Travailleurs saisonniers agricoles: un peu d’ouverture s.v.p.!

 

On dit souvent qu’on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Dans le cas du litige qui oppose les fermiers aux travailleurs saisonniers, c’est quelque peu différent, mais pas tant que ça. Jusqu’à maintenant et en vertu d’un article du Code du travail datant de 1964 (avant la Charte des droits de la personne), les travailleurs saisonniers du milieu agricole n’avaient pas le droit de se syndiquer.

 

La  Commission des relations du travail du Québec a déclaré vendredi dernier inopérant cet article de la loi, une décision étoffée de 85 pages. Une belle victoire pour l’ensemble des travailleurs saisonniers agricoles au Québec. Cette main-d’œuvre majoritairement constituée de travailleurs étrangers (Mexique et Guatemala notamment) gagne le salaire minimum et vit très modestement. Ils seraient près de 7 000 à travailler dans nos champs de mars à octobre.


Conditions de travail difficiles

En stipulant que les personnes employées à l'exploitation d'une ferme ne sont pas des salariés à moins qu'elles n'y soient employées à l’année et au nombre minimal de trois, le Code du travail souhaitait à l’origine protéger la petite ferme traditionnelle québécoise de la syndicalisation. Mais de nos jours elle protège plutôt les fermes saisonnières de toutes tailles.

    

Et si les fermiers font appel aux travailleurs étrangers, c’est parce que la main-d’œuvre locale ne se bouscule pas à l’entrée… Ces travailleurs font le voyage parce que c’est plus payant que chez eux, on le sait. Mais le Québec a quand même le devoir de respecter leurs droits en plus de leur offrir des conditions de travail minimales.

 

Évaluation scellée

Ces travailleurs migrants sont véritablement esclaves de leur contrat de renouvellement. Selon Louis Bolduc, directeur pour le Québec des TUAC (Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce), chaque travailleur est évalué en fin de saison et cette évaluation est mise dans une enveloppe scellée. Celle-ci est remise au gouvernement du travailleur à son retour et détermine si ce dernier sera rappelé l’année suivante. Le prix à payer si on fait du trouble est donc très élevé.

 

Bien sûr, les fermiers ne vivent pas non plus dans l’opulence. Leurs conditions de travail sont souvent difficiles et la concurrence étrangère est vive. Mais la présente situation ouvrait la porte à des abus inacceptables. Et le Code du travail devrait s’appliquer à l’ensemble des entreprises québécoises, peu importe leur grosseur et leur fragilité, précise la décision du commissaire.

 

Le gouvernement du Québec (ministre du Travail) doit réviser cette décision. L’UPA fera sûrement appel en défendant les « petits » fermiers. Souhaitons que toutes les parties démontrent une certaine ouverture. L’Ontario et la Colombie-Britannique l’ont déjà fait. C’est du respect des droits humains dont il est question. Rappelons-le-nous.

 

Qu'en pensez-vous?

12 réflexions au sujet de « Travailleurs saisonniers agricoles: un peu d’ouverture s.v.p.! »

  1. Ces travaileurs saisonniers ont droit à des conditions de vie respectables: bons lits, hygiène, nourriture adéquate, du temps de repos et des interventions faites dans le respect de part et d’autres. Ne doivent pas être traités comme des esclaves mais comme des collaborateurs dans la manière du fermier de communiquer avec eux. Eviter la ségrégation entre les différentes couleurs et cultures. Du respect! Bon nombre d’employeurs sont corrects, d’autres mériteraient d’être traités comme il traitent leurs employés…!

