Nouvelles règles hypothécaires : le Québec plus pénalisé?

Couple_maison_IS2Par Sophie Stival

Ce 4e resserrement des règles hypothécaires depuis 2008 ne devrait pas nous surprendre. Les rumeurs couraient depuis janvier dernier. Les institutions financières sont plutôt d’accord. La source du problème : l’endettement record des ménages au pays.

Les taux sont à des niveaux si attrayants que rien ne semble vouloir ralentir l’activité immobilière au Canada. La décision est donc logique et justifiée. Mais au Québec, la surchauffe du prix des maisons et des condos n’est pas aussi dangereuse qu’à Vancouver ou Toronto, par exemple.  

Cette décision est-elle pour autant injuste pour le Québec? Sûrement pas.

Comment freiner autrement l’ardeur des acheteurs et ralentir l’augmentation des prix des propriétés? En haussant bien sûr les taux d’intérêt et par ricochet les taux hypothécaires. 

Les sombres perspectives de l’économie mondiale ont déjoué les plans de la Banque du Canada. Desjardins, par exemple, ne prévoit pas de hausses de taux avant la fin de 2013.

Le cas du Québec

Il est vrai que le marché immobilier n’est pas aussi survolté au Québec que dans certaines villes de l’Ouest et en Ontario. Mais en restreignant d’un océan à l’autre ces règles, on s’assure de lancer un signal clair à toute la population. On a été trop loin par le passé, on corrige maintenant le tir. Ce qui n’est pas une mauvaise chose.

L’APCHQ ou l’Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec craint que ces règles touchent l’accès à la propriété. Le gouvernement fédéral prétend que seuls 5 % des nouveaux acheteurs seront touchés. Selon l’APCHQ le quart des nouveaux acheteurs optent pour l’amortissement 30 ans. 

En abaissant la période maximale d’amortissement de 30 à 25 ans, on s’assure que les futurs propriétaires paieront en fin de compte, moins d’intérêt et surtout, qu’ils auront plus rapidement un actif à eux.

En d’autres mots, il est peut-être prudent pour ces familles, souvent des jeunes, de retarder leur achat de quelques années ou encore, de faire le choix d’une propriété plus abordable.

On oublie que 25 ans c’est long. Les taux ne resteront pas toujours aussi bas. Si dans 5 ans, les taux hypothécaires ont augmenté de 2 %, que se passera-t-il? Les mensualités des emprunteurs ne seront plus les mêmes. Plusieurs ménages lourdement endettés ne pourront plus rembourser l’ensemble de leurs emprunts (cartes de crédit comprises).  

En limitant les refinancements à un prêt maximal de 80 % de la valeur de l’habitation, on s’assure qu’on ne rembourse pas ses dettes de consommation en hypothéquant totalement sa résidence. C’est une question de bon sens.

Rappel des changements aux règles

Dès le 9 juillet prochain,

  • La période maximale d’amortissement passera de 30 à 25 ans. Elle a déjà été de 40 ans!
  • Le prêt maximal consenti sur la valeur de l’habitation passe de 85 % à 80 % (marge hypothécaire, refinancement). Ce taux était de 95 % avant 2010.
  • Certains ratios d’admissibilité sont resserrés.

Le régime d’accès à la propriété (RAP) demeure un outil précieux pour ceux qui souhaitent s’acheter une première résidence. Voici un document informatif produit par l’Autorité des marchés financiers : Sachez RAPer sans déraper! Il aborde également la question de l’assurance prêt hypothécaire.

Serez-vous pénalisés par ces nouvelles règles hypothécaires? Qu’en pensez-vous?

25 réflexions au sujet de « Nouvelles règles hypothécaires : le Québec plus pénalisé? »

  1. C’est comparable a acheter maintenant et payer plus tard, il y a eu beaucoup trop de laisser aller avec le temps, beaucoup n’ont pas connu des taux de 7-8-10%, si quelqu’un est déjà a la limite avec un taux de 4% et un amortissement de 30 ans, ou est la marge de manoeuvre. Même le fameux 5% de mise de fond, souvent emprunté via un autre pret.
    Beaucoup veulent leur première maison parfaite, au lieu de commencer avec plus petit moins chère, c’est la mode, je veux tout de suite, et la facture plus tard.
    Je ne serais pas pénalisé, je n’ai jamais acheter maintenant et payer plus tard, car je n’ai pas de boule de crystal pour prédire si je vais travailler dans 1 an ou 2 au même salaire.

