Doit-on financer nos écoles privées?

9067E5539D358E4A8D6047FFA318BPar Sophie Stival

Le PQ relance sur la place publique le débat du financement de nos écoles privées. La proposition de la ministre de l’Éducation Marie Malavoy de cesser les subventions aux écoles qui sélectionnent leurs élèves est assez maladroite. 

Les discussions animées qui l’accompagnent ont toutefois leur raison d'être puisque Québec verse à un élève qui fréquente un établissement privé (primaire ou secondaire) 60 % de ce qu'il lui en coûte dans son réseau public.

Doit-on cesser de financer nos écoles privées?  

Anciennement, nos institutions d'enseignement étaient entièrement privées et réservées aux riches. C’était des religieux qui les contrôlaient. Avec le temps, nos écoles se sont démocratisées. Un réseau d’écoles primaires suivies d’écoles secondaires a vu le jour.

Les établissements privés ont perdu leur légitimité et leur financement par la collectivité a diminué jusqu'au niveau d'aujourd'hui. Rappelons que cinq provinces canadiennes financent leur réseau scolaire privé. Notre voisine l'Ontario n'offre aucune subvention aux écoles privées.

Plus de sous au réseau public?

Certains affirment que couper ces subventions redonnerait des sous à nos écoles publiques. D'autres disent plutôt que le gouvernement épargne 40 % des coûts annuels puisque ce sont les parents qui déboursent le solde. 

La vraie question à se poser : combien d'enfants se retrouveraient dans le système public si ces coûts étaient entièrement supportés par les parents? En privatisant entièrement les écoles privées, il en coûtera plus de 10 000 $ par an pour ces parents. Bien des écoles redeviendraient entièrement publiques et l’État assumerait le coût entier de ces nouveaux élèves dans son réseau. 

Présentement, la classe moyenne peut parfois, en se serrant la ceinture, envoyer ses enfants dans le réseau privé. Sans cette contribution de l'État, seule l'élite pourrait se l'offrir. Une poignée d’écoles privées enseignerait à une infime minorité. 

Les tenants de ce double système invoquent aussi une plus grande concurrence des deux réseaux. On n’a qu’à penser aux vocations des écoles publiques qui sont de plus en plus nombreuses et variées. Je pense notamment aux écoles internationales.

L’accès aux doués seulement

Puisqu'il faut passer des examens d'admission pour entrer dans un établissement privé, seuls les plus doués y ont accès alors que c'est l'ensemble de la société qui débourse la subvention. À l'opposé, l'absence de « petits génies » dans le réseau public ne permet pas d'enrichir la majorité de leur présence (diversité, hausser le standard général). Ces arguments en faveur d’une école entièrement publique méritent quelques mises au point.

D’abord, il est faux de prétendre que les notes aux examens d’admission sont les seuls critères de sélection des écoles privées. Bien sûr, quelques écoles dans nos grands centres ont cette réputation. Mais il existe aussi de nombreuses écoles privées où les premiers inscrits sont les premiers choisis. Il suffit d’avoir 60 % ou 65 % à l’examen pour être accepté. Alors que dans certaines écoles publiques (écoles internationales), la demande est si forte que l’examen d’admission, qui est très difficile, est le principal outil de sélection.

Solutions

Si on veut permettre à certains enfants avec des troubles d’apprentissage d’accéder au privé, obligeons les écoles privées à garder une partie de la subvention pour offrir du support à ces élèves. Si elles n’en acceptent pas, elles n’ont pas droit à ce 10 %, par exemple, de subvention. Peut-être qu’elles refileront une partie de la facture aux parents, mais ça sera encore avantageux pour une majorité. 

Quant à l’abolition des examens d’admission, je crois que c’est un faux débat. Il faut trouver l’école qui convienne à chaque enfant selon ses besoins et ses aptitudes. La sélection permet aussi aux élèves qui ne sont pas aptes à suivre un programme de sport-étude, d’art-étude ou académiquement plus rigoureux, d’éviter un échec ou le décrochage.

Doit-on cesser de subventionner les écoles privées qui sélectionnent leurs élèves? Est-ce un faux débat?

48 réflexions au sujet de « Doit-on financer nos écoles privées? »

