Temps durs pour la gomme à mâcher

IStock_000011743919XSmallPar Sophie Stival

On en trouve un peu partout. Sur la chaussée, sous les sièges de métro, des autobus, au cinéma.

Les vieux « chewing-gums » ne sont pas très esthétiques et surtout, ils nous font sacrer quand ils collent à nos semelles.

La gomme à mâcher vit présentement des temps difficiles. 

Saviez-vous qu’elle était interdite à Singapour depuis 1992? Pourquoi une telle atteinte aux libertés individuelles? Selon les autorités, les coûts de nettoyage qu’engendrent ces milliers de gommes collées un peu partout sur les trottoirs, les rues et dans les aires publiques le justifient.

En 2011, la ville de Rome a « déclaré la guerre aux chewing-gums » en organisant une opération de nettoyage de son centre historique. Il y en aurait plus de 15 000 jetées sur ses pavés chaque jour! D’après la municipalité italienne, chaque intervention pour retirer une gomme coûte 1 euro.

Ventes en baisse

Même les ventes de gommes sont en baisse en Occident. Selon le site français LeFigaro.fr, le marché du chewing-gum a décliné l’an dernier de 4 % en Europe, 3 % aux États-Unis et plus de 7 % en France. 

Malgré une approche marketing qui valorise l’aspect sans-sucres, voire santé de la gomme, les ventes s’essoufflent, car le marché avait beaucoup augmenté depuis une dizaine d’années. 

« La crise est la première responsable de ce retournement », a expliqué Krister Zackari, responsable pour l’Europe de l’activité bonbon et chewing-gum de Mondelez International.

Depuis 4 ans, ce marché a fondu de près de 25 % chez nos cousins français, et ce, en raison d’un durcissement de la réglementation près des caisses enregistreuses. Or, c’est souvent au moment de payer son épicerie que l’on zieute et achète notre paquet de gomme… 

Les géants de la gomme que sont Wrigley et Mondelez (Kraft Foods) espèrent développer de nouveaux marchés en vendant leurs chiquelettes aux Brésiliens et aux Chinois.

L’interdire?

Interdire la gomme à mâcher c’est à mon avis exagéré. Mais ceux qui les jettent ou les collent délibérément dans les aires publiques devraient être passibles d’une amende.  

Sachant qu’une gomme prend près de 5 ans à se décomposer, pensons-y bien avant de lancer nos chiques aux quatre vents.

Achetez-vous régulièrement de la gomme?

3 réflexions au sujet de « Temps durs pour la gomme à mâcher »

  1. Non ! Jamais ! Ca cause du reflux et de l’acidité !
    Vaut mieux perdre 25% chez les français et en gagner 60 % chez les chinois. Très difficile d’obtenir des chiffres qui vaillent ou qui sont vérifiables en Chine. Disons que la part de marché de WRIGLEYS en Chine varie de 40 à 85% dépendant des sources.
    Ce qui est vérifiable par contre c’est que Warren BUFFETT et la famille Mars ont payé 23 milliards pour WRIGLEYS et je parie qu’une large portion de cette somme c’est pour acheter cette part de marché que WRIGLEY a développé depuis 1989 et qui continue d’avancer. C’est le produit de consommation de masse rêvé. La Spearmint est à la portée d’un fermier, aussi bien que d’un banquier chinois.

  2. @CoCoRico
    Je suis d’accord avec vous. Les pays populeux comme la Chine sont des marchés à fort potentiel. Les raisons de mâcher de la gomme sont infinies: chasser la mauvaise haleine, se détendre, arrêter de fumer, éviter les otites, prévenir la carie, etc. Personnellement, je n’aime pas trop…

  3. Rome. Faites-moi rire ! On chiale après le chewing gum mais essayez de prendre un capu biscotto sur une piazza sans que vous soyez assailli par 18 chats de gouttières affamés.
    Pour ce qui est de Singapour, la Ville des affaires ! Au secours. Pas de jurons en public, pas de chewing gum, pas de mégots, pas le droit d’entrer avec des cigarettes au pays, interdiction de fumer dans des aires ouvertes publiques ou non publiques, pas le droit à la pornographie (eux décident c’est quoi la porno), le pays est théoriquement interdit aux homosexuels, interdiction de se promener nu chez soi, oui chez soi, zzzzz…

Les commentaires sont fermés.