  2. Les mesures adoptées par la BdC sont nécessaires et ne constituent que le strict minimum. Une des contremesures les plus importantes est de ne plus assurer les JUMBO LOANS, ceux de plus d’un million de dollars. Je trouve que la BdC ne va pas assez loin. J’aurais exigé plus que 20% de mise de fond. J’aurais exigé 30% ! Les propriétés avec une hypothèque de plus d’un million à Montréal ne sont pas choses courante. Cependant, à Toronto et Vancouver c’est pratiquement la norme.
    Aux É-U, les JUMBO LOANS sont une véritable catastrophe ! Tout de même, si les excès immobiliers devaient se corriger un jour ici au Canada, ces propriétés en mangeraient tout une et la SCHL, donc, vous et moi, indirectement allons ramasser la facture.
    Il existe 10 000 000 millions de propriétaires au Canada, grosso modo (j’arrondi un peu). À peu près 10% de ce parc immobilier est évalué au-delà de 1 000 000 de dollars. Soit un million de propriétés. Si on considère que la moitié est libre d’hypothèques, il en reste par conséquent 500 000 qui sont grevés. Supposons un scenario de 5% de défaut de paiement, alors, nous parlons de 25 000 000 000 milliards ! Un scénario catastrophe comme à Las Vegas ou Phœnix serait plus de l’ordre de 50 000 000 000 milliards ! Ahum !
    En moyenne, à travers le pays, en une annee, il y a 380 000 transactions immobilières. Toutes les autres mesures de FLAHERTY vont définitivement affecter ces gens. Les barrières à l’entrée viennent de monter. Dans un schéma d’analyse de spéculation. C’est un peu comme si on vous demandait une mise de fond initiale plus élevée pour avoir le droit de vous asseoir à une table de BLACK JACK.

  3. Cher Sylvain,
    Peut-être as-tu une réponse pour moi. Est-ce vrai qu’une institution financière peut rappeler un prêt hypothécaire à n’importe quel moment, même si vous avez toujours effectué vos paiements ?
    Sans jamais en avoir raté un seul !

  4. Pourquoi finissez-vous le titre de l’article avec un point d’interrogation? N’importe quel canadien anglais hors Québec qui vient s’y établir note haut et fort que c’est le cas à moins d’un an de résidence…Combien d’amis-es outre-provinces qui sont venus-es habiter ici m’ont dit:  »You Quebecers get shafted right, left, front and center »?

  5. @Argonaute
    D’abord, tous ceux qui ont déjà un amortissement de 30 ans ne sont pas pénalisés. Ce sont les nouveaux acheteurs qui sont ici visés (dès le 9 juillet).
    La majorité des Québécois ont une hypothèque amortie sur 25 ans et moins. Là où le bât blesse, c’est la règle du refinancement à 80 % au lieu de 85 %. Mais trop de gens ont abusé de leur marge hypothécaire pour s’acheter des biens de consommation. Les banques ont été très laxistes également. Quand l’économie roulait, elles ne craignaient rien. Maintenant, elles doivent protéger leur bilan…
    On peut aussi penser qu’un marché immobilier qui ralentit permettrait aux nouveaux acheteurs d’attendre sans avoir peur de manquer le bateau, comme ce fut le cas ces dernières années.
    Je n’envie pas les premiers acheteurs de l’Ontario et de l’Ouest canadien. L’accès à la propriété dans certaines de ces villes est encore plus restreint que chez nous, si vous voulez mon avis. Merci.

  6. Le gouvernement ne s’attaque pas a la bonne place, le probleme est que les gens abuse du credit facile , je suis un courtier qui passe sont temps a refinancer des clients qui on surconsommer , ils gagne plus ou moins 50 000$ brut comme revevue famillial , ils ont des prets auto des 700$ par mois , des carte de credit , en moyenne 3 a 4 , pleine a 5000$ chaque , un pret personnel accord d de 10000$ pour les meubles et une TV 55 pouces et un paiement de loyer de plus ou moin s 900$.dans son compte de banque , ils leurs reste plus ou moins 1000$ a la fin du mois .total de la facture annuel :40000$ en paiement ….voila le probleme.