  1. Si l’objectif est de sauver de l’argent, ce n’est pas une bonne idée, car le 60% de financement de l’état a l’école privée est moindre que si ca serais dans une école publique. Les salaires et conditions pour le personnel non enseignant n’est pas le même au privé et au public, les écoles privée sont souvent sinon toujours plus petite que les grosse polyvalente, donc un sentiment d’appartenance plus grand et moins considéré comme un numéro.
    Demander aux écoles privée d’augmenter les admission de jeune avec difficultés, je suis d’accord,l’encadrement est supérieur dans le privé, plus proche du professeur.
    Il y a assez d’argent dans le publique pour l’instant, par contre il y a trop de dépense ou de frais qui sont payé qui ne vont pas au service de l’étudiant. Comparé le décrochage scolaire privé et publique, les activités, le sport, le 40% que les parents payent, est mieux investi et/ou mieux gérer surement.
    Dans la région de l’Estrie il y a plus de 12 écoles secondaire privée, et pourtant ils n’ont pas de commission scolaire pour leur dire quoi faire, juste une association qui se rencontre a l’occasion pour discuter de certain enjeux.
    Les parents qui décident d’envoyer leurs jeunes au privée ne sont pas tous riche, ils font des sacrifices pour la plupart, et ne pas oublier qu’ils payent le même impot que les autres mais doivent payer le 40% restant que l’état ne finance pas. La majorité ont adopté un code vestimentaire pour éliminer l’intimidation, et de facon générale, l’initimidation est presque absente, mais il y en a malgré tout.
    Faut par contre couper les subventions au école qui sont de nature religieuse, car ca va contre notre choix de société d’être neutre a l’école.

  2. Moi je pense que c’est une mauvaise idée. Dans le système public actuel, un petit génie a eu l’idée de mélanger les élèves les plus « fort » avec les élèves les plus « faible » dans une même classe ce qui vas nous mener vers ce que mon prof appelait l’entenoir de l’imbécillité. Laissons les élèves les plus doué de côté, ils n’en ont pas besoin. Pire encore, forçons les à ralentir leurs apprentissage pour aider les plus faibles à améliorer le leurs ce qui aura pour effet de tirer vers le bas ceux qui sont fort, de tirer vers le haut ceux qui sont faible pour qu’ils soient tous moyen !!! Après tout, nous sommes tous pareils dans notre petit Québec. Pas de fort, pas de faible, que des gens dans la moyenne !!!
    L’autre point c’est qu’il y a une corrélation entre élève en difficulté et revenue familiale. La majorité des élèves en difficultés, ceux qui sont des cas à problème, viennent de familles « pauvres ». Donc, la majorité d’entre eux ne sont pas dans des écoles publique parce qu’ils ont été refusé au privé mais parce que leurs parents n’ont pas les moyens de les envoyer au privé.
    Je crois même qu’en arrêtant de subventionner les écoles privés, cela aura pour effet de surcharger le réseau public car ceux qui avaient les moyens de payer 5 000$ pour envoyer leurs enfants au privé n’auront pas les moyens de payer 10 000$ donc ils enverront leurs enfants au public.

  3. je ne croyais pas que le gouvernement subventionnait le privé.
    est-ce que le gouvernement subventionne les médecins au privé? je ne crois pas , a moins que je ne sois pas encore a date.
    si le gouvernement ne subventionne pas les medecins au privé, pourquoi subventionne-t-il les écoles privées?
    ce sont des entreprises privées donc là pour faire de l’argent. est-ce que le gouvernement subventionne toutes nos entreprises privées?
    aidez-moi à comprendre notre système.
    Dans ma pensée le gouvernement devrait couper complètement les subventions des écoles privés et prendre cet argent pour auguementer le financement de nos universités.

  4. Sylvain a raison. Plusieurs familles font d’immenses sacrifices pour envoyer leurs enfants aux écoles privées. Il ne faut pas les pénaliser outre mesure. Ceci étant dit ! C’est un vote de non confiance pour le système public.
    Je pense qu’il n’est pas inexact de penser que plus les frais de scolarité sont élevés, plus les barrières à l’entrée sont grandes, plus cette école est élitiste, moins elle devrait avoir droit à des subventions.
    Je pense qu’il faudrait monter de toute pièce un système privé gratuit pour les quartiers défavorisés. En dehors des commissions scolaires existantes. En commençant à zéro ! Nouveaux profs, nouveau curriculum, minimum d’administrateurs, l’emphase sur le sport et les techniques d’enseignement de pointe, à savoir, le moins d’intervention humaine possible. Cette intervention devrait être limitée à l’encouragement, l’accompagnement et à l’encadrement.

  5. J’oubliais de vous dire que lorsqu’il y a un petit géni dans nos écoles publiques il n’est pas à coté des autres et souvent appuyé fortement par des travaux supplémentaires donnés par les profs. n’oubliez pas que nos écoles publiques comblent nos besoins dans l’enseignement. lorsque je suis allé à l’université , ce n’était pas seulement des gens du privé qui étaient là. a mon avis , nous avions plus d’étudiants qui venaient du publique que du privé et moi je ne voyais pas de différence dans les connaissances entre nous.
    parce que nous avons la gratuité scolaire au québec, tout le monde peut se rendre à l’université.
    alors le petit géni pauvre peut se rendre à l’université .

