Recyclage: éliminons la confusion


IStock_000010887163XSmallPar Sophie Stival

Un jouet en plastique? Oui. Un rideau de douche? Sûrement. Un verre en vitre? Peut-être. Dans le doute, on met l’objet dans le bac de recyclage.

C’est ce qu’un environnementaliste affirmait à la radio il y a quelques mois à propos des matières recyclables. 

Il précisait que les gens lavent trop leurs contenants. Un gaspillage d’eau inutile, puisque les centres de tri les nettoient. 

À ma grande surprise, j’ai lu exactement le contraire dans plusieurs brochures de Recyc-Québec et sur des sites web de municipalités. 

Pas étonnant d’apprendre que les Québécois sont « confus » quand il s’agit de déterminer quoi se recycle. C’est ce que révèle un récent sondage Léger. 

On fout à peu près n’importe quoi dans nos bacs et surtout, n’importe comment. Selon Éco Entreprises Québec, ces pratiques ont engendré des coûts supplémentaires de 23 millions de dollars depuis trois ans. 

Et contrairement à la pensée populaire, ce sont les entreprises qui financent la collecte sélective au Québec et non les gouvernements ou les municipalités. Ces dernières lancent un nouveau cri d’alarme.

Mais pourquoi une telle confusion? Sûrement, parce qu’on ne veut rien jeter. Et parfois, ça s’accumule, il faut donc faire de la place et se débarrasser de nos veilles affaires. Alors, on met ça dans le bac par souci d’être écologique.

Éco Entreprises Québec souhaite avec cette annonce publique rappeler aux citoyens que la collecte sélective, c’est avant tout des contenants, des emballages et des imprimés. On trie par matière le verre, le papier/carton, le plastique et le métal. 

Plastique numéro 6 et autres conseils…

Beaucoup de citoyens recyclent à tort le plastique numéroté 6. Puisqu’il porte le fameux triangle à trois flèches on se dit que c’est correct.  Le polystyrène ou styromousse n’est pas recyclable chez nous parce qu’il est trop léger et ce n’est pas rentable. La revente se fait souvent au poids, semble-t-il. 

Quelques conseils de Recyc-Québec :

  • Retirez les bouches des bouteilles de plastique parce que ce sont souvent des matières différentes.
  • Rincez vos boîtes de conserve, mais il n’est pas nécessaire de retirer les étiquettes puisqu’elles seront fondues avec le métal sans problème.
  • Assiettes et papier d’aluminium : il faut les rincer avant de les mettre dans son bac.
  • Bouchons de bière : il faut vérifier avec sa municipalité si on les récupère.
  • Pas de cartons sales comme des boîtes à pizza.
  • Cartons de lait : vérifiez si c’est recyclable et enlevez le bouchon, si c’est le cas. 
  • Verre : bouteilles et bocaux sont recyclables. Retirez le bouchon. Non recyclables : parebrise, vitre, miroir, cristal, vaisselle, etc.

Il ne faut surtout pas jouer aux devinettes. Appelez ou visitez le site de votre municipalité. Chaque ville a ses propres règles de recyclage. On pourra également vous indiquer où déposer vos matières dangereuses ou votre matériel électronique. Des collectes sont effectuées à différents moments de l’année.

La récupération est-elle une tâche compliquée pour vous?

À lire : 

Démystifier le plastique numéro 6 (idées pour le récupérer par Écho'Scouade)

Liste de produits acceptables pour la collecte sélective à domicile (Recyc-Québec)

 

Une réflexion au sujet de « Recyclage: éliminons la confusion »

  1. Le recyclage ne devrait pas être une question de rentabilité mais plutôt une question de salubrité planétaire.

Les commentaires sont fermés.