pas en subir les conséquences.
    Le seul problème que j’entrevois c’est qu’au Québec, on a la facheuse attitude de discriminer les personnes plus agées et de favoriser la jeunesse. J’ai la chance de paraître assez jeune … mais ça ne suffira pas … il faudra que je me teigne les cheveux …etc
    Mais en même temps, mon groupe d’âge est tellement nombreux que ceux et celles qui voudront nous tasser et nous jeter au poubelle vont avoir des problèmes …

  2. ET BIEN MOI EN 1989 JE DISAIS A MON COMPTABLE QUE LES REGIMES DE PENSIONS DEVRAIT ETRE AUGMENTER.AUJOURD HUI JE M APPERCOI QUE NOS GOUVERNEMENT N ONT AUCUN SENTIMENT DE LA REALITEE.LA SEULE QUI LEURS CONVIENT EST LA LEURS.EN EFET COMENT PEUT ONS AU GOUVERNEMENT SE VOTER DES PENSIONSASTRONOMIQUE ALORS QUE LE SIMPLE CITOYEN LUI AVEC 1000 OU 2000 MENSUEL SEURAIT SUFISANT.DITE MOI ,SEULONS LES STATISTIQUESDE C EST MEME GOU A MOINS DE 24000 PAR ANNEES VOUS ETES SOUS LE SEUIL DE LA PAUVRETEE.MOI JE PRETEMP QUE CELA PERMET JUSTEMENT A NOS DIRIGENTS DE NOUS GARDER SOUS LEURS AILES BIEN ENDORMIS.OU SONT DONC C EST GENS A L INFORMACION OU AUTRES,PLUTOT QUE DE PERDRE LEURS TEMPS AVEC DES NOUVELLES DE CRIMES QUI SE REPETENT SANS CESSE DANS MA TELE QUE JE PAIE.EST CE QUE QUELQ UN EST CAPABLE D ETRE UTILE.

  3. J’ai 56 ans, et j’ai quitté la compagnie pour laquelle je travaillais pour pouvoir jouir un peu d’une retraite bien méritée. Mais voila le hic, ma femme travaille encore . Alors et arrivé ce qui devais arriver, je me suis fait une blonde et une blonde ca coute cher. Je voulais jouir d’une belle retraire, je suis servi en titi. Pour en jouir, j’en jouis et cela presque tous les jours. Et savez-vous quoi, ma femme est de belle humeur, je ne l’achale plus pour faire vous savez quoi….Le bonheur total, mais je n’ai pas le choix, je vais me trouver une petite job a 20 heures par semaines, ca va me permettre de gâter un peu ma blonde

  4. J’ai 55 ans , j’ai reçu un offre pour une retraite anticipé une année de salaire,alors j’ai calculé que si je restais je travaillerais 3 ans pour pratiquement pour rien, alors j’ai accepté ,mais je trouve ça plate en christ, j’ai pas le gout de rien faire et pourtant mon épouse trouve qu’il y a beaucoup a faire dans la maison, je suis a la recherche d’un emploi a temps partiel. Une chance que mon épouse travaille sinon ce serait la guerre.
    Bye

  5. J’ai 54 ans, je travaille dans le réseau de la santé depuis l’âge de 18 ans. J’ai un travail qui est devenu très stressant, demandant et le devient de plus en plus. Je prend ma retraite dans 1 an. Je ne veux pas arrêté de travailler mais le réseau je n’en peux plus. Je ne suis pas la seule dans cette situation. Je vais retourner sur le marcher du travail c’est certain. Je suis certaine que je serais encore très efficace au travail dans un milieu plus serein. Peut être que le privé pourra me permettre d’exercer ma profession plus calmement.