  6. @MOMO
    C’est certain qu’il doit avoir plus d’étudiant provenant du public par rapport au privé dans nos université, il y en a plus au public.
    Le but n’est pas d’être plus instruit en allant au privé, mais d’avoir un sentiment d’appartenance, d’etre dansun millieu plus propice à la réussite étant donné la proximité entre l’étudiant et le personnel.
    les professeurs sont plus proches de leurs étudiants, donc diminue le risque de décrochage, la matière est la même, c’est le MEQ qui décide des programmes et des examens provincial, l’école ne sert qu’a donner un millieu de vie, une méthode, des compléments d’éducation.
    Les activités sportive et parascolaire ne sont pas tous inclus dans le privée, tout comme l’école public, certaine activités doivent être payer en suplément de l’inscription.
    La subvention de 60% ne sert qu’a payer la portion de salaire des professeurs, je ne connias pas beaucoup d’école privée qui roule sur l’or, ils doivent a chaque année se débrouiller pour arriver dans leur budget, au public il demande plus d’argent a la commission scolaire quand il en manque, au privée l’école doit demander plus au parent, et si c’est trop, il perde des clients, si ils perdent trop de clients, il ferme et font faillites comme c’est arrivée a Compton en Estrie.
    Autrement dit au privée, la direction doit rendre des comptes aux parents qui payent pour le service,
    Au public, personne n’est responsable des déficits, aucune imputabilité.

  7. Trop de subvention va au privé et pas assez au public, je paie pour le reseau public et non pour le prive.
    Mes 2 garçcons fréquentent le réseau public et n’ont meme pas de dictionnaire en classe sans compter que certain professeurs n’ont meme pas de diplome pour enseigner, faute de subvention public. Les études public niveau secondaire sont tres médiocre depuis une quinzaine d’années car trop d’argent v au privé.
    T’est pauvre mange de la marde et je paie pour le public non pour le privé. Ou est la logique. Toujours les moins nanties qui paient por ces foutu riches.
    J’ai fait mes études au public et je détient un DES,AEC,DEC et maintenant j’étudie pour un diplome d’étude professionnel.
    Un jeune d’aujourd’hui au public a de la difficulté à obtenir son diplome d’étude secondaire à cause de la mediocrité de l’enseignement et de l’équipement non renouveler et manquant,
    ALORS POURQUI JE PAIE.

  8. Une seule hypothèse
    Demain matin, les écoles privées ferment.
    Où et à quel prix, le système public logera-t-il ces nouveaux écoliers?
    Nouveaux établissements, conventions collectives à arrimer pour le nouveau personnel,etc

  9. Personnellement mes 4 enfants sont allés à l’école privé au secondaire et j’en suis satisfait jusqu’a un certain point. Il y avait un encadrement et de la discipline qui a fait en sorte que mes enfants non pas décrochés et ils ont bien terminés le secondaire. Pour ce qui est du côté académique, je n’ai pas trouvé là les meilleurs professeurs juste correctes, quand tu n’as pas de discipline à faire en classe c’est plus facile de donner ta matière, aujourd’hui lorsque j’en discute avec mes enfants, ils ont observés avoir appris mais lorsqu’ils sont revenus dans le secteur public au CEGEP, ils leurs manquaient quelques bases.
    Pour ce qui est des examens d’entrée, je pense que c’est de la foutaise, à partir du moment que la famille à un pied dans une école privé les autres membres n’ont pas de difficultés à se joindre.
    Pour ce qui est du financement, il est vrai que je n’aurais pas été capable d’envoyer mes 4 enfants à l’école privé si le gouvernement ne le financerait pas. Mais si le réseau public serait plus encadré et que la discipline reviendrait comme au privé, il y aurait surement moins de décrochage scolaire et moins d’intimidation. (quoique l’intimidation y en a aussi au privé)

  10. moi ma fille va école non subventionnée, ça coûte 10.000 et plus moi et ma femme on se sert la ceinture pour notre fille et les écoles subventionnées font une sélection, enfant du prof du concierge enfant des anciens élèves mais mes taxes merci

  11. Me Beauregard,
    Tentative de réponse à votre hypothèse. La réponse est dans votre question. L’État ne logera plus les étudiants ! P-e pas demain matin, mais surement de mon vivant !

  12. Arreter les subventions au privée!
    je paye 100% de mes impots et c’est gratuit au public
    je paye 100% de mes impôts et il donne 60% au privé, donc une économie pour la société
    car de toute facon ca devra être payer à 100% par le gouvernment si tous vont au public.
    C’est comme les fusions municipale, maintenant tous ont la même facturede taxes foncières et elle est plus hautes qu’avant, plus de convention collective à la hausse.
    Mais moins de services, plus de corruption possible, moins de proximité avec les élues, plus loin du pouvoir décisionnel.
    Imaginer maintenant avec les écoles fusionné public et privée, vous croyez à une économie d’échelle, a une qualité supérieur d’éducation, a une proximité avec le personnel enseignant, a un sentiment d’appartenance, a moins d’intimidation?
    Deux entreprise privée qui se fusionne= économie d’échelle, oui il y a perte d’emploi, mais deviens plus performante pour assurer sa survie.
    Deux entités de gouvernement (tous les palliers) qui se fusionne, augmentation des couts de toute sorte, augmentation du personnel, fusion des convention collective vers la plus payante pour le syndicat, et surtout service au contribuable à la baisse.

