Faut-il craindre un tsunami financier?

IStock_000009471825XSmallPar Sophie Stival

Connaissez-vous la théorie du cygne noir (Black Swan Theory)? Les Européens ont longtemps cru que tous les cygnes étaient blancs… jusqu’à ce qu’ils découvrent qu’il y en avait des noirs en Océanie. Le cygne noir représente donc un événement imprévisible et très rare. 

Selon le créateur de cette théorie, Nassim Nicholas Taleb, on sous-estime souvent le prix d’un événement qui a très peu de probabilité de se réaliser. 

On pouvait difficilement s’imaginer que deux avions anéantiraient des tours aussi imposantes que celles du World Trade Center. C’est pareil pour l’accident nucléaire de Fukushima au Japon. Pourtant c’est arrivé…

Selon le Globe and Mail, les plus gros gestionnaires institutionnels de la planète craignent qu’un tel événement rare se produise dans les douze prochains mois. 

Faut-il craindre un tsunami financier?

Le cas de Lehman Brothers

L’instabilité de la zone euro pourrait perturber gravement l’économie mondiale, affirme 71 % des 300 investisseurs institutionnels interrogés par State Street Global Adviser.  

Ces gros fonds de pension, gestionnaires de portefeuilles et banques privées appréhendent un effet en cascades qui paralyserait la croissance mondiale causant des perturbations semblables à celles qui ont mené à la banqueroute de Lehman Brothers.

Outre les problèmes en Europe et la crainte de l’effondrement de l’euro, on redoute le ralentissement de l’économie chinoise, une crise du pétrole et les bulles que peut créer un excès de liquidités. 

Comme le rappelle l’article du Globe and Mail, lorsque la banque d’investissement Lehman Brothers a déclaré faillite en septembre 2008, la plupart des stratégies de protection n’ont pas fonctionné. Les obligations du gouvernement américain ont même connu des rendements négatifs pendant cette période. Il n’y avait aucun acheteur, la liquidité était absente.

Argent sous le matelas…

Un gestionnaire de portefeuille d’actifs américains raconte qu’à cette époque « le plus sûr, c’était de garder son argent en dessous de son matelas ». Il va même jusqu’à suggérer que c’est peut-être encore la meilleure stratégie aujourd’hui, puisque l’inflation est basse. 

La peur incite les investisseurs à garder un pourcentage élevé de liquidité. Certains fonds auraient jusqu’à 40 % de leurs actifs en espèces, ajoute ce gestionnaire. Habituellement, ce pourcentage dépasse rarement 5 %.

Relativiser les craintes

Il faut tout de même relativiser ces craintes en rappelant qu’un nouveau « crash » mondial est peu probable. Ces investisseurs institutionnels sont peut-être sujets à des biais cognitifs liés à leur expérience de 2008. 

Mais tout est loin d’être rose. D’importants risques économiques subsistent. Le nouveau programme d’achat d’obligations de la Banque centrale européenne et la politique de taux près de zéro jusqu’en 2015 aux États-Unis en témoignent.

Le Canada et surtout le Québec ne sont pas à l’abri de ces soubresauts. Mme Marois et M. Marceau devraient se le rappeler…

Craignez-vous une nouvelle crise financière comme en 2008?

 

12 réflexions au sujet de « Faut-il craindre un tsunami financier? »

  1. J’ai essentiellement vendu la moitié de mon portefeuille d’action entre la fin de 1998 et le début de 1999. Le produit de la vente est allé dans des obligations et /ou coupons du Canada & HQ de 10 ans et +. Je n’ai pas procédé à une vente parce que je savais ce qui allait se produire, j’ai vendu parce que je ne comprenais plus ce qui se produisait à l’époque.
    Il y a dix ans à peu près, un vieux collègue d’université m’annonce qu’il venait de lire Fooled by Randomness de Taleb et qu’il a pensé à moi parce que ça tombait tout à fait dans mes cordes. Après une lecture assidue, j’ai vendu le reste de mon portefeuille d’action. Mis à part quelques situations spéciales, je n’ai plus touché au marché boursier de manière systématique depuis 2003.
    Si tout le monde s’entend sur le fait que nous nous trouvons dans la pire crise économique depuis les années trente, il faut savoir une chose, en aout 1929 le DI atteint un sommet qui ne sera surpassé qu’en 1954 ! Il est question ici de 25 ans ! Pendant cette période, il y a eu les purges staliniennes, la guerre mondiale, la guerre de Corée et la Chine est devenue communiste.
    Certains disent que nous avons atteint le sommet du cycle précédent en 2000, d’autres diront 2007. Alors, tirez vos propres conclusions.Ca prendra 10, 15 ou 30 ans et à partir de quand !
    Personnellement, je pense que nous sommes depuis le milieu des années 1990 dans un cycle déflationniste chronique. Le mot déflation est détesté par tous les économistes. Un peu la même réaction viscérale que l’arachnophobie. Il y à peine deux ans lorsque vous faisiez un google sur « INFLATIONARY SPIRAL«  vous étiez bien diriger, fait bizarre, lorsque vous faisiez un google sur « DEFLATIONARY SPIRAL« , on vous redirigeait vers le premier choix. Ca n’existait même pas dans la conscience collective planétaire. À présent, le mot commence à circuler!
    Le plus grand des arachnophobes c’est le boss de la FED. Il combat la déflation comme je crois DON QUICHOTTE s’attaquait aux moulins à vent. Personnellement, je crois que c’est futile et p-e même dangereux, a fortiori, selon TALEB, un remède peut être pire que la maladie elle-même. Je pense que le cabinet du PQ est très conscient des embuches qui nous attendent.

