La retraite n’est plus une fin en soi


IstockretraitebabyboomerPar Sophie Stival

À moins de profiter d’un régime public, planifier sa retraite relève aujourd’hui du casse-tête. Un problème qui semble insoluble pour plusieurs d’entre nous. 

L’organisme Question Retraite sonde les Québécois depuis une décennie à ce propos. Le visage de la retraite aurait « radicalement changé » chez nous

Ne plus travailler ne serait plus une fin en soi. En 2013, on dit adieu à la retraite anticipée et bienvenue à la retraite progressive.


Depuis 10 ans, quelques chiffres (sondage SOM mené au printemps 2013) :

  • Âge prévu de la retraite : Aujourd’hui seulement 41 % des travailleurs espèrent amorcer leur retraite avant 65 ans. C’était 62 % en 2003.
  • Retraite hâtive (avant 55 ans) : Entre 2003 et 2013, la proportion de travailleurs qui ont fait ce choix est passée de 33 % à 17 %.
  • Prévoir travailler après 65 ans : en 2003 c’était 5 % des gens. Aujourd’hui, 13 %.
  • Travailleur à vie : la proportion de ceux qui prévoient ne jamais cesser de travailler a plus que doublé, constate Question Retraite (5 % contre 2 % en 2003)

Retraite progressive, la nouvelle voie?

Ce n’est pas seulement une question de sous. Plusieurs travailleurs québécois ne souhaitent pas quitter la vie active du jour au lendemain. La retraite progressive est également plus accessible pour les travailleurs. 

Entre 2003 et 2013, le pourcentage de gens disant y avoir accès a progressé de 54 % à 62 %. Et on souhaite davantage s’en prévaloir (83 % à 88 % pendant la même période).

Si les termes « Liberté 55 » sont aujourd’hui dépassés, la traditionnelle retraite à 65 ans n’est plus non plus l’objectif ultime, remarque Question Retraite. Notre perception de la retraite a changé.

En ce mois de la planification financière de la retraite, Question Retraite offre 4 REER de 1000 $ aux internautes qui s’inscriront à leur concours sur moderetraite.ca. Pourquoi pas?

À quel âge prévoyez-vous prendre votre retraite? Sera-t-elle progressive? 

À lire également :

La retraite rêvée des baby-boomers coûte 658 000 $

Devancer sa retraite, quels avantages?

Épargne-retraite : attention mesdames!

Retraite heureuse : 8 conseils de sage

À la retraite, vendre pour aller en condo

 

Une réflexion au sujet de « La retraite n’est plus une fin en soi »

  1. Oui en effet, quoi de plus agréable de se lever un matin de janvier, nettoyer et gratter la neige sur sa voiture à -30 degrés. Ou mieux encore prendre le métro et être retardé parce qu’il est à nouveau en panne et attendre tout en sentant les odeurs de parfums envahissants!
    La retraite progressive permet donc de faire durer tous ces plaisirs! Merci pour vos bons conseils.
    Or parce que je suis un homme généreux je prend ma retraite immédiatement afin de laisser profiter tous ceux et celles qui veulent rester sur le marché du travail et continuer de profiter de tous ces plaisirs !

Les commentaires sont fermés.