  13. Subventionner les écoles privés c’est justement permettre aux moins nantis de se payer une éducation de qualité supérieure à celle que le public a à offrir. Le gouvernement doit offrir un minimum en éducation…pas nécessairement rivaliser avec Harvard !!
    Subventionner un système privé qui donne de la qualtié et qui permet à un pays de se batir une élite est essentiel sinon le pays perd son élite et est voué à la pauverté…On a qu’à voir les pays d’Afrique ou mêm la Russie ou l’état a tou pris en charge et nivelé vers le bas…Alors l’élite est partie ailleurs chercher ce qui leur convient.
    Il faudrait se débarasser un fois pour tout de notre syndrome du petit Québécois jaloux de celui qui peut se permettre un peu plus. Il faut assumer que notre pays doit se batir un étlite sociale et ce n’est certainement pas en empêcheat nos gouvernement d’aider les famille de classe moyenne à accéder à l’école privée qu’on y arrivera. D’ailleurs il faudrait qu’on se réveille et réalise que tout ce que le gouvernement touche est pourris que ce soit la santé, l’éducation les routes etc alors qu’au privé la plupart des choses fonctionnent comme sur des roulettes. Il faudrait qu’on arrête notre paranoya collective face au privé…Au privé on a des comptes à rendre sinon on fait faillite…Au public…on s’installe à vie sur notre steak et on s’en fout…suffit simplement d’essayer d’obtenir un rendez-vous avec un professeur du piblic pour le réaliser..c’est presque’aussi difficile que de rencontrer le premier ministre.

  14. En tkas, une des raisons que le premier ministre de l’Ontario a remis sa démission est son incapacité d’obtenir des concessions du syndicat des professeurs. Même pas un gel des salaires. Ouch ! Les professeurs pensent p-e que des déficits provinciaux de l’ordre de 14 milliards. Ad vitam eternam et le maintien de 72 commissions scolaires. Vous avez bien lu. 72 ! Est du domaine du réalisable. Ça va chauffer en ONTARIO et ensuite ici même au QWEBEC

  15. Petite précision pour CoCoRiCo : Ce n’est pas vrai que la matière est la même au public et au privé et que c’est le MEQ qui dicte la ligne à suivre, le MEQ ne fait que donner les compétences requise pour passé l’examen qu’il produit. J’ai fait mon secondaire 1 à 3 au privé et mon 4 et 5 au public. Quand je suis arrivé au public en secondaire 4, en math, en science physique en histoire et en français, j’avais déjà vue plus de 50% de la matière (en français, en secondaire 5, le livre de lecture obligatoire était un livre que j’avais lu en sec 2 en lecture obligatoire). Je peut vous dire que je me la suis coulé douce cette année là !!! Au niveau de l’encadrement, comme quelqu’un l’a dit ici, au privé tu doit marcher les fesses serrées et comme les profs n’ont pas de discipline à faire, ils peuvent mettre plus de temps sur l’encadrement des élèves.

  16. @Pat Collin
    Je ne sais pas dans quelle école vont vos enfants mais moi dans toutes les écoles que j’ai fait, 2 privé et 3 publique, il y avait toujours des dictionnaires dans les classes, le même équipement dans les salles informatique et tout mes profs avaient un diplôme en enseignement. C’est peut-être votre école qui ne vaut pas de la m***e. Et quand vous dites « C’est toujours les moins nantis qui paient pour ces foutu riches » de grâce, réfléchissez 30 seconde avant de parler !!! C’Est quand la dernière foie que vous avez payé 25 000$ d’impôt ??? Les foutus riches, comme vous dites, n’ont pas droit aux crédits d’impôt, au RQAP et autres programme qu’ils payent sans en avoir droit. Nous nous rejoignons sur un point, la qualité de l’enseignement a énormément diminué depuis quelque temps et ceci pour 2 raison. 1) Le prof n’est plus le seul maître à bord dans sa classe. Il y a toujours 2 ou 3 parents finfino qui se croit mieux que les autres et qui pensent que leurs enfants est parfait et que si il y a un problème, c’est forcément la faute du prof. 2) La façons de voir l’enseignement. Moi quand j’étais au secondaire, il y avait des groupes avancés, des groupes régulier et des groupes faibles. Le but était de pousser ceux des groupes avancé aux maximum, de faire travailler ceux des groupes régulier au maximum et d’offrir à ceux des groupes faibles un maximum d’encadrement. Le problème c’est qu’un beau jour, quelqu’un en ai venu à la conclusion que cette façon de faire était péjorative pour ceux des groupes faible, ce qui a eu pour effet de tout mélanger ces groupes entre eux. Ce qui fait en sorte que le prof doit jongler avec 3 catégories diffente de joueur dans la même classe. Il ne peut pas donner son cour au rythme qu’il voudrait car il y en aura toujours 2 ou 3 qui ralentirons le reste de la classe.

