L’avenir du CÉLI, compromis?

PigBank_ISPar Sophie Stival

Depuis sa création en janvier 2009, près de 7 millions de Canadiens en ont ouvert un. Le CÉLI ou si vous préférez le compte d’épargne libre d’impôt a aujourd’hui plus de 40 milliards de dollars à son actif. 

Cet outil d’épargne gagne donc en popularité malgré une méconnaissance évidente de ses règles de fonctionnement (plusieurs sondages le prouvent). 

Ces bonnes nouvelles devraient nous réjouir. Pourtant ce n’est pas le cas. Un ancien haut fonctionnaire au ministère des Finances, Keith Horner, croit plutôt que le programme fédéral CÉLI augmentera la pression fiscale sur les pensions de l’État (article de La Presse Canadienne). 

Pendant ce temps, Stephen Harper songe à modifier le programme de la Sécurité de la vieillesse. Doit-on craindre pour l’avenir du CÉLI?


Les avantages du CÉLI sont nombreux. Le problème, ici, c’est qu’au moment de la retraite, les revenus gagnés ou les montants qu’un épargnant retire de son CÉLI ne touchent en aucun cas son admissibilité aux prestations fédérales et aux crédits fédéraux fondés sur le revenu. Par exemple? Le crédit pour TPS, le crédit en raison de l’âge, les prestations de la Sécurité de la vieillesse et le Supplément de revenu garanti. 

Deux études

Selon l’étude de l’Institut de recherche en politique publique, publiée en juillet dernier par Keith Horner, cet avantage du CÉLI augmenterait le coût du programme de Supplément de revenu garanti (SRG) de 84 % d’ici 20 ans.  

Tous ceux qui n’auraient pas droit au plein montant de la Sécurité de vieillesse parce qu’ils retirent des montants de leur REER ou en raison d’un revenu imposable trop élevé y auraient pleinement droit s’ils retiraient plutôt ces montants d’un CÉLI. 

On suppose que les Canadiens qui ont intérêt à le faire prioriseraient en premier lieu leur CÉLI (loin d’être sûr, en convient M. Horner). Plusieurs hypothèses de cette étude nous laissent perplexes quant au choix unique des CÉLI par une majorité de Canadiens… 

Un autre rapport publié l’été dernier par l’actuaire en chef du Bureau du surintendant des institutions financières, Jean-Claude Ménard, arrive à un constat semblable. Selon des projections, le CÉLI permettrait aux mieux nantis de toucher 4,2 milliards de dollars de plus annuellement en 2050 (bien loin!). C’est-à-dire en prestations supplémentaires de la Sécurité de la vieillesse. 

Les règles du jeu

Alors que le fédéral envisage de doubler à 10 000 $ la cotisation maximale annuelle aux fins du CÉLI, on n’aurait pas pensé à ces effets? Peut-être que Stephen Harper donnera ce bonbon avant de changer les règles du jeu. Rien n’est impossible avec les conservateurs. Si c’est le cas, le gouvernement devra se presser, avant que cette stratégie ne soit adoptée à plus grande échelle par les épargnants.   

L’attrait du CÉLI ira en grandissant avec la croissance des cotisations. Et c’est tant mieux. L’objectif premier de ce programme n’est-il pas de nous inciter à épargner et à prendre en main notre retraite? En attendant, la priorité de bien des Canadiens, endettés à plus de 150 % de leur revenu disponible, n’est pas de gonfler leur CÉLI. 

Le gouvernement doit-il, selon vous, modifier les règles du CÉLI? 

Pour en savoir plus: 

Le CELI : on serait fou de s’en passer!

Démystifier le CELI en 5 questions

CELI vs REER vs REEE : comment choisir?

 

7 réflexions au sujet de « L’avenir du CÉLI, compromis? »

  1. Où sont nos journalistes avec un sens critique de la nouvelle? Le fonctionnaire qui a calculé que nous aurions des millionaires dans le CELI a pris des hypothèses fantaisistes de rendement, car à 2% et 5000$/an on obtient après 30 ans environ 202k$ on est loin du million, et seulement de 120k$ 20 ans!!! Même si la limite passait à 10000$/an on obtiendrait que 370k$ après 30 ans … À un rendement performant de 7%, que peu de gestionnaires ou individu obtienne, on arrive à 470k$ après 30 ans avec les règles en vigueurs et 815k$ avec un rehaussement du plafond. On est loin des chiffres du fonctionnaire qui calcule sur une performance que lui-même n’obtient probablement pas personnellement …

  2. il y a 7 millions de canadien qui ont un celi (dont moi) sur 37 millions de canadien. C’est pas beaucoup donc je suis pas inquiet pour le gouvernement ca ne le toucheras pas tant que ca et je ne crois pas qu’ a l’avenir enormement de gens vont ouvrir un celi de toute facon.En tout cas pas au petit québec dont 90% font des placement sans risque. Mais, j’ai hate et j’espere que le montant sera majoré a 10 000$ par an car je vais en profiter au max et avec risque.

  3. @Yvon Rocher
    Les millionnaires dans le CELI ne sont pas pour demain, rehaussement du plafond ou non, vous avez raison. Bien des détenteurs de CÉLI ignorent qu’ils peuvent investir leurs cotisations dans les actions ou les fonds communs d’actions, par exemple. Plusieurs croient qu’il s’agit d’un simple compte d’épargne comme à la banque. La méconnaissance du CÉLI est encore importante.
    En 2050, 500 000$ dans son CELI ça ne sera pas suffisant pour vivre grassement. Les mieux nantis qui sont visés par ces études le savent très bien…

  4. bonjour moi j’ai pris un céli il y a un an je peux y mettre 500.00 a 1000.00 dois je continuer ou abandonner j’ai 46 ans j’aurais 20 pourcent a ma retraite seulment.Si j’achète une propriété on peux le prendre je serai perdante ou pas.

  5. L’on veux que les Canadiennes, Canadiens épargnent, mais la c’est le meiilleur véhicule, Que veut on au juste? Clément Rimouski

  6. @roy
    Votre situation nest pas claire. Pour des questions précises, mieux vaut les poser à ceux qui ont ouvert votre CELI. Merci.

Les commentaires sont fermés.