  7. Encore un fois c’est les jeunes qui écopent. Ces règles force les jeunes à louer les logements insalubres des baby-boomer. Et dire qu’ils n’ont juste a attendre quelques années le temps de se ramasser de l’argent est un peut hypocrite. Il y a 20 ou 30 ans un logement coûtait par mois, environ 25% du coût d’achat pour la même superficie. Aujourd’hui un logement coûte environ 70% du prix d’achat. Alors les jeunes prênent beaucoup plus de temps pour se ramasser de l’argent et avoir enfin des actifs. Pendant ce temps là, les jeunes paie des loyés 700$ par mois pour riens au lieu des 850$ dans quelque chose qui leur appartient. En plus cette même génération ne pourra compter que sur leur REER pour leur retraite. Je sais pas si vous regardé vos REER récemment, mais avec tout les problème qui a en Europe on a tout la misère du monde à avoir du 5% par années. Alors pourquoi pas les laisser investire dans une propriété qui est à mon avis beaucoup plus rentable qu’un REER. Moi je magasine présentement pour une propriété et je me dépêche pour que le tout soit approuvé avant le 9 juillet. Pas parce que je suis cave et que je veux payer des intéret, je pourrais emprunté sur 25 ans, mais mon plan a toujours été de prendre le 80$ que je paierai de moins par mois et de l’investire directement sur le capitale. À mon avis je vais payer ma propriété plus vite en payant moins par mois et plus sur le capitale que de mettre le tout sur 25 ans. Donc en résumer c’a serait le fun si un momment donné on penserait aux jeunes pour un fois. J’ai comme l’impression que c’est toujours les mêmes générations qui paie leur juste part.

  8. Bonjour, je ne suis pas conservateur, et je ne le serai jamais…….Mais, je dois admettre que ses nouvelles règles ont du bon sens……et ne pénalise pas les jeunes……au contraire, elles vont plutôt les aider……Dans le passé, j’ai été agent immobilier, et j’en aie tellement vue des pauvres gens qui se sont mis dans le trouble………Si vous êtes jeunes, pas de dettes (A part la dette étudiante) bon travail, et vous avez au moins 5% d’économie (REER OU NON) bon allez y , ce sera le meilleur placement de votre vie…..et n’oubliez pas, acheter selon vos besoins et moyens. Merci

  9. Ca vas faire les commentaires sur les bébé boumers on as payé les taxes les autoroutes et tout ce qu’il y as autour de toi en villes OK Les gens de ma génération avons relevé nos manches et on a travaillé plustot que de brailler, arretons de plaindres les jeunes a tout bout de champs .J’ai travaillé avec des surnuméraires pendants 15ans et ils prenaient des vacances dans le sud tout les hivers
    et fesait des excursions de ski ou de planches a neige sans parler des fetes presque toutes les semeines des restaurents tout les midsi .Ici je ne parle pas de leurs tatouages ni du dernier cris de leurs cellulaires L’argent de coté non leurs mots d’ordres on a du fun et si on as plus d’argent tant pis.
    Moi j’ai pris une fois une vacance dans le sud apres avoir payé ma maison apres 33ans de travail je n’ai pas ni tatouages ni cellulaire et je ne vais pas feter tout les weekends alors commes ils sont adultes je suppose, ils ont un choix a faire alors fichez nous la paix avec les PAUVRES JEUNES.
    PS mon fils travaille et apres seulement 5 ans de travail il ce paye une maison toute neuve en benlieu sans avoir un salaire faramineux .