  2. Permettre à des travailleurs étrangers et saisonniers de se syndiquer est complètement ridicule. Le résultat est facile à prévoir: augmentation des couts de production, donc augmentation du prix de vente, diminution de la compétivité donc diminution des ventes, et, à plus long terme, impossibilité de rester rentable donc fermeture de nos fermes locales pour avantager la culture à l’extérieur.
    Il faut aussi pense que ces travailleurs sont payés au salaire minimum, mais vous ne semblez pas avoir considéré que ces travailleurs sont logés, nourris et que leur transport est payé. Ce sont donc nos travailleurs qui sont expoités car ils sont payés le même salaire mais sans le logis, la nourriture et le tour d’avion.
    Un autre point à ne pas oublier est que ces travailleurs immigrants sont très content de leurs conditions. Ils viennent travailler ici pendant 3 ou 4 mois et, à leur retour, sont capable de faire vivre leur famille pour toute l’année.

  3. De traiter les employés humainement va de soit, mais de permettre à des travailleurs étrangers de se syndiquer est un non sens à mon humble avis. Toute augmentation de leurs conditions se fera au détriment de nos propres intérêts. Notre salaire minimum représente un salaire mirobolant pour ces gens et il va de soit qu’ils doivent travailler dur pour le mériter.
    Expatrié, je travaille présentement avec des gens qui travaillent à moins de 1$ de l’heure dans des lieus reculés et loin de leurs familles. Si vous croyez que ces mexicains font pitiés, vous devriez vous ouvrir les yeux sur la réalité du tiers-monde.
    Nous faisons face à deux choix : soit nous renonçons à notre rythme de vie bourgeois (maison, voiture, télé, cellulaire, etc.), soit nous acceptons que la vie soit injuste et que ce soit à chaque nation de se tailler une place dans le monde. Je ne suis pas si sûr que la Chine sera là pour nous aider lorsque ce sera à notre tour d’être dans cette situation.

  4. Ça fait neuf ans que je travaille sur différentes fermes de la Colombie-Britannique et du Québec et je dois dire que les Mexicains ont de meilleures conditions de logement que les Québécois (théoriquement Canadien). Il y a encore beaucoup de fermes qui n’ont ni toilette ni cuisine pour leurs travailleurs du Canada, mais pour les Mexicains, les fermiers sont obligés de fournir toutes les commodités, incluant le lit. Alors les Québécois, apportez votre tente et arrangez-vous!! Mais au moins au Canada, nous savons accomoder nos étrangers…

  5. Ne me faites pas pleurer! En partant d’ici, les travailleurs étrangers sont admissibles aux congés parentaL. Et oui, un an de prestations d’assurance chômage en parental – faut le faire. Pas besoin de vous dire qu’ils ne viennent pas pour rien; c’est payant. Quatre mois de travail et un an de revenu CANADIEN dans leur pays. Ca vaut le déplacement. Plusieurs d’ailleurs revienent deux et trois fois et à chaque année, hop là ! un nouveau bébé Holé Holé.

  6. Je serais bref, la majorité des producteurs qui emploient des travailleurs étrangés doivent leurs rentabilité à ceux-ci donc je crois qu’ils sont bien traiter
    A qui profitera la syndicalisation si ce n’est qu’au syndicat ?Nous sommes au Québec la province la plus syndicalisé et comment se porte nos finances?Syndicaliser l’agriculture et vous irez acheter tout vos fruits et légumes d’autres pays !

  7. comme monsieur la si bien dit…est-ce que le bourgeois qu’il représente irait lui dans le champ ramasser des brocolis?! j’habite a la campagne moi,je les vois trimer dur tout l’été les  »mexicanos »…juste l’odeur que ca a je pense que monsieur bourgeoisie vomirai!!! moi ces travailleurs la je leur dis MERCI pis tant qu’a moi c’est juste normal que le ti-flo qui ramasse les concombres l’été pour se payer ses clopes pis sa caisse de broue du samedi soir ai pas les memes ‘ privileges’ que le mexicain qui a pas de foyer ici donc pas de maison ou logé contrairement au ti-zouf qui habite chez maman encore! ceux qu’on engage pour travailler dans les champs sont 100 fois plus vaillant que la plus part d’entre vous , si ils avaient plus de choix ils seraient pas la eux non plus donc j’pense pas qu’ils veulent se syndiquer juste pour pouvoir vous emmerder…pis ceux qui disent quasiment qu’ils font des bébés expres parce que ils retirent de l’argent d’ici- regardez donc dans la court d’a-coté…yen a combien des québécois qui ont décidé de finalement avoir des enfants pcq ca amene ben des avantages financier au bout du compte?! congé parental payé-frais pour service de garde etc ya jusqu’aux compagnies d’assurances qui font des rabais si vous avez des enfants- vous aussi vous y avez droit pis vous en profitez en masse!!!!

