Faire rimer argent comptant et corruption

Par Sophie Stival

Argent_Can2_IS Les odeurs de corruption qui empestent nos différentes municipalités depuis plus d’un an sont inquiétantes. Des citoyens manifestent ces jours-ci leur ras-le-bol général en signant la pétition pour le départ de Jean Charest. On peut les comprendre.

J’ai maintes fois abordé sur cette tribune la nécessité d’avoir une commission d’enquête publique sur le processus d’octroi des contrats dans le secteur public (la construction, notamment). L’utilisation responsable des milliards de dollars injectés par Québec et Ottawa pour les infrastructures, par exemple, est une obligation et non un privilège qui incombe à nos élus. Certains l’ont oublié…


Comme citoyenne de Laval, les allégations de corruption qui entachent le maire de ma ville me sidèrent. Beaucoup de mes concitoyens, eux, sont simplement désabusés. Il y a de quoi. Yves Boisvert, chroniqueur à La Presse, l’a très bien expliqué, même si on filme un politicien tendre une enveloppe pleine de billets (des milliers de dollars) à un candidat, il n’y a pas de crime si la personne refuse l’enveloppe (lois pénales et non criminelles).  

Le plus dérangeant, bien sûr, ce sont toutes les questions qui nous viennent à l’esprit lorsqu’on croit un politicien capable de tendre des enveloppes pleines d’argent. Yves Boisvert lit dans nos pensées : « D'où vient cet argent? Qu'espère le maire de Laval en retour? Y a-t-il d'autres enveloppes à venir après la première? Jusqu'où peut aller quelqu'un qui ose offrir des enveloppes pleines d'argent? ».

Jamais d’argent comptant
Le chroniqueur Patrick Lagacé a vérifié comment ça se passe chez nos voisins du Sud (ceux qui ont condamné Bernard Maddoff à 150 ans de prison). Il a discuté avec Ralph Marra, un ancien District Attorney qui a enquêté toute sa vie sur des magouilles comme on en déterre chez nous.

L’argent comptant qui circule dans une ville, une municipalité ou un état, c’est toujours louche, explique-t-il à Patrick Lagacé. « … Je ne peux pas penser à une seule situation impliquant du comptant qui ne serait pas suspecte. Il n'y a aucune raison de demander du comptant, de payer comptant. Les gens qui utilisent du comptant espèrent une chose : ne pas laisser de traces. C'est LA façon de ne pas laisser de traces.»

Dans sa lutte contre l’évasion fiscale, notre gouvernement annonçait la semaine dernière vouloir resserrer les règles entourant les comptoirs de change. La nouvelle loi oblige les entreprises qui offrent des services pour convertir des devises, encaisser des chèques ou encore qui possèdent des guichets automatiques privés d’avoir un permis en règle de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Bonne nouvelle! Mais pourquoi ne pas aller plus loin? On tourne autour du pot et ça bourdonne de plus en plus.

Qu’en pensez-vous?

3 réflexions au sujet de « Faire rimer argent comptant et corruption »

  1. Sophie, je suis d’accord avec toi que le comptant c’est louche, et qu’on devraient peut-être augmenter la traçabilité en laissant la caisse lire le numéro de série du billet…
    .
    Dans le cas de mon entreprise, la ponction aurait pue être perçue par payer des factures reçues sans services d’entreprises de marketing ou communication…
    .
    Je ne savais pas quelle portion allait aux fonctionnaires, à l’entreprise et au parti…
    .
    Mon problème est que les fonctionnaires m’avaient demandé de me discréditer en produisant un faux… Ceci pour leur offrir discrétionnarité…
    .
    Je ne suis pas entré là dedans car je travaillais sur de la haute technologie ‘sensible’ avec le soutient du Conseil National de Recherche du Canada…
    .
    Alors j’ai impliqué la GRC contre les fonctionnaires…
    .
    La GRC a falsifié les rapports…
    .
    Le Conseil National de Recherche du Canada a pris ses distances… j’ai perdu son support…
    .
    La GRC m’a menacé de prison à cause de la sensibilité de la technologie qui se retournait contre moi…
    .
    J’ai fait 3 allégations criminelles contre la GRC en vertu du #128, le juge de la cour du Québec disait qu’il y en avait 2 et s’offusquait que je l’ostine sans qu’il daigne regarder la feuille de dénonciation… ensuite, il a résumé mon cas pour démontré sa totale incompréhension… puis rendu sa décision sans que je puisse argumenter…
    .
    Mon épouse m’a quitté (pour un fonctionnaire).
    .
    Donc je méprise l’État… un beau grand bateau comme disait le défunt chanteur…
    .
    Mais ce fut l’opportunité de réaliser mon amour inconditionnel pour la nation…

  2. Pourquoi ne pas bannir l’argent comptant comme sa les gouvernement aurait un complet controlle sur tout ce que l’on fait et consomme
    Sa serait pas merveilleux sa ?
    Un état matriarcal ou tout est comptabilisé et vérifié par l’état…
    Et en plus sa ferais travailler des gens pour s’assurer que tout est ok
    Ha!!!! que j’ai des bonnes idées des fois je m’étonne moi-meme…
    C’est vrais que sa ressemblerais un peu a un régime totalitaire de l’ancienne Europe de l’Est mais c’est pas grave, se serais pour notre sécurité,notre biens etre a tous…

  3. C’est vrai que c’est douteux ce qui se passe présentement dans le PLQ. Cependant, il ne faut pas mélanger les déboires de l’un avec ceux de l’autre.
    Le gouvernement Harper régit les affaires d’ordre nationale;
    Charest s’occupe des affaires provinciales, et;
    les maires s’occupe des décisions qui concernent les municipalités.
    Le gouvernement Charest n’a rien a voir avec les décisions que prennent les maires, puisqu’il n’a pas compétence dans les décisions municipales. Évidemment, rien n’empêche les médias de supposer pleins de trucs, qui, remarquez le bien, ne seront jamais confirmés…
    Qu’un journaliste doute de la crédibilité du juge Michel Bastarache, qui est un ancien juge à la cour suprême du Canada, me semble un peu ironique… Les nouvelles sont, avant tout, la marchandise que nous vendent des compagnies privées, les médias…
    Mais bon, puisqu’on a supposé que cette commission serait corrompue, puisque Bellemare l’a supposé lors de sa confesse émotive dans les journaux à potins, c’est triste de voir les gens réagir de la sorte, sans se poser de questions quant au fondement véritable de ces allégations.
    Il est normal d’être exigeant envers notre gouvernement, et les médias sont importants quant à l’accès à l’information. C’est l’ampleur que prend l’affaire qui semblent, elle, plus que douteuse..
    Ce qui est sûr c’est que pour l’instant, l’argent, ce sont les médias qui se la mettent dans les poches. Point à la ligne.
    L’état ne doit pas être gérer comme une compagnie; mais le mandat donné à nos élus n’est pas de faire un show public devant un peuple en manque de divertissement. Pourtant, c’est cette tâche qui semble nous plaire..

Les commentaires sont fermés.