  6. j’avais pris ma retraite a 50 ans et a 55 je suis retourné sur le marché du travail je ne veux plus arreté si non je vais mourir d’ennui. durant ma retraite j’ai voyager j’ai fais plain d’activité benévole et j’ai compris …Je vie avec se sentiment d’utilité profond qui me garde a l’abris d’une fin rapide…

  7. Bonjour
    J’ai 60 ans et je travaille encore même que j’ai 2 emplois
    1 temps plein et l’autre bien entendu partiel.
    Femme seule n’ayant pas de fond de pension ni de reer
    quel autre choix s’offre à moi sinon de travailler afin
    d’avoir une vie décente.
    Heureusement que j’ai la santé.
    Les gouvernements ne prennent pas soin de nous les aînés
    au lieu de donner des millions pour un stade à Québec pourquoi
    ne pas avoir augmenter les pensions de vieillesse et les soins aux personnes
    agées qui ne sont moins autonomes qui ne peuvent plus travaillées
    et subvenir à leurs besoins minimums.
    Francine

  8. Très vrai la discrimination envers les personnes de 50 ans et plus.
    Et ce qui plus est, le syndicat participe à des mises en places des entente des départs des individus de plus en plus jeune ! Syndicat au service de l’employeur.
    Après trente ans de service, mon syndicat a conclu une entente me laissant sans revenu et sans pension ! J’ai 55 ans, edt je n’ai pas accès ni à un emploi ni à une retraite.
    Le Québec est en train de gaspiller ses plus grandes ressources, le savoir faire de son peuple.

  9. Moi j’ai 55 ans et 37 ans de service pour le gouvernement. J’aimerais continuer à travailler mais ce serait par goût car les années supplémentaires n’auront aucun effet sur le montant de ma pension. Si je prends ma retraite et je vais travailler ailleurs au niveau fiscal, je travaille pour rien car je vais payer beaucoup d’impôt. Ayant eu un emploi stressant toute ma vie et élevée des enfants tout en travaillant, j’aimerais avoir un petit travail à temps partiel, pour voir des gens, me sentir utile et augmenter mes revenus.
    Je pense que le gouvernement devrait penser à bonifier les gens qui désirent continuer à travailler.

  10. J’ai 50 ans et j’espère de tout coeur arrêter de travailler à 55 ans. Je crois que nous méritons tous de nous la couler douce pour les 10 prochaines années. C’est les plus belles années et on peut faire ce qu’on veut après avoir travailler toutes ces années. Moi, j’ai réussi à ramasser une retraite confortable avec des petits sacrifices tous les mois pendant 30 ans. J’espère de pouvoir réaliser tous mes projets avec ma famille et mes amis.

  11. Mon conjoint est Chimiste et sans emploi depuis 5 mois , il a 54 ans et c’est pas facile de se trouver un emploi à cet âge-là. Il a fait parvenir au mois 40 CV et a eu seulement 4 entrevues. Personne ne peut rester sans emploi à cet âge c’est encore trop jeune. Le travail garde en vie et en forme. On parle de pénurie de main-d’oeuvre j’en suis pas certaine dans le domaine de mon conjoint.

  12. j ai 64 ans je travail parce que je n ai pas le choix dans une cuisine 40 heure semaine pour arriver a survivre et a 65 ans la pension c est pas assez quand on ai seul

  13. le gouvernement devrait nous plus pour q on puisse au moins moderer de travailler si il pouvais vivre 1 mois avec mon salaire la il verrais c est quoi et apres 65 ans si on travail notre penssion s en va a l impot

  14. Toi qui écrit cet article la je sais pas quel tu as, mais tu me fais penser au jeune imbécile qui travail à coté de moi au bureau.
    Il pense que tout le monde a un gros salaire et un gros fond de pension et il ne cesse de dire qu’on n’est pas à plaindre.
    À 56 ans, un enfant aux études et dans le bas de la moyenne salariale, je pense que c’est pas une TENDANCE mais plutôt une obligation pour bien des 55 ans comme tu nous appelle !