  17. Robert : « Il faudrait se débarrasser un fois pour tout de notre syndrome du petit Québécois jaloux de celui qui peut se permettre un peu plus ». Amen !!!!!!

  18. Cher David,
    Merci de la précision. Je suis très conscient de ce que vous me décrivez. Je suis un produit de l’école privée ainsi que mes enfants.
    Ceci étant dit. Je crois qu’il y a eu un certain effritement dans la qualité de l’enseignement dispensé même dans les écoles privées. C’est mon opinion personnelle et ce n’est pas appuyé par aucune étude.
    Je crois que la force du système privé est basée sur une gestion plus efficiente des ressources budgétaires et du personnel. Aussi, ils ne sont pas obligés pour la plupart d’entre eux de faire de la place pour les ‘’cas problèmes’’. Ce qui est injuste ! Dans la mesure du possible, il faudrait limiter les subventions accordées au système privé, p-e même les éliminer en faveur d’une subvention directe aux familles (système progressif/regressif/sliding scale) qui choisiraient elles-mêmes leurs institutions.

  19. Je suis allé au privé. Quand il y a des problèmes au privé, l’école met l’enfant dehors. Quelqu’un dit qu’il n’y a pas de discipline à faire ? Bullshit !!!! On était une classe de gars et si le prof ne mettait pas ses culottes, il sortait de la classe en braillant. Comme il y a de l’argent dans les écoles privées, la drogue est meilleure. Les pushers du collège était les plus nantis. Faudrait arrêter d’idéaliser le privé et de démoniser le public. Mon avis est que ce n’est pas au public de financer le privé.

  20. faut que les pauvres arrêtent de payer pour des subventions pour les plus riches…
    par exemple c’est n’importe quoi qu’une maman qui gagne 25 000$ avec 2-3 enfants paie des taxes-impôts pour subventionner une école qu’elle ne peut payer pour ses propres enfants…qu’elle aide les familles qui gagne par exemple 75 000$ et qui peuvent se serrer la ceinture pour envoyer leur enfants au privé… je trouve ça illogique!

  21. Mel,
    quel est la subvention, l’état paye 6/10 de l’enseignement au privé, et paye 10/10 au public
    Si il n’y a plus de privé, ca veut dire 100% au publique, donc l’état paye 100% de la facture, ce qu’elle n’est pas obliger présentement, car 40% de la facture c’est les parents au privé qui paye.
    En passant l’état c’est vous et moi, donc augmentation de nos impot automatiquement, le 40% financé par les parents actuel sera refilé a tous les autres.
    La question n’est pas la, c’est de toujours vouloir penser que nous sommes tous égaux pour les études que nous avancons tous a la même vitesse, vouloir niveler vers le bas la qualité et vers le haut la facture.
    Les 3 groupes qui existait avant était la meilleurs facons de niveler vers le haut, tous avancais selon leur capacité, les plus faible ensemble, les moyens ensemble et les plus fort ensemble.
    Les catégories de force d’apprentissage n’a rien a voir avec le portefeuille ou la richesse de ses parents. Les plus riches ne sont pas supérieur a l’école.
    Les 3 niveau d’apprentissage permet a ceux qui veulent se dépasser de le faire, ceux qui font les efforts de graduer,
    Ne pas vouloir reconnaitre cette différence, c’est de vouloir garder la tête dans le sable.
    Éliminer les test d’entrée c’est correct, mais faire des tesst pour savoir dans quel niveau de connaissance l’étudiants est rendu c’est obligatoire pour mieux l’encadrer dans son évolution académique, c’est mieux pour lui et mieux pour le reste de la classe. Le professeur pourra donner la matière avec moins de discipline car tous serons de force égale. mais trop simple comme facon de procéder pour un fonctionnaire du MEQ.

  22. Mel,
    En passant, une mère monoparental avec 2 ou 3 enfants qui gagne 25 000$, ne payent rien en impot, recois des allocations, crédit solidarité, assurance médicament. Donc je ne vois pas quoi elle paye pour les plus riches.
    Quand tu gagne 50 000 avec un enfant, tu n’a pas droit a aucun crédit de taxes,, tu paye largement de l’impot, assurance médicament, taxes santé,et le pire tu est considéré riche !
    Calcul au net a la fin du mois qui est le plus riche.
    Autrement dit au Québec gagne pas entre 40 et 80 000, tu est pauvres sur ton salaire net restant.

  23. De toute façon, éducation publique ou privée. La question est pkoi remettre des subventions entre les mains d’organisations byzantines paralysées par l’inertie bureaucratique.
    Remettez les subventions directement entre les mains des familles sous forme de monnaie d’échange scolaire et laisser les différentes écoles se concurrencer entre elles. Pour attirer cette clientèle. Point à la ligne.

