Impôt : 4 conseils de fin d’année

IStock_000014445454SmallPar Sophie Stival

Déjà le mois de décembre. La fin d’année, c’est également la date limite pour ceux qui désirent bénéficier de multiples crédits d’impôt et autres déductions fiscales.

Dans une récente étude stratégique, Jamie Golombek, expert en planification fiscale et successorale à la CIBC, nous donne quelques conseils. 

En cette période des fêtes et d’achats, ces astuces fiscales sont les bienvenues.


 

Donner à des organismes de bienfaisance

Vous avez jusqu’au 31 décembre pour faire un don à un organisme de bienfaisance. On peut simplement verser son don par Internet et recevoir instantanément un reçu électronique.

Au fédéral, un crédit de 15 % est accordé pour les dons déclarés de 200 $ et moins. Les dons supérieurs à ce montant donnent droit à un crédit d’impôt de 29 %. Au Québec, ce crédit est de 20 % sur les premiers 200 $ et de 24 % sur les montants excédentaires. 

Les conjoints peuvent mettre en commun leurs dons et profiter du taux de crédit le plus élevé. La loi permet également de reporter sur un maximum de 5 ans les dons effectués. 

Il faut évidemment que l’organisme de bienfaisance soit enregistré et reconnu aux fins de l’impôt. 

Cotiser au REEE de ses enfants ou petits-enfants 

Le fédéral verse, par enfant, une Subvention canadienne pour l'épargne-études (SCEE) équivalant à 20 % de la première tranche de 2 500 $ des cotisations annuelles à un Régime enregistré d’épargne-études (REEE). La subvention maximale que peut verser le gouvernement est de 7 200 $ sur la durée du régime. Si vous n'avez pas versé les cotisations maximales à un REEE pour vos enfants ou petits-enfants, vous pouvez verser des cotisations de rattrapage majorées en 2012.

Si votre enfant (petit-enfant) a eu 15 ans en 2012 et qu'il n'a jamais été bénéficiaire d'un REEE, le 31 décembre 2012 est votre dernière chance de cotiser à un REEE afin d'être admissible à une SCEE, rappelle M. Golombek. Par exemple, en cotisant 2 500 $ dans un REEE, vous pourriez recevoir une SCEE de 500 $ qui pourrait s'ajouter au REEE, habituellement le mois suivant.

Des règles spéciales s’appliquent aux enfants de 15 à 17 ans. Pour plus de renseignements, on peut téléphoner au 1800 O-Canada (1-800-622-6232).

Payer ses dépenses avant le 31 décembre 

Plusieurs dépenses que vous déclarez, comme les intérêts sur des emprunts à des fins de placement ou sur des prêts étudiants, les frais de garde d'enfants et les frais de conditionnement physique ou d'activités artistiques pour enfants, peuvent donner lieu à des économies d'impôt. 

Il faut par contre payer ces dépenses avant la fin de l'année pour réaliser des économies d'impôts en 2012. Par exemple, si vous payez avant la fin de l'année le montant de 500 $ des cours de natation de votre enfant cet hiver, vous pourriez obtenir une réduction d'impôts allant jusqu'à 75 $, explique M. Golombek.

Revoir ses placements

Certains placements dans nos comptes non enregistrés seraient plus profitables si on les transférait dans un REER ou dans un CELI. Par exemple, les obligations ou tout véhicule qui génère des intérêts taxables.

Ceux qui prévoient retirer des sommes de leur CELI au début de 2013 devraient le faire avant le 31 décembre 2012. Ainsi, vous n’aurez pas à attendre jusqu’en 2014 pour pouvoir déposer à nouveau ce montant, rappelle Jamie Golombek. Ceci sous-entend que vous ayez déjà cotisé au maximum. 

Pour en savoir plus :

Épargne-études : pas seulement pour les riches !

CELI : percer le mystère

7 réflexions au sujet de « Impôt : 4 conseils de fin d’année »

  1. J’espère que ceux qui font des dons a des organismes, ce n’est pas pour le crédit d’impôt!
    Donner du temps, c’est plus valorisant que le retour d’impôt.
    La meilleur facon d’aider financièrement, c’est de se regrouper en entreprise et choisir un organisme et faire des prélevement a tous les payes, même 5$ par semaine c’est 260$ par années par employées. Et surtout le faire à des organismes local avant tout.

  2. Ben moi j’espère que ces gens ne font pas comme vous, donner pour se valoriser soi même ou faire du marketing.

  3. Allez aider des personnes agé, ou en phase terminal dans un centre de soins paliatif, vous me direz si c’est valorisant ou non.
    Ce n’est pas la compagnie qui donne, mais les employés, de facon anonyme. avant de juger…Vous devez surement pas être sur un conseil d’administration d’un organisme ni bénévole.

  4. @Sylvain @Danny
    Chacun donne comme il le peut, comme il le veut. Respectons les choix de chacun. Bonne journée.

  5. Je pense qu’ici tout le monde connait la Mère Teresa. Ben. On s’entend qu’elle est une Sainte parmi les saintes. Une vie de chasteté, frugalité et de don de soi.
    Elle se tapait régulièrement des tournées pour ramasser des fonds pour sa cause. Parmi ses donateurs : Papa et Bebe Doc , Charles KEATING ( escroc), Robert MAXWELL (autre escroc), voici pour les gens connut.
    Maintenant, c’est sûr qu’un bandit va donner pour chercher le pardon et la rédemption, mais en bout de ligne, l’argent va là où elle doit se diriger. Les mobiles ou motifs, on s’en fout pas mal ! Va-t-on critiquer une compagnie ou un organisme qui livre de la nourriture a un peuple en famine parce ce sont des OMG !

  6. MMe Stival,
    Ce que j’ai essayer de dire, c’est que nous ne donnons pas dans le but de recevoir un recu ou un avantage, j’ai fait du bénévolat dans le sports comme entraineur durant 18 ans, et pour tout vous dire, ca coute chère. Les déplacements, repas, temps de travail pour les tournoi etc. et ce n’est pas déductible. j’ai entrainé mon fils 3 ans sur cette période, donc je l’ai fait pour l’amour du sports et pour donner au jeune, mon recu de satisfaction était de voir les sourire sur leur visage.
    Je ne juge pas les autres, ont choisi sa cause quelqu’elle soit, et comme Cocorico a dit, je ne connais aucune organisme qui vont refuser les dons car le donnateur n’est pas de bonne réputation.
    Il y aura toujours ceux qui ont l’aragent, mais pas le temps, et ceux qui ont du temps et pas d’argent, a chacun de choisir sa facon d’aider.

  7. Faites attention avec les organismes de bienfaisances, seul un faible pourcentage vas vraiment à la cause défendu !!! Opération Enfant Soleil, La fondation Canadienne du recherche sur le cancer, La fondation du « Ruban Rose » pour le cancer du sein, etc, utilisent près de 80% des dons reçu pour payer les salaires des administrateurs ou pour faire de la publicité. Opération Enfant Soleil dépense de millions de dollars chaque année en publicité et ses administrateurs gagnent tous dans les six chiffres. De mémoire, le PDG gagne près de 500 000$/année !!! Si vous voulez vraiment que votre dons servent à autre chose que de payer les paiements de la nouvelle BMW du PDG, donnez à de petite fondation comme Opération Mira ou Rêve D’Enfant ou encore mieux, faites du bénévolat pour elles. Mira est toujours à la recherche de famille pour fignoler la socialisation et le dressage de leurs chien.

Les commentaires sont fermés.