  2. Il y a , fort heureusement, des gens qui allument plus vite que d’autres. Après les années trente, 2008. En 2008, certains économistes ont sérieusement avertis que ce ‘crash’ était le premier d’un crash qui s’opèrerait en deux parties. Nous sommes plusieurs à se demander quand la deuxième partie aurait lieu, et nous la voyons venir de plus en plus vite. Ils sont vraiment intelligents ces hommes qui créent ces  »crashs » comme si l’économie était une science naturelle. Comme si on ne pouvait pas facilement y remédier…Tout ce qui compte pour eux est que l’opinion publique y croît sans questionnement ce qu’on nous dit de façon tellement abstraite et futile, les raisons d’une situation économique. Tout ce qui compte n’est même pas une question d’argent que bien plus que l’opinion publique y croît (même aux mensonges les plus éloquents). Paul Warburg, aujourd’hui on le sait, a été très influent derrière la planification du crash des années trente (avec ses bons amis) et…le propriétaire du Titanic.
     »Le monde se divise en trois catégories de gens: un très petit nombre qui fait se produire les événements, un groupe un peu plus important qui veuillent à leur exécution et les regarde s’accomplir, et enfin une vaste majorité qui ne sait jamais ce qui s’est produit en réalité ». -Nicholas Murray Butler

  3. Pour répondre à la question de Mme Stival. Non je ne crains pas une nouvelle crise financière. Devrions-nous craindre une nlle crise financière. Je ne crois pas. Mais je ne prends pas de chance. Je ne suis qu’un pauvre gringo qui donne son opinion.
    He bien je suis un oiseau de malheur à présent, je me relis, je ne vois pas où j’ai fait une prophétie Nostradamusienne. Dans l’industrie de la finance, ce qui est formidable c’est qu’à chaque crise majeure, les têtes dirigeantes font une bonne infusion (avec raison d’ailleurs) de sang neuf. Out with the old in with the new. Justement, pour essayer d’aplanir le biais cognitif. On donne la chance aux plus jeunes, les plus agressifs, ceux qui n’ont pas de mémoire négative, ceux qui n’ont pas de biais risquophobe. Le party reprend jusqu’au prochain accident générationnel.
    Mme Navarre , j’insiste pour que vous preniez beaucoup de recul. Il faut se faire son propre opinion. Reculer jusqu’à Pampelune s’il le faut.

  4. Je crois que nous auront une corection tres severe a la bourse mon portefeuille est a plus 85% liquide la bule vas crever les institutions cherche a vendre leur actions sur le pic avec la complicité de courtier peu scrupuleux les jeux sont pipés,nous sommes pas tous dupe.Je surveille a tout les jours en direct et ce que je vois c’est de faux signal d’achat il essait de faire monter les marchés a coup de nouvelles et de déclarations peu credibles,regarder les graphiques mais attender avant de vous lancer prepare vous car ceux qui vont faire des sous c’est avec les ventes a decouvert…

  5. La crise de 2008-2009 est structurelle. Et comme rien n’a été fait pour repenser l’économie mondiale, il serait normal que cette crise se répète. Et même qu’elle soit encore pire. Je ne le souhaite par pour autant…

  6. Demain j’aurai froid , je devrais me vêtir.
    Demain j’aurai faim , je devrais me nourrir.
    Demain j’aurai besoin de me reposer, je devrais me loger.
    Jeudi je vais avoir ma paye , j’irai m’acheter des vêtements,faire l’épicerie et faire un paiement
    sur ma maison. La roue de nos besoins est intrisèquement liée à celle de l’économie, de l’offre
    et la demande naîtront profits et pertes, valeurs marchandes et réelles spéculeront les marchands
    de rêves, et moi petit épargnant serai toujours pris dans cet engrenage sans fin.

Les commentaires sont fermés.