  24. Ceux qui envoient leurs enfants au privé paient des taxes comme les autres et parfois même plus que les autres.
    Pour ce qui est des tests d’entrée, ils ne servent pas à récolter la crème, mais plutôt à s’assurer d’un minimum fonctionnel.
    J’ai moi-même fréquenté l’école privée et je vous prie de me croire que je n’étais ni des plus riches ni des plus brillants.

  25. Encore un débat de petit peuple qui veut toujours tout niveler vers le bas. On ne veut pas que personne soit plus fort que l’autre. On appelle cela du communisme.

  26. Je suis tout à fait contre de subventionner l’école privée. Donnez moi une seule raison. Bravo si les parents ont les capacités de leur payer leurs études maisça ne changera pas leur intelligence ni leurs capacités intellectuelles .

  27. Je suis tout à fait contre de subventionner l’ école privé et donnez moi une seule raison ..Celà revient aux parents. Bravo si ils ont l’argent pour y subvenir. Celà ne change la capacité intellectuelle de l’enfant . Je suis d’une famille aux revenus modeste mais j’ai réussi à effectuer des études supérieures sans l’aide de subvention . Bonjour à tous .

  28. Bien sur! Tout le monde paie des taxes scolaires qu’ils aient des enfants ou pas… ! C’est pareil! On choisi l’école selon nos valeurs et ce qu’elle apporte à notre enfant! Privée ou publique la gestion des fonds dépend des dirigeants.

  29. Madame la ministre veut arrêter de subventioner l’école privée.
    Pas de problême, mais donnez moi un crédit d’impot correspondant au total des frais que je paye au privée parcequ’il serait injuste que je paye 2 fois pour l’éducation de mon enfant soit une fois au public avec mes impôts et la tax scolaire et une fois avec les frais que je paye à l.école privée.
    Quand on y pense on devrait dire à Madame la ministre que budgétairement parlant en laissant le 60 40 elle y gagne et nous tous également

  30. Toutes ces réponses sont bonnes et OUI nous devons financer les écoles privées car ainsi les parents et enfants ont le choix, ne sommes-nous pas des humains et la plus belle choses que les humains ont c’est d’être capable de faire des choix, alors LAISSONS le choix

  31. Si je ne me trompe pas, l’école privé n’est pas subvention en Ontario. Au Québec la classe moyenne finance l’école prive, mais n’ont pas le moyen d’envoyer leurs propres enfants au privé.

  32. NON, AU MÈME TITRE QUE NOS HOPITAUX ON NE PAIE PAS ET TOUTE FORME DE TICKET MODÉRATEUR EST INTOLÉRABLE CAR NOUS PAYONS DES IMPÔTS ÉLEVÉS.

  33. Sincèrment, est-ce vraiment un débat, conservez svp vos frustrations contre les riches et regardez les fait :
    Riches qui paient la totalité des impôts au Québec et il faut le dire c’est grace à eux si nous des services public —> moi je dis merci aux riches je vous adore et je ne veux pas vous perdre ni vous écoeurer comme la majorité des gens au Québec le font.
    Si les enfants vont au privé les payeurs de taxes paient 60% de la facture.
    Si les enfants vont au public les payeurs de taxes paient 100% de la facture.
    Si vous avez, ne serais-ce qu’une parcelle de jugement vous devriez espérer que plus de personnes poursuivent des études au privé.
    Si vous élimez la subvention pour les écoles privées une portion des parents qui envoient actuellement leurs enfants au privé ne seront plus capable de payer la facture ce qui aura comme conséquence que plus d’enfant se retrouveront au public et la facture pour l’état sera augmenté. EST-CE VRAIMENT CE QUE VOUS VOULEZ ?
    D’ailleurs pourquoi les gens qui paient des impôts n’auraient pas droit à un retour ne serais-ce que minime sur les montants qu’ils ont remis à l’état ?
    Ca me fait penser à l’augementation d’impôt que l’on à tenté de passer à la classe riche du Québec, le fait des les écraser avec des impôts additionnels a comme effet à long terme que ces personnes quitteront et que nous ne seront plus capable d’attirer cette classe de gens. En bout de ligne une augmentation peut avoir un effet négatif sur les recettes récoltés.
    Réfléchissez aux conséquences avant de lancer des paroles en l’air svp

  34. L’école publique souffre de sous-financement chronique. EN cessant de financer les écoles privées, les sommes ainsi récupérées pourrait être réinvesties dans le réseau publique qui en ont grandement besoin.

  35. Longue soirée a l’aréna mais ce midi le Govt Marois parlait de revisiter les subventions aux écoles prives due à leur examens académique d’entrée. Question allons ns aussi revisiter les écoles public tel les etudes internationales publics qui choissisent leurs eleves et les nombreaux Sport Etudes qui évaluent et choisissent seulement les meilleurs joueurs de chaque niveau pour leur école.
    Les écoles privées pour un remplissent un manque d’école public connu que le Québec ne peut pas se payer à 100% et. Elle risque de préparer nos futures entrepreneurs , médecins , avocat (ES) beaucoup plus que nos Sports Etudes risquent de nous donner des joueurs de la NHL a Montréal
    Apres ça sera les écoles anglophones, les cegeps et la liste continue de l’illogisme de ce Govt.

