Taxer les textos : une idée farfelue



SMS_homme_ISPar Sophie Stival

On aura tout lu. Dans les pages « Débats » de La Presse, Marc-Olivier Gagné propose que le Québec taxe les messages texte.

Puisque « texter » n’est pas un besoin essentiel, ça serait comme imposer un bien de luxe. Au-delà d’un seuil minimum, on pénalise les utilisateurs.

Ceux qui textent sont « bien plus dangereux que les conducteurs aux facultés affaiblies, ce qui est pourtant un acte criminel », argumente-t-il. 

Cette idée farfelue ne date pas d’hier. En 2006, un député français suggère de renflouer les coffres de l’Union européenne en imposant une taxe sur les courriels et les textos. C’était avant la crise que l’on connaît.

Selon l’Association canadienne des télécommunications sans fil, nous envoyons au pays 267,8 millions de messages texte par jour. Ça représente près de 100 milliards de textos par an!

Les Européens s’échangent des messages textes, car c’est bien moins cher que de parler avec leur cellulaire. En 2005, la popularité des SMS est déjà si importante que le député Alain Lamassoure songe à imposer une taxe pour combler le déficit budgétaire du Vieux Continent. 

Selon le site français Le Figaro, le député pense à une taxe de 1,5 centime du message texte (presque 2 cents). Si on transpose ces frais chez nous, ça signifie une entrée annuelle d’environ 2 milliards de dollars dans les caisses de l’État. Même si ce chiffre ne tient pas compte d’un seuil minimum de messages, ça demeure un montant considérable.

Selon M. Gagné, une telle décision ne nuirait pas aux pauvres. Quand on surtaxe les cigarettes et l’alcool, c’est un peu plus flagrant, mettons.

Il y a tout de même des limites à sortir toutes sortes de lapins de son chapeau afin de combler nos déficits. Comme l’ont dénoncé la presse spécialisée et les internautes, taxer les SMS, c’est taxer la liberté d’expression. Ceux qui ont un forfait cellulaire paient déjà pour l’utiliser. 

Que pensez-vous de cette idée de taxer les messages texte envoyés via vos cellulaires?

 

 

14 réflexions au sujet de « Taxer les textos : une idée farfelue »

  1. Fido, Roger, Telus et Bell deviennent percepteurs d’impôts. Si j’ai bien compris la cenne noire disparait et elle sera remplacée par une taxe d’une cenne !
    Bref, il n’y a pas de limite à l’ingéniosité de nos élus pour trouver de nouveaux leviers de taxation.

  2. Partie 1
    Ah oui ! C’est tellement farfelu que ça risque vraiment de se faire. Surtout en France ! Vous devriez lire la réplique de Gérard DEPARDIEU à J-M AYRAULT. Assez cinglant !
    Je ne suis pas un fan de Monsieur Deux par quatre. Mais j’avoue que la, il cloue le bec de manière assez classe à Monsieur le ministre qui l’a qualifié de minable d’avoir quitté la France pour la Belgique.

  3. Partie 2
    En voici des extraits Mme STIVAL : « Minable, vous avez dit ‘minable’ ? Comme c’est minable », ajoutant « je ne demande pas à être approuvé, je pourrais au moins être respecté. Tous ceux qui ont quitté la France n’ont pas été injuriés comme je le suis ».

  4. Partie 3
    Depardieu déclare avoir payé durant sa vie active l’équivalent de 145 millions d’EUROS en taxe (sic!). Selon mes calculs, le salaire annuel du cabinet ministériel français au complet, depuis les dix dernières années. Il renchérit en disant ceci : « Je ne suis ni à plaindre, ni à vanter, mais je refuse le mot ‘minable’. Qui êtes-vous pour me juger ainsi, je vous le demande, M. Ayrault, Premier ministre de M. Hollande, je vous le demande, qui êtes-vous ? » et ensuite pour terminer VLAN ! « Je vous rends mon passeport et ma Sécurité sociale dont je ne me suis jamais servi. Nous n’avons plus la même patrie, je suis un vrai Européen, un citoyen du monde ».

  5. Et pourquoi pas taxer les transactions financières qui sont encore moins vitales?
    Peut-être parce que nos amis politiciens perdraient le financement pour leurs campagnes électorales… Copinage, quand tu nous tiens!

  6. Les élus ne gèrent pas les deniers publics comme s’il s’agissait d’une entreprise ou du budget familial. L’argent devait être dépensé avec sagesse et pour le bien des citoyens. Ceux-ci ne devraient pas payer les déficits causés par l’étourderie de ceux à qui nous confiont nos taxes et nos impôts. Mais nous sommes des cibles faciles. Cela dit, les forfaits de téléphone cellulaire INCLUENT l’utilisation du texto alors, assez c’est assez! Basta!!!

  7. JE TRAVAILLE AU PUBLIQUE, ET TU EXPLIQUES QQ CHOSE, ET LES GENS RECOIVE UN TEXTO ET UN TELEPHONE, ET MOI JE SUIS UN PION, ILS REPONDENT, ET MOI JE PARLE DANS LE VIDE. QUEL SALETÉ D IMPOLITESSE, QUEL FLÉAU, AU VOLANT C EST CONTINUEL quel fléau,,,,,oui des taxes,,,sur c est deux empoisonneurs GENEZ- VOUS PAS

  8. Très bonne idée! Je suggère de surcroît une taxe sur les flatulences : renflouer les coffres ET préserver notre couche d’ozone!!!!!!!!!!!!!!!

  9. Pourquoi ne pas taxer l’air qu’on respire ? On taxe le carbonne, pourquoi ne pas taxer l’oxigène qu’on respire ? Ils pourraient nous obliger à faire installer un compteur intelligent à la gorge. De plus on pourrait former de nouveaux fonctionnaires pour prendre les lectures à distance.

  10. Vraiment on aura tout entendu! Commencer donc par gérer les finances publiques de façon responsable. On a pas arrêter de taxer partout pour diminuer le déficit et ça ne change rien, le dificit existe encore. L’argent uqe l’on recueille en taxe est tout simplement gérée de façcon cavalresque. Laisser les gens texter à leur guise et laisser la loi s’occuper de régler le textage au volant en étant plus efficace.

  11. Incroyable ca va s’arreter ou ca????? Apres une guerre civil…. les taxe c assez politique coronpue eux ils ne se casse pas la tete a la fin du mois pour payer leur compte ils les payes avec notre argent nous les quebecois on est des vrais caves

Les commentaires sont fermés.