  15. Je dois faire quelques commentaires. D’abord les fonctionnaires ont des pensions.. qu’ils se sont payés en déduction sur leur salaire, ce n’est pas un cadeau. C’est déduit a la source… comme si tu déduis un REER.
    J’ai 51 ans, je vis seule, j’ai une hypotheque, j’ai hâte de prendre ma retraite qui ne sera pas possible avant longtemps. Je suis fonctionnaire avec un salaire fixe ce qui m’aide à planifier au quotidien. Les fonctionnaires qui ont des retraites (70% de leur salaire) ont dû être au service des citoyens et a l’emploi du gouv. pendant 35 ans. Ceux qui ont commencé plus tard auront moins mais auront qq chose meme si tres peu. La vie nous réserve des surprises qu’on a pas nécessairement les moyens… et qui nous font perdre tous nos moyens. Je vous raconte le cas d’une personne qui a su avec ses talents d’administrateur (pas un fonctionnaire) amasser des sommes qui le classent au rang des millionnaires.. Une retraite dorée. Outre la vie de pacha (deux maison… une au sud… une au nord… le luxe a volonté… aucune dette bien certainement…), il en veut encore plus… a mentionné l’injustice de ne pas bénéficier d’une pension du gouvernement. Ces gens habitués de tout avoir au moment même ou le désir surgit, ne se rendent pas tous compte de leur chance. Pour ma part… mon budget est tellement serré que des surprises de 50$ modifient mon épicerie. Imaginez si j’étais malade… Je plains nos jeunes qui doivent planifier l’achat d’une maison… qui n’ont pas les moyens de se payer. Je plains nos ainés qui habitent dans des résidences dont les couts prennent chaque sous qui les adore et plus. (Écoutez les nouvelles.. des Centres coupent des postes de préposés encore ).. j’en reviens tout simplement pas que de manque de personnel.. Le directeur de cet établissement qui prévoit deux services au repas pour contrer le manque de personnel… (c’est ben épais ca…). Qui paiera la facture… ce sont les résidents qui vont devoir avaler leur repas en grande vitesse pour se faire border pour la nuit a 16h ( et t’es mieux de pas faire dans ta couche … car tu vas rester dedans.. et t’as affaires à garder le sourire avec ces préposés qui peuvent te bourasser, parce que pas de temps… quand toi tu n’as que cette activité au programme pour voir du monde… c est manger…… toi tu n as pas de droit… pas le droit d etre agressif car tu vas y gouter..). Je parle en connaissance de cause.. Ma mere a vécu dans un Centre et malgré ma présence quotidienne.. j’ai eu comme réponse a ma demande de changer sa couche… Bien voyons, je viens de la changer… Croyez moi… elle l’a changé….
    Donc le gouvernement laisse tomber ses ainés et les employés qui en prennent soin mais investit 200 000 000 $ pour un aréna… qui desservira une ville en particulier… J’en reviens pas… mais qu’est ce qui se passe dans la tete de nos dirigeants… sont ils enfermés dans des bulles budgétaires… Que doit on faire pour faire changer cet état d’esprit étroit… et réhumaniser les priorités gouvernementales…
    Pour en revenir a la retraite… plusieurs d’entres nous la prendrons. Un minime pourcentage continuera a travailler par choix (besoin de social, entretenir ses facultés cognitives) et la plupart de nous … continueront par obligation pour manger.. et payer son loyer… si la santé est la… car bien de nous ne pourrons le faire parce que malades… épuisés… ou usés. Bravo à ceux qui ont trouvé la bonne formule pour se retirer à l’aise… et courage aux autres… comme moi qui ne peuve planifier leur sortie. Le passé … inchangeable… le futur est virtuel… Vivons le moment présent…

  16. Moi j’ai 54 ans, un fils aux études et 36 ans de service. J’aime ma job, j’ai peur de m’ennnuyer à la retraite et pourtant tout le monde me dit: Pourquoi tu pars pas? Pourquoi tu restes ici? Mais parce que j’aime ça, c’est tout. Ça me garde en vie, je me sens intelligente, utile et le fric que je fais me permets de profiter des belles et bonnes choses au ieu d’Jêtre habillée comme la chiienne à Jacques et toute mal arrangée.