  10. Ha j’oubliais les bébé boumers ont payé j’usqua 18% sur les prets pour leurs maisons tout comme moi et les commerces fermais les portes, des pertes demploie ce n’est pas nouveaux les gens ont la mémoire courte et la critique des plus vieux, trop facile .
    UN BÉBÉ BOUMER en TA

  11. @ Oli,
    Quelle est la différence entre prendre 25 ans et pas de remise de capital a tous les mois, et 30 ans et remise en capital de 80$ par mois,
    exemple: emprunt de 200 000$ a du 4% 5/25 = 1051 mois
    200 000$ a du 4% 5/30 = 952 mois +100 mois en capital
    vous allez payez le même prix, ou presque, par contre votre assurance sur le prêt va vous couter plus chère, et chaque mois que vous allez oublier le capital, vous allez payer plus d’intéret.
    Dites vous que nous avons tous été jeune, la différence, les taux d’intéret sont la moitié de ce que je payais ma première année d’hypothèque, et nous avons attendu d’avoir l’argent pour investir, nous ne voulions pas tout, tout de suite.

  12. Cocorico,
    Oui dans certain cas de pret hypothécaire (rare) une institution peut rappeler une hypothèque, même si la personne n’est pas en défaut de paiement, elle peut juger que son prêt est a risque pour d’autre raison, solvabilité, faillite, valeur de ses garantie. d’autre créancier, perte de valeur, taxes ou assurance impayé.
    Mais assez rare, a lire code civil 2748 a 2795. généralement si ca arrive, c’est lors des renouvellement de teme.

  13. Merci Sylvain pour la réponse.
    Je t’ai posé cette question pour la simple raison que durant la Grande Dépression des années trente, lorsque l’immobilier aux É-U a reculé en moyenne de 60% à partir de 1925 (éclatement de la 1ere bulle Floridienne), jusqu’en 1946. Il est question ici d’une période de plus de 20 ans ! Au Japon, la crise immobilière entre dans sa vingt-deuxième année ! Les institutions financières encore solvables utilisaient une pratique assez courante qui était celle-ci.
    Avant de rappeler les prêts hypothécaires sur les propriétés fortement grevées et dont la valeur au marché ne couvrait bien sûr pas la dette, elles optaient de rappeler les prêts sur les propriétés moins grevées dont l’équité était le plus proche de la valeur au marché de la propriété, afin de récupérer la mise. Un exemple pour illustrer :
    Voisin A et Voisin B vivent dans le même quartier et partage la même clôture. Les deux propriétés sont presque similaires et elles ont une valeur au marché de 20 000.00. Voisin A doit 25 000 sur sa propriété, Voisin B doit 5 000 sur sa propriété. Ces deux propriétés ont déjà évaluées à 30 000. Voisin A a cessé ses paiements depuis 1 an. Voisin B n’a jamais raté un seul paiement. La banque rappelle le prêt de Voisin B!

  14. Moi je suis d’accord avec Oli, il est beaucoup plus difficile pour un jeune en 2012 d’être propriétaire qu’il y a 20 ou 30 ans. Mon père a acheter, en 1978, à 28 ans, seul, une maison canadienne toute en pierre (les 4 côté) avec toit cathédrale, sur un terrain de 15 000 pi² au coût de 78 000$. À l’époque, il gagnait, en commençant, 35 000$/année soit un ration salaire annuel vs coût de la propriété de 2.23. Autrement dit, sa maison lui coûtait 2.23 foi son salaire annuelle. Il a vendu sa maison l’an passé 385 000$. En 2012, un jeune qui commence et qui occupe le même poste que mon père occupait à l’époque gagne 48 000$/année. Si ce même jeune avait voulu acheter la maison de mon père, cela aurait représenté 8.02 foi son salaire donc il est clairement plus difficile pour un jeune d’être propriétaire. En 2012, des maisons unifamilliale de qualités sous la barre des 200 000$ ne sont pas chose courante alors que des salaires de 40 000$ à 50 000$ représente le salaire de la majorité des Québécois. Voyez-vous où je veut en venir ??? En 2012 l’accès à la propriétés est 2x plus difficile qu’en 1978 car pour avoir le même ratio salaire vs hypothèque, soit 2.23, les jeunes doivent se mettre à 2 pour acheter une maison. Maison payé des peanuts et vendue à gros prix par ces même baby-boomers qui disent que nous les jeunes nous voulons tout avoir sans effort. Combien d’entre vous avez payé vos maison sous les 100 000$ et les avez vendu plus de 300 000$ ??? Je ne pense pas que nous nous serions capable de revendre la maison que nous vous avons achetés 300 000$ et faire 200% de profit dessus.

