Plan Nord : vraiment durable?

IStock_000003695877XSmall[1] Par Sophie Stival

Un chantier de 80 milliards en 25 ans. Des revenus de 14 milliards de dollars et la création de 20 000 emplois annuellement. Le développement « durable » de nos ressources énergétiques et minières au nord du 49e parallèle avec des appuis concrets des environnementalistes et des Premières Nations.

Ce « Plan Nord » est-il trop beau pour être vrai?


Tout d'abord, examinons la définition que donne notre gouvernement aux mots développement durable (liée à la Loi sur le développement durable) :

« […] un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Le développement durable s’appuie sur une vision à long terme qui prend en compte le caractère indissociable des dimensions environnementale, sociale et économique des activités de développement. »

Beaucoup de questions

La crédibilité de ce plan dépendra largement du respect de cette définition et des conditions de sa réalisation. Par exemple, quelles seront les vraies redevances perçues par le gouvernement? On attend la nouvelle Loi sur les mines avec impatience.

Autre point : il faudra s’assurer que la moitié du territoire qu’on souhaite protéger de toute activité industrielle le soit réellement. Si on est prêt à vendre nos ressources aux plus offrants, qu’arrivera-t-il après? Quels seront les coûts réels pour tous ces villageois nordiques lorsque les mines seront vidées de leurs ressources? Penser aux coûts de restauration n’est peut-être pas suffisant…
 
Cette vision du Nord présentée par Jean Charest en grandes pompes prévoit également la construction de routes et d’aéroports. À qui ça servira? Au seul passage des camions lourds qui se rendront aux différentes mines? Est-ce rentable financièrement, car il faudra bien les entretenir ensuite?

Beaucoup de questions. Un projet ambitieux, mais somme toute assez flou. Souhaitons que cette vision «durable » du Nord québécois ne soit pas que de belles paroles et qu’elle se réalise dans l’intérêt économique, social et environnemental de tous les Québécois. Que sera sera. Qui vivra verra…

Que pensez-vous de ce Plan Nord? Est-ce une bonne chose pour le Québec?

 

 

 

 

 

12 réflexions au sujet de « Plan Nord : vraiment durable? »

  1. ———–un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs———–
    Bon! Si j’ai bien compris…..
    Pour l’énergie hydroélectrique, c’est sûrement vrai, mais pour combien de génération.
    Pour le sous-sol, lorsqu’on épuise un secteur des ses ressources, ça prend combien
    de millénaires à se refaire?
    Pour faire valoir un projet, on nous jette toujours de la poudre aux yeux. Comme les magiciens font pour nous distraire de la réalité.
    Cela dit, difficile de bâtir éventuellement une station lunaire avec du bois.
    Couper du bois trop au nord, pas d’accord. Ça prend 25 ans pour se faire pousser un 2″ x 4″ x 8′ …. communément appelé un 2 x 4 en épinette.
    ———Un chantier de 80 milliards en 25 ans. Des revenus de 14 milliards de dollars et la création de 20 000 emplois annuellement———–
    Ça, se sont des projections. Ce projet n’échappera pas aux habituelles
    modifications en cours de route. Surtout les projets en hydro-électricité.Les entrepreneurs quotent toujours pour décrocher les contrats : donc très bas prix. Ensuite quand surviennent les changements ils se reprennent sur le profit.
    De toutes façons, ce sont les emplois qui nous intéressent de prime abord.
    Alors souhaitons que, d’abord, tous les Inuits intéressés pourront y travailler.
    Ensuite que tous les québecois, qui sont nés ici et qui ont payé des taxes ici, seront
    favorisés. Charité bien ordonnée, commence par « nous-même ».
    Et si nous manquons éventuellement de main-d’oeuvre spécialisée, formons les !

  2. ———Un chantier de 80 milliards en 25 ans. Des revenus de 14 milliards de dollars et la création de 20 000 emplois annuellement———–
    Il serait souhaitable que le revenu de 14 milliards soit annuel.
    Qui s’enrichiront le plus? Les américains ou nous? Idéalement nous. Ce sont nos ressources après tout ! Et si c’est nous, …wow wow… gros changement. Nous sommes moins habitué à exploiter qu’ à nous faire exploiter.

  3. Bien parti ce beau grand plan, on en est déjà à ajuster à la baisse les redevances au départ plus de 1 milliard pour être ramenées a 120 millions…
    Quels amis de parti en profiteront le plus!!!

  4. On disait que l’ Iron Ore payait 2 cents la tonne pour le fer de la Cote Nord dans les années 50.
    Pourtant 800 Km. de chemin de fer fut fait. Des milliers de travailleurs de la cote sud ont travailleés et travaillent encore.
    Trois villes ont furent créés de toute pièce soit Sept Iles. Port Cartier, Fermont et ces villes sont encore prospères, et le train descend du fer, puis le train de voyageurs transportent des milliers de voyageurs chaque année. Ce n’est pas juste les redevances qui sont importantes. mais les milliers d’emplois aussi.
    Si nous voulons des moratoires partout bien qui paiera les garderies, les congés parentaux etc.
    Mme Marois dit qu’elle veux créer de la richesse, Comment ?