  17. @Linda
    Votre lettre est touchante et remplie de vérités. Ce qui me vient à l’esprit c’est qu’à partir de 1965 et jusqu’a récemment nous nous sommes fait un tas d’illusions sur ce que devais et non ce que pouvait nous donner notre société.
    Nous n’avions pas prévu, je dirais plutôt pas voulu prévoir les différentes crises économiques qui ont causées bien du tort à l’ensemble de la société et aux individus.
    Beaucoup de personnes aujourd’hui sont sans pensions de vieillesses, certaines ont vu des entreprises pour les quelles ils travaillaient faire faillite et ainsi de suite.
    Nous avons surévalué notre capacité économique, nous avons au Québec tenus 2 référendum qui ont causés du tort à notre économie et avec le temps nous avons oublié tout ça en oubliant que les conséquences sont encore là.
    La majorité des jeunes ne comprennent pas les véritables enjeux actuels et ce ne sont pas les politiciens qui vont leur le dire.
    Les jeunes croient en un avenir sans coup durs, dans un sens ils ont raison car c’est important d’avoir confiance à la vie et de foncer pour avancer.
    Pour les politiciens en prenant l’exemple du 400$ millions de Québec, l’important c’est de se faire élire avec un jeux malsain qui est de ne pas toujours dire la vérité. Les finances du Québec sont en mauvais état et on fait comme si de rien n’était.
    La Ville de Montréal est dans le trou de 1.5$ milliards en regard de ces fonds de pension et à nouveau elle demandera à des citoyens qui ont déjà beaucoup donné de donner à nouveau pour maintenir un même niveau de fonds de pensions. Les gens vont se révolté, des fonctionnaires qui vont prendre leur retraite à 55 ans on en verra de moins en moins.
    Je suis outré des 400$ millions de Québec, d’autres voient les choses autrement en croyant que des citoyens de plus en plus taxés et apauvris accepterons qu’on fouille continuellement dans leurs poches.
    Il y a une irresponsabilité sociale dans cette histoire d’amphithéatre dont les premiers a en payé le prix seront tous les citoyens du Québec. Vous verrez avec quelle habilité les gens de Québec feront payer par d’autre l’égo trip de Labeaume dans une période critique et risquée de notre économie.
    Ne vous demandez pas pourquoi nous sommes de plus en plus pauvre.
    Par conséquent ne nous faisons pas d’illusions nos enfants vont travailler jusqu’à 65-75 ans forcés par l’incapacité de notre société à les retirer du travail bien avant.

  18. J’ai 56 ans. je suis à la retraite anticipée du Gouvernement du Québec; on ne voulait plus de moi car j’avais un esprit critique trop fort au goût de mes patrons; ils m’ont donc montré la porte… que j’ai prise ! J’ai un petit manque à gagner que je comble avec du travail à temps partiel, souvent au salaire minimum. Mes deux filles sont toujours aux études et je les supporte financièrement. Les employeurs disent qu’ils sont en pénurie d’emploi mais ne font aucune effort pour nous attirer car il n’aime pas gérer des travailleurs aînés à temps partiel. Ils perdent donc un savoir faire immense et des travailleurs qui pourraient coacher les plus jeûnes avec un art qui choque les patrons trop stressés. Le monde du travail est ainsi fait. Alors, je suis en processus de trouver un nouvel équilibre entre le travail, qui conserve toutes nos facultées cognitives, intellectuelles et sociale et la retraite qui nous permet de revenir vraiment libre de nos actions si la santé est au rendez-vous. A+

  19. @Lucie
    On parle de pénurie de main d’oeuvre selon les gouvernements, dans la réalité les choses sont différentes, dans certains milieux (plusieurs) la rivalité et plusieurs préjugés sur ceux qui ont des cheveux gris existent, je l’ai vécu, et c’est pas un cadeau. La discrimination existe.
    @serge
    Il y a un sage en vous, mais surtout ne vous inspirez pas de -dédé- vous risquez de n’avoir plus personne avec qui vous disputer (ou discuter).
    @momo
    Vous avez raison, la retraite est un concept qui va changer avec le temps, forcé que nous serons pour avoir un minimum décent et aussi par amour pour le travail qui fait vivre vieux.
    @Marthe
    Prenez le temps de réfléchir les jobs à temps partiel devinnent souvent des jobs à temps plein sauf si on travail à son compte. Pesez le pour et le contre.