  36. Cher Sébastien, tu dors au gaz lorsque tu dit que les riches paient tout au Québec et plus d’impot, tout bon comptable sait que lorsque tu est riche, tu t’arrange pour ne pas payer d’impot et contourner légalement les lois afin d’en payer qu’une modique somme, 70$ de la population ne comprent pas cela car il ne voit que le pourcentage d’impot versus salaire, beaucoups d’inverstissements diminuent considerablement l’impot à payer en fin d’année,Si tant paie trop, ton comtable et tes placemenst son poche donc tu te fait turluter.
    Les plus gros payeur au Québec sont la classe moyenne, salaire moyen,ne peut investir donc il paient son du à l’impot au complet sans avoir d’allocation fammiliale,TPS,TVQ.
    Seul les riches ignorant perdent leurs argents en impots.
    JACQUES PARIZEAU L’A TOUJOURS DIT LES RICHEs QUI PAIENTDE LIMPOT NE SAVENT PAS COMPTER ET INVESTIR.

  37. Les écoles privés ça sert a rien, ils devraient toutes les abolirs et les transformer en publique. Pour les surdoué, sportif, artiste et religieux, ils n’ont qu’a en faire quelques une pour eux par région. Je suis allé dans le temps a une école pour surdoué publique. Cela demandais 75% de moyenne ou plus. Les écoles privés ne sont pas mieux que les publiques, la seul différence c’est qu’au lieu de fumer du pot, ils snif de la coke, car ils y plus de riches en général. Aussi vu qu’en général elle sont plus petite que les publiques, la compétition est moins forte.

  38. Couper le subvention des écoles privées. Ah bon, cela servira à financer le réseau bureaucratique des Commissions scolaire?! Pour gagner ses votes, le gouvernement de Mme Pauline Marois a promis à la CLASSE d’abolir l’augmentation des frais de scolarité qui représentait un 2$ par mois? En revanche, le même gouvernement veut abolir la subvention des écoles privée. Allez-y fort, mettez l’avenir de nos jeunes en jeu. Je suis enseignante au public et j’ai fais le choix pour mon propre enfant de l’envoyer au privée. Je serre bien ma ceinture pour pouvoir payer les frais de scolarité, et cette école primaire n’est même pas subventionné par l’État. Je ferai cette sacrifice pour mon enfant parce que je vois ses capacités académiques pour réussir. Je ne vais pas l’envoyer dans un milieu publique, ou l’enseignante doit suivre le rythme de don groupe, soit un rythme moyen elle ne pourra pas aller plus vite, la structure de sa classe ne lui permettra pas. Aller chercher cet argent ailleurs, abolir les Commissions scolaire et couper dans la bureaucratie. Avant , nous avons plaider la cause des médecins, sous payer que nos voisins ontarien etc, etc. Selon les statistiques c’est sorti qu’un médecin québécois travaillait beaucoup moins fort que son homologue ontarien. Maintenant c’est autour des écoles. Ne ruinez pas l’avenir de nos jeunes, madame la ministre, mais faites en sortes qu’ils réussissent, ils seront l’avenir de ce pays, lorsque vous seriez à votre retraite, peut importe s’ils vont étudier dans le public ou privé. Par contre, aidez-les à trouver leur vocation, là ou ils se sentent bien, peut importe l’étiquette, public ou privé.

  39. @PAt Collin,
    Ta réponse a Sébastien n’est pas vraiment logique, les statistiques montre que 40% des contribuable au Québec ne paient aucun impot, que 2 a 3 % paient 21% de l’impot, c’est simple il n’y a pas beaucoup de très riche au Québec. et près de 40% des gens finance par leur impot 70% des revenus de l’état.
    La majorité des riche ont une conscience social, et paie leur impot, mais si on étire plus l’élastique ca peut changer.
    Mais la question, est ce vraiment une subvention a l’école privé le 60% de financement= NON, ce même argent serait nécessaire au public mais à la hauteur de 100%.
    Les familles de classe moyenne ont encore la capacité d’envoyer leur enfant au privé, mais pas si c’est ils doivent payé 100%, si ils doivent assumer le total de la facture, 80% ne pourront plus payer, donc tous ces étudiants seront ajouter au publique, et ou sera l’économie?
    C’est pas l’argent qui est en cause, car c’est pas ca que la ministre vise, c’est qu’elle veut que le privée accepte plus de jeune avec difficulté, sur ca, je suis d’accord, ils doivent faire leur effort dans la société pour aider.
    C’est vraiment la facon de faire du MEQ qui doit changer, arreter de mettre tous les étudiants dans le même niveau d’apprentissage et vouloir avoir des étudiants moyens avec des notes de passage.
    Comparé l’éfficacité du publique et du privée dans l’administration de l’argent recu, vous trouverez la réponse facilement.

