L’argent de poche : à quel âge?

IStock_000006543153XSmall[1] Par Sophie Stival

L’argent ne pousse pas dans les arbres. Nos enfants nous entendent assez le dire. Mais comment leur apprendre la vraie valeur de l’argent? À quel âge peut-on commencer à leur verser une allocation ou un peu d’argent de poche?

Dans sa chronique en ligne Vivre la vie, TD Assurance a demandé à la directrice générale de Credit Canada (seulement en anglais), comment on sensibilise les enfants à l’argent. Selon elle, les parents ont un rôle essentiel à jouer et on peut dès l’âge de 3 ans fournir à son enfant des explications valables.


De 3 à 5 ans

Dès l’âge de 3 ans, on peut encourager nos enfants à remarquer comment ça se passe à la caisse, recommande Laurie Campbell de Credit Canada.

On leur explique à quoi sert l’argent et on leur montre à quoi ça ressemble. Les jeux de rôles où l’enfant fait semblant de vendre ou d’acheter lui permettront de reconnaître les pièces de monnaie par leur nom, par exemple. On peut les aider à comprendre qu’une fois dépensé, l’argent a disparu, explique-t-elle.

Dès la maternelle, on peut leur enseigner la valeur de chaque pièce de monnaie et ce que chacune d’elle permet d’acheter. D’où vient cet argent? Il est bon de préciser à ses enfants que l’on est payé pour le travail que l’on accomplit.

De 6 à 8 ans

« Six ans est à peu près l’âge idéal pour commencer à donner un peu d’argent de poche à vos enfants, soit environ 1,00 $ le même jour chaque semaine », indique Mme Campbell.

Selon l’organisme français, La clé des banques, tout dépend de la maturité de l’enfant. « On peut sans doute commencer vers 7-8 ans, avec des sommes très modestes et pas forcément régulièrement. À l'entrée au collège, il devient plus autonome, en même temps qu'il découvre un nouvel environnement, qu'il rencontre de nouvelles personnes, il supporte de moins en moins de devoir passer par vous pour tout », peut-on lire sur leur site.

Selon Laurie Cambell, il est préférable de donner un plus petit montant, sans toutefois exiger de conditions au départ. Avec les années qui passent, on peut réévaluer le montant à la date d’anniversaire de l’enfant, par exemple. À mesure qu’il vieillit, on peut alors l’encourager à en gagner un peu plus en accomplissant des tâches.

Avec cet argent, il faut maintenant expliquer à l’enfant qu’il peut en garder une partie pour des projets ou des objets spécifiques qu’il désire acquérir. L’autre partie pourrait être mise dans un compte de banque. On peut alors séparer dans deux cagnottes les montants à dépenser et ceux qu’on souhaite épargner.   

Selon Mme Cambell, on peut déjà de 6 à 8 ans éveiller nos enfants aux effets de la publicité. Leur expliquer combien la « vraie vie » y est rarement représentée. L’objectif étant bien sûr de rendre ses enfants de meilleurs consommateurs, de meilleurs épargnants et de meilleurs investisseurs plus tard.

À quel âge avez-vous donné de l’argent de poche à votre enfant? Quel serait l’âge idéal?

5 réflexions au sujet de « L’argent de poche : à quel âge? »

  1. Juste après avoir lu le titre……L’argent de poche : à quel âge?
    J’émet immédiatement cette opinion.
    Deux facette à cette question
    1- Apprendre à notre enfant, dès son jeune âge, que la société dans laquelle nous vivons est basée sur l’exploitation. Mais en le faisant, il faut lui montrer aussi comment hurler parmis les loups.
    2- Il y a autre chose dans la vie que l’argent

  2. La vie dans notre société peut être comparée à l’écoulement d’une rivière.
    Certains êtres humains s’y baignent, d’autres y nagent, certains sont, en détresse, emportés par le courant secourus en partie par d’autres.
    Le principal, à retenir c’est de savoir que d’autres manipulent à leurs guises
    le barrage qui en controle le débit.
    Autrement dit les jeux sont truqués, les dés pipés.

  3. Est-ce que cette forme d’éducation prépare mieux un enfant à vivre et à dominer le plus possible son milieu????
    Et la source de cette incitation ( banque ) me porte à y voir un intéressement sans âme.

  4. J’approuve ce qui suit sans réserve
    Selon Mme Cambell, on peut déjà de 6 à 8 ans éveiller nos enfants aux effets de la publicité. Leur expliquer combien la « vraie vie » y est rarement représentée. L’objectif étant bien sûr de rendre ses enfants de meilleurs consommateurs, de meilleurs épargnants et de meilleurs investisseurs plus tard.

  5. Pathétique élever son enfant en consommateur !
    Le genre de chronique d’où l’idée est tirée est une machine à niaiserie… des idées légères qui ne sont que prétextes inoffensifs à afficher les logos des banques…
    Il y avait un prof de secondaire qui encourageait mon enfant à avoir une carte de crédit pour monter sa marge… C’est pas faux mais quand tu es pré-occupé par ta marge plutôt que par ta carrière… alors ta marge sera pas forte…
    Laurie Campbell est probablement protestante et ces gens là n’ont pas la même relation à l’argent que les catholiques ou que les juifs… Il faut pas sous-estimer le système de valeur dans lequel on intègre l’enfant…
    J’ai trouvé çà correcte de Paul qu’il donne CSL à ses enfants… on passe les rênes…

Les commentaires sont fermés.