  5. Le développement minier ce n’est pas du développement ni de l’exploitation comme le gaz et le pétrole, c’est très différent.
    Il y a peu de pays où les redevances sont élevés en raison des dépenses importantes que représentent l’intallation d’une mine. Ce qui rapporte c’est le travail, les investissements dans des routes, chemins de fer, les impôts sur les salaires, diminutions du chômage et de la pauvreté dans une région où la majorité des Amérindiens et Inuits sont sans travails et désoeuvrés.
    Le P.Q. crie très fort au scandale concernant les redevances mais il sait très bien qu’il ne ferait guerre mieux une fois au popuvoir, c’est un jeu politique qui malheureusement force le Gouvernement a en mettre trop pour satisfaire le client.
    Les minières sont riches puissantes parce que maintenant presque tout est dans les mains d’une petite poignée de PDG.

  6. ce qui fait peur et que nous devons par ce fait nous mefier, c’est un rare projet de Jean Charest qui est a mon avis le plus grand escroc que le Quebec est connu, un tel projet va surtout profiter au amis syndicals, au amis de la FTQ, au mafiosi et sans doute a Power Corporation par je ne sais quelle magouille et n’aller pas croire que je sois un separatiste ou autres, j’ai appris avec le temps et tant de flagrance qu’on est vraiment engrener dans une politique de corruption au Quebec et ce peu importe le parti en position.

  7. mon avis ca n’a aucune valeurs ni intéret pour le quebec , c’est de la spéculation sur le dos des générations a venir , surtout que au quebec on a l’habitude de vendre a rabais et de se contenter des miettes qui restent ,quand il en reste ,
    Je vois ca comme de l’endettement pour le futur, surtout que c’est seulement de la projection en faveur des multinationales et des compagnies étrangères ,
    Je n’ai aucune confiance en ce supposé méga projet , ca ne tient pas la route , c’est a mon simple avis , de la poudre aux yeux et une tentative de se faire du capital politique et rien d’autres ,c’est de la magouille libéral et du jean charest tout craché,
    Le quebec n’a rien a y gagné ,surtout qu’on n’y exploitera absolument rien de nous meme , on vendra a rabais comme d’habitude ,et de plus la facon que je vois ca , il faudra payé pour vendre , c’est vraiment pas fort ,
    Je dis en terminant , que si on est pas assez compétent pour extraire nous meme et en faire un produit fini , qu’on laisse le tout a la nature et aux générations futures
    Je vois que de l’arnaque dans tout ca

  8. @Porsche
    Si ce que vous dites est vrai alors il faudra m’expliquer l’existence de Sept-Iles, Port-Cartier, de plus les investissements et les risques sont élevés compte tenu de la distance des salaires payés.
    Quel génération sera la plus apte à exploiter ces gisements? La réponse c’est lorsque la demande existe et permet aux gens de gagner leur vie.
    @Paul Gauvin
    Ne vous en faites pas Duplessis a été accusé d’avoir vendu le Québec pour 1 sous la tonne. Mais depuis ce temps Sept-Iles prospère et les gens de la Côte-Nord ont aujourd’hui une certaine dignité.
    Il est vrai que Jean Charest essais de valoriser son Gouvernement et de laisser une trace positive dans l’histoire. Consolons nous en pensant qu’il y a eu que très peu de politiciens à la hauteur de la situation car la majorité étaient surtout très humains dans le sens imparfait du terme.

  9. Non mais y a t’il des projets au Québec ou il n’y a pas d’opposants bien nanties qui ont profités eux dans le passé du développement des ressources. Lorsque les gens ont une bonne job et paye des impots, c’est ça de la richesse et sa permet de maintenir nos programmes sociaux. Sa ne veux pas dire de développer les choses en sauvage mais par contre nous devons développer obligatoirement. La culture que nous avons au Québec de toujours s,opposer et de toujours chialer m’énerve, il vient un temps que même si ds certaines situations se seraient justifié de s’opposer à un projet, sa perd toute crédibilité au travers tout le reste. Toute les richesses ne sont pas tous renouvelables, pétrole, mine, gaz naturel entre autre, alors il ne faudrait pas les exploités, je ne comprend pas, expliqué moi quelqu’un.

  10. @Michel Dufour | 13 mai 2011 05:11:04
    Fort heureusement, notre société comporte des opposants. C’est une condition
    d’équilibre indispensable. Il n’y a rien de pire que l’obligation de décider sans
    éléments modérateurs.
    En d’autres mots, prendre position après avoir consulté ceux qui nous entourent
    est beaucoup plus facile. Le risque d’agir dans l’erreur est moins grand.

  11. @michel dufour
    Selon moi vous avez raison, il y a une culture du non au Québec depuis plusieurs années, ça s’explique par le fait que ce sont souvent les même individus qui sont au front.
    Si vous regardez de près les présidents des Associations des étudiants ce sont les même depuis longtemps, ils ont presque 40 ans aujourd’hui, ils étirent leurs études pour se qualifier alors qu’ils ne représentent qu’une minorité radicale.
    Savez-vous pourquoi le Québec ne reçoit qu’une faible partie des investissements privés faits au Canada?
    La réponse c’est le syndicalisme, la culture de l’État omniprésent, la propension au non et au tu feras pas ça.

  12. Les gens sont pres a tout faire pour creer des job. Ils font croire. Les richesses vont etres exploiter par des Cie etrangeres, nous on va se contenter des job et de la supposer prosperité. Ici on a vu nos ressources de la mer, de la foret et des mines exploiter et qu est ce que sa nous a donné, job temperaire. On nous dit qu il y a crise forestieres, il n y a pas eu autant de forets devasté ou va se bois. Avant il y avait des milliers de gens qui travaillait dans les usines a poisson, mais les Cie ne faisait pas assez d argent et pas assez vite ainsi que les pêcheurs ils voulaient avoir de l argent vite fait et sans tracas alors on a laisser le étranger deriger nos usines.

Les commentaires sont fermés.