  40. Prive versus public? Pourquoi le prive est etiquette comme etant meilleur? Pourquoi est-ce que les ecoles publiques sont qualifies comme etant inferieures au prives? Est-ce la qualite de l’enseignements ou le nombre d’eleve par classe? Le public accepte tout le monde mais le prive lui choisi les eleves. Si le prive est mieux ne serait-il pas temps que le public utilise le modele des ecoles prives pour ameliorer la qualite de l’education au Quebec. Ou est le vrai probleme? Quels sont les qualifications requises d’un enseignant au Prive versus public? Est-ce que les professeurs au prives sont mieux payer qu’au public?

  41. Dear Jane
    Mme Malavoy qui est issue du milieu de l’enseignement privé décide en quelque sorte de placer certaines règles dans le but de niveler la perception élitiste des écoles privées. I can live with that.
    Dans l’article publié dans le soleil. Ce qui m’intéresse vraiment c’est que va-t-elle faire avec les commissions scolaires. Un bloggeur a correctement souligné que la centralisation en milieu public n’est pas le même processus que dans un contexte de concurrence. Citron, il y a un prof du public sur ce blogue qui a décidé d’envoyer son enfant au privé. Chic & swell.
    Le modèle est clairement brisé. Dans un contexte de percée technologique ou la seule constante est le changement à grande vitesse V, il est absolument insensé d’essayer de sauver le modèle des commissions scolaires. Il y a probablement plus d’argent disponible au public qu’au privé. Le seul problème, c’est que cet argent ne se rend pas jusqu’aux élèves.

  42. Il faut cesser de payé pour les écoles privés, c’est un libre choix de la part de ceux (les parents) qui y vont alors il faut qu’ils en assument la totalité des frais, au meme titre que les frais pour les cliniques ou hopitaux privé. En ce qui me concerne il est hors de question de payé pour quelque chose que NOUS (payeurs de taxes et d’impot) payons déja largement via nos impots. Au Québec il faut cesser de dire et surtout de croire que l’école et les soins de santé (clinique et hopital) c’est gratuit. C’est une grande fausseté vu les taxes et impots que nous payons pour financer ces établissements. Considérant que c’est en plus très mal géré……

  43. Je crois qu`il faut permettre au plus grand nombre possible de jeunes d`atteindre de hauts sommets
    grace à une éducation qui leurs donne l`opportunité de developper leurs capacitées.
    Aplanir par le bas n`a jamais permis à aucun pays de grandir et de rayonner à l`extérieure.
    De plus il faut surtout donner la chance à ceux qui le veulent appprendre au moins une autre langue que leure langue maternelle. Tous les pays qui se developpent tel que Chine, Indes etc communiquent dans une autre langue que leure langue marternelle. En europe, on apprend 2 et meme 3 langues secondes…
    Le monde des affaires communique en Anglais. Je ne suis pas bilingue et j`en souffre tous les jours.
    Un de mes fils a accédé à des postes importants parce-qu`il est bilingue.
    Soyons ouverts sur le monde et non renfermés sur nous..

  44. On doit continuer à subventionner les écoles privées. Pourquoi privé des enfants qui ont du talent en les envoyant dans les écoles publiques. Ce sont eux qui seront les professionnels de demain. Les parents paient des impôts, des taxes scolaires en plus de payer l’école privé. Pourquoi vouloir toujours changer, serait-ce de la jalousie? Les parents se privent beaucoup pour envoyer leurs enfants au privé. Je commence à regretter d’avoir voté PQ. Ils ont tout donné aux étudiants en grève pour enlever aux autres les subventions aux écoles privées. Ils étaient censés enlever la taxe de 200$ pour l’assurance santé, ils ont changé d’idée. Moi, des gouvernements comme ça, qui change d’idée à tout et qui ne voit pas à long terme ça me dérange. Ce qui serait bon ce serait d’abolir les commissions scolaires qui elles coupent dans le trasport des écoliers pour économiser et laisser des jeunes enfants marcher ou il n’y a pas de trottoirs et de brigadiers. Quel scandale!!!

  45. Je pense qu’il vaut mieux ne pas financer les écoles privées mais plutôt continuer à financer le réseau public. En effet, je trouve que cela incite mieux les élèves à étudier. Quand on est pauvre et que l’on ne peut pas aller dans une école privée alors qu’on en a envie, on se bat pour qu’un jour, au moins nos enfants iront dans ces écoles. Les gens se battent pour que leurs enfants aient ce qu’ils n’ont pas eu, c’est bien connu. De plus, si on arrête le financement du réseau public, avec quoi va-t-on entretenir ces écoles?

Les commentaires sont fermés.