  8. Avec l’avènement du « North American Union », de notre devise commune « L’améro », ça ne sera plus un problème: terminé les syndicats, adieu à la « classe moyenne », tous serons égaux, c’est-à-dire « pauvres ».

  9. À 32 ans , je suis déjà un récent ancien fermier de carrière et c`est tout à fait ridicule de voir la syndicalisation arriver sur nos fermes . On a déjà peine à rejoindre les 2 bouts à cause du cheap labour des pays qu`on appelle politicly correct , en voie de développement . Ils ne respectent pas l`environnement alors qu`ici on a les normes les plus honéreuses du monde dans ce sens …Et sans compter les multiples produits bannis au Canada depuis plus de 30 et même 40 ans que l`on mange maintenant avec ces beaux compétiteurs dans nos épiceries … L`immunité de notre société va planter c`est clair . Alors il faut avoir des prix compétitifs sans utiliser ces produits dangereux mais rentables ! Et maintenant ce sont ces travailleurs qui viennent s`enrichir ici et ils ont déjà l`énorme privilège de gagner 20 fois leurs salaires dans notre beau pays et de retirer du chômage une fois rendus chez eux ce que l`on ne peut pas faire si on pars une seule semaine en vacances aux états unis pour se reposer par exemple. Pendant ce temps , on engraisse des BS qui attendent notre argent bien assis sur leurs fesses ou bien en travaillant au noir . J`achève mes cours spécialisés que j`ai entammé il y a 2 ans due à la non rentabilité de notre agriculture et il y a d`autres provinces qui cherchent de la bonne main d`oeuvre spécialisée… Ça donne le goût d`aller voir ailleurs car je vois pas le bout du tunel de payer encore davantage pour une société de moins en moins performante et exigeante…. Merci

  10. La syndicalisation des travialleurs étrangers c’est juste une question de $$$$ POUR LA FTQ, RIEN à voir avec le bien être de ces employés!Si nous tenons compte du logement, du transport, électricité, téléphone, télévision par cable en Espagnol leur salaire équivaut à environ $11.50 hrs.Leur condition de travail est déjà guarantie par contrat et bien sûr il sont protègés par la commission des normes du travail comme tous les autres travailleurs du Québec. Le vraie question c’est est-il mieux pour nous et pour eux de produire nos fruits et légumes ici dans ces conditions, ou de les importer de leur pays récoltés par eux avec un salaire de $1.00 hr? Mais je comprend qu’il est plus facile de syndicaliser ces travailleurs que ceux de Wall-Mart !Bravo à nos syndicaleux qui n’ont rien à faire du bien être de notre société et encore moin des Mexicains. Ce ne sera pas le premier secteur tertiaire qu’il vont détruire. La charte c’est bien beau mais ça fait pas pousser les fraises.

  11. Le prix des fraises et des tomates d’ici étaient déjà déjà « borderline ». Si on considère que ça coutait presque la même chose de faire venir les denrées par bateau et que ça polu d’avantage de produire dans des serres que de les transporter d’ailleurs par bateau, avion et camion, nous pouvons dire adieu à certains producteurs dans le futur. Les Québécois ne sont pas libre, c’est les étrangers qui le sont ici!

Les commentaires sont fermés.