  15. Cher David
    Je sympathise avec les jeunes d’aujourd’hui. J’ai trois ados gars ! Nous essayons de les préparer du mieux que nous pouvons pour les défis qui les attendent. Dieu sait que les défis sont nombreux. Cependant, chaque génération a eu son lot de problèmes, de calvaires et de tribulations. En passant, Oli et David, mon voisin qui est de 30 ans mon sénior, à payer sa propriété, dix fois moins chère que moi !
    Ce n’est pas un hasard si les jeunes quittent le nid familial plus tard. Ce n’est pas un hasard si les jeunes sont forcés de revenir à la maison. Citron, j’ai des cousins en Italie qui sont contraints de retourner avec leurs enfants chez la belle famille !
    L’accessibilité à la propriété, surtout dans les grands centres urbains, est clairement impossible pour la majorité des jeunes. Il n’y a pas 36 solutions, soit que les salaires augmentent sensiblement ( je ne crois pas!), soit que les tx d’interets restent bas pendant 20 ans (je ne crois pas!) , soit que le prix des propriétés se rajustent radicalement !
    Si j’avais vingt-cinq ans aujourd’hui, je n’achèterais aucune propriété. J’essaierais de me trouver le plus petit appartement qui me conviendrait, je vivrais frugalement et j’essaierais de mettre le maximum d’argent de côté.

  16. @ robert
    premièrement: Les autoroutes ne sont pas payé. Ils sont dans la dette du Québec. Donc vous n’avez rien payer pentoute. Vous avez pelleté dans la cours des génération suivante. Deuxìèmement: votre fond de pension augmentait aussi de 18%. Troisièmement: Regarde ce que tu a payé versus ce que tu as reçu. Si tu fais le calcule, votre génération à beaucoup plus reçu que payé. Quatrièmement: Vous n’aviez pas de cellulaire parce que c’a existait pas ….. a-t-on besoin d’en dire plus sur ce point …. argument totalement ridicule. Cinquièmement: Les voyages sont plus accessible pour tout les classes de la société ….. c’a s’appelle l’évolution. C’est un peut comme dire que le pape Jean-Paul 2 est le pape qui a le plus voyagé ….. j’espère, les autres se promenait à cheval (J’exagère mais bon). Pour ce qui est du braillage, à voir les pub d’Yvon deschamps, des ti-vieux mal traité …. comme s’ils étaient plus mal traité que les autres générations avant eux. C’est juste rendu à leur tour et il faut encore penser à eux. Nous on braille pas …. on se révolte, c’est pas pareil.

  17. @Oli
    Quand tu parle des vieux qui sont mal traités, oui c’est pire qu’avant. C’est pire car avant les enfants s’occupaient de leurs parent alors qu’aujourd’hui non. Et qui sont ces vieux mal traités ??? Les parents des baby-boomers !!! Les baby-boomers ont parké leurs parents dans des CHSLD en leurs disant « Débarrasse toi de tout le capital que tu a et donne nous ton héritage tout de suite sinon le gouvernement payera pas » pour être sur qu’eux non plus ne payent pas et que leurs héritage ne sera pas diminué. Sauf que maintenant qu’ils approchent de l’âge à laquelle ils ont placé leurs parents, ils ne veulent pas vivre dans les mêmes condition qu’eux donc il faudrait s’occuper mieux d’eux qu’eux l’ont fait avec leurs parent !!!