  20. @ lola
    Tu vois, même ton syndicat pense d’abord et avant tout à lui-même. Il veut renouveler sa base de cotisant par des jeunes … il préfère un jeune qui a de nombreuses années devant lui à cotiser$$$, qu’une personne plus agé et prête de la retraite …. et en plus l’employeur est pas contre lui … tout au contraire …
    Alors la solution .. c’est l’adaptation … il n’y a plus rien de statique et de toute façon ça n’a jamais exister … à part la caste privilégiée de certains fonctionnaires au gouvernement du Québec…

  21. @Marc
    Vous avez raison en ce qui concerne les syndicats, c’est pourquoi personnellement je suis en faveur de l’abolition de la formule Rand.
    Comme le technocrates de la Grande-Allée, les syndicats se sont constitués eux même en caste de pouvoir absolu. Même acculé au pied du mur Québec n’apporte aucune réforme, pourtant urgente, aux fonds de pensions publiques, ce sont nos jeunes qui vont en payer le prix.
    _______________________
    Les choses ne vont pas trop mal pour les Baby-Boomers mais pour les autres rien n’est assuré, aujourd’hui les choses changent rapidement, il faut être prudent et protéger ses arrières.
    Personnellement je pense que le meilleur REER est d’investir dans l’OR, sur 10-20 ans l’Or ne perds pas sa valeur, c’est avec l’immobilier le meilleur refuge, donc ne pas mettre tout dans le même panier.
    L’Immobilier et l’Or et l’épargne constituent de bonnes réserves pour le futur. Sagesse et prudence.
    Les finances du Québec sont a bout de souffle et nous sommes surtaxés et rien ne laisse voir de changements importants d’attitude des Gouvernement et de la population. Triste.

  22. @ Charles
    Le Québec est à la croisée des chemins. On nous rappelle que nous sommes dans une société libre et démocratique … si on se compare à l’Égypte … c’est vrai … et le défi de ce pays est une population jeune très importante … des perspectives bouchées … des dirigeants corrommpus…une répartition de la richesse inexistante et une flmabée des prix à la consommation accompagnée de salaire insuffisant… donc une côte à remontée.
    Si on revient chez nous qu’en est il de la liberté démocratique ?
    Au Québec, trois entités dirigent et controlent totalement l’individu et si vous essayez de sortir des rangs .. vous serez tabassés.
    Premièrement (mais non nécessairement par odre de priorité) le pouvoir de l’argent, la finance, le pouvoir marchand et d’affaires… le monde du cash quoi !
    Deuxièmement les gouvernements et y sont nombreux… fédéral, provincial, municipal et scolaire tant qu’à y être.
    Troisièment les syndicats évidemment.
    On pourrait y ajouter le crime organisé, la mafia, les groupes de pression financés à même le deniers publics ( qui peuvent même faire avorter de projets bons pour la population )
    Mais restons avec ces trois entités ;
    Elles travaillent seules ou à deux ou même à trois … tout dépend si les intérêts sont communs ou non .
    Le but inavoué étant de d’exploiter au maximum ce qu’on appelle la classe moyenne, en fait la classe active …
    Et essayez d’imaginer faire quoi que ce soit en dehors de ces trois entités … c’est impossible …. l’une d’entre elles ou les 2 ou trois à la fois vont vous rammasser.
    Vivre en ermite sur votre terrain à la campagne ? … il faut que votre batisse soit conforme.. sinon la municipalité va … etc
    Et ce qui m’étonne c’est de voir par exemple Wal MArt qui vient à la rescousse des Québécois.
    Revenu disponible de plus en plus réduit à cause des taxes et des impôts pour le consommateur et le pouvoir marchand s’ajuste …. en écrasant tout sur son passage … les commerces locaux etc …
    Comme vous le savez il y a des états américains ( New York etc) qui refusent la venue de ce géant … et oui les méchants capitalistes, afin de préserver l’économie locale.. pour combien de temps encore .
    Mais nous on l’accueuille à bras ouvert … ( nous le québec de gauche ) … on a pas le choix … peu de revenu disponible
    Et miracle ça fait l’affaire des gouvernements…qui peut dire … vous voyez vous pouvez vivre et consommez sans problème … alors nous on peut encore vous imposer et vous taxez ET SURTOUT NE RIEN CHANGER DANS NOTRE FAÇON DE FAIRE … GASPILLAGE ETC.
    Alors le gouvernement est content , Wal mart est content ( on tue la concurrrence ) et la population est contente.
    ET LES SYNDICATS EUX ?
    HEU ! Heu! … souvenez vous … eux aussi … ils font partie des trois entités qui dirigent le Québec… Alors évidemment ils veulent leur part du gâteau… et il essayent de syndiquer ces emplois ( aille ça ferait des belles cotisations !) ah oui ! du commerce de détail … toujours descendre plus bas .. la devise des syndicats.
    Évidemment là on se heurte à la philosophie même de l’entreprise…et s’il gagnent … wa-mart va augmenter ses prix ( juste au Québec)
    ET ENCORE UNE FOIS LA CLASSE MOYENNE VA SE FAIRE BAISER !
    VOILÀ !

  23. Henri Salvador a aussi écrit dans la même chanson:
    Les prisonniers du boulot
    Ne font pas de vieux os.
    Ils bossent onze mois pour les vacances
    Et sont crevés quand ils en ont, ben, ils sont morts!
    Maintenant, dans le plus petit village,
    Les gens travaillent comme des sauvages
    Pour se payer tout le confort.
    Quand ils en ont, ben, ils sont morts.

  24. @Marc
     »Le Québec est à la croisé des chemins ». A mon sens oui. Mais le choix nous l’avions il y a 15 ans lorsque Lucien Bouchard était au pouvoir. À cette époque la Suède parfait modèle de sociale-démocratie à fait volte face.
    La Suède à fait les réformes douloureuses qui s’imposaient vers 1993-94 aujourd’hui elle est en santé financièrement et le Québec quète falacieusement des milliards à Ottawa plutôt quer de faire les réformes qui s’imposent.
    Walmart pour moi c’est de la rapine, tire les salaires vers le bas maintient ses employés, des femmes surtout, dans la misère avec sa politique de réduire les heures à 28h/semaine.
    N’importe qui peut se tranformer en personnage malhonnête ou demeurer respectable et travailler pour le bien commun, chacun reçoit sa récompense bonne ou mauvaise, c’est le Karma.
    J’ai suivi la commission parlementaire anti-Péladeau sur la loi anti-briseur de grève, c’est une question d’équilibre, le Québec doit apprendre le juste milieu, ici les syndicats mène le bal.
    Ce que l’on peut se souhaiter pour les 10 ans à venir: des Gouvernements courageux, Péquistes ou autres.
    Les réforme des pensions devraient être autre chose que des augmentations de cotisations, comme repousser la retraite à 65 ans pour tout employés civile.

  25. ils le font parceque etre au contact d’autres etres humains produit des processus dans le cerveau qui les fait se sentir bien et les empeche de deprimer, car le plus souvent dans leur propre famille leurs enfants et petits enfants ne s’en soucient plus. Ce n’est qu’une drogue pour ne pas reflechir et ne pas constater le non sens de l’existence.

  26. Moi je cherche un emploi depuis fin 2011 et toujours rien. J’ai 58 ans, il faudrait passer un message aux employeurs que les cheveux gris c’est pas contagieux. Si je rentre dans une entreprise ou endroit publique, ceux qui sont là n’auront pas les cheveux gris automatiquement. Ca s’attrape pas you ouuuuuu. Nous faisons partis des pestiférés malheureusement. On fait beaucoup d’agisme au Québec. Encore moins me teindre les cheveux. Habituez vous d’en voir sinon ca va coûter cher en Bien être social dans un avenir très très rapproché.

  27. Ben oui pas surprenant lors des entrevues est-ce que les interviewers ce sont cachés en dessous du bureau de peur d’avoir les cheveux gris? Incroyable…..

Les commentaires sont fermés.