  18. Cher David,
    Je ne comprends pas cette haine que tu ressens, mais j’imagine que c’est comme ça que les révolutions débutent.
    Je trouve tes commentaires un tantinet réducteur et trop généralisateur… Il existe surement des boomers qui comme vous dites parkent leurs parents mais je ne crois pas que tu puisses en tirer une conclusion générale.
    Dans mon entourage agrandi, famille et amis, moi compris, je ne connais aucune situation comme tu me la décris. C’est loin d’être scientifique mais ça au moins le mérite d’être franc !
    Personne ne remet en question que les générations qui vous ont précéder ont probablement trop pressé le citron. Croyez-moi, ce n’était pas un plan diabolique pour spolier les générations future. C’était fondé sur un espoir un peu puérile et très inspirant que la technologie, la science, le savoir, le progrès allait toujours nous porter plus haut et plus loin. Que peu importe les problèmes, nos savants, nos experts allaient performer leur sorcellerie habituelle et sortir un beau lapin du chapeau de magicien.
    Mon arrière grand père était un berger et il était analphabète, je parie que ton arrière arrière grand père, se réveillait à l’aurore et travaillait comme un diable dans le champ pour nourrir 10 bouches, il était probablement analphabète comme mes ancêtres. Le fait est que depuis 125 ans, mis à part la décade perdue de la Grande Dépression, le niveau, la qualité, l’espérance de vie a augmenté sans cesse de manière ininterrompue de génération en génération. Up until 20 years ago !
    Très content que vous puissiez profiter de voyager à rabais et visiter des destinations exotiques. Moi je n’ai pas eu ce privilège, ou du moins, je n’en ai pas profité, mon père encore moins ! Très content que vous utilisiez le cellulaire comme une extension de votre cortex cérébral. Moi aussi je ne m’en passerais pas ! Toutes des inventions que vous prenez pour acquise, bien, figurez-vous que quelqu’un qui a été jeune à une certaine époque a défié toutes les conventions et tous les obstacles pour pondre ces merveilles ! C’est à votre génération et celles qui vous suivront de faire de la magie.
    Entre-temps, les excès se corrigeront d’une manière ou d’une autre, nous y gouteront tous !

  19. Bonjour, je n’ai pas tout lu les commentaires mais voici mon expérience. Nous avons construit nous-même notre première maison en 1984 avec un programme ‘Corvée Habitation’ à 9.5% intérêt, aubaine de l’époque. Coïncidence, canadienne pierre 4 faces sur terrain immense acheté à rabais. Grosse hypothèque de 45 000$.
    4 ans plus tard, on vend avec profit, on achète un gros triplex, les taux sont bons mais les prix élevés. L’immeuble doit prendre de la valeur mais, zut, récession, tout s’écroule, malgré les revenus ça coûte cher à payer, à gérer.
    On s’endette, manque de travail, solution on refait l’hypothèque, on paie la grosse marge de crédit, élimine qq cartes de crédit, les vieux comptes. Finit par vendre, en-dessous du prix acheté, les lois du marché. Moins de comptant puisque on a augmenté l’hypothèque au moins 2 fois.
    Achète une maison, bon prix, taux moyen, tout va, mais l’économie pique du nez, quand le budget est trop serré, la situation devient vite précaire, encore ! Hypothèque la maison pour payer dettes encore ! Joue avec les cartes de crédits.
    Expérience de vie sur 35 ans. Mon diagnostic ? L’hypothèque devrait être un intouchable avec objectif de finir par payer sa maison. Tout ce que l’on met dedans pour la gonfler finit par coûter une fortune. Solution ? Payer tranquillement mais payer ses dettes. Je l’ai fais une après l’autre, j’en ai payé des intérêts mais mon hypothèque, intouchable !!
    Aujourd’hui,tout près de la retraite, on paie la grosse hypothèque qui contient des reliques du passées. Question; Si j’ai mis un vieux prêt de 4 ans dans mon hypothèque, il a été étalé sur 25 ans, coûte moins cher par mois hein, mais il revient à combien finalement ? Hein,les meubles que je n,ai plus , je l’ai paie encore dans mon hypothèque qui m’empêche de me retraiter dignement.
    Donc, pas plus difficile pour les gens d’aujourd’hui, différent et sans doute mieux vivre, hé vous avez accès au paiement sans intérêt sur les meubles, tu divise, tu paie, tu vend sur kijjiji… :-))

  20. Cher CoCoRiCo
    Ne t’en fait pas il n’y a pas tant de haine que ça hahaha. Je suis quelqu’un qui a des opinions très tranché mais je suis aussi quelqu’un qui est capable de se servir de sa tête. J’ai souvent ce type de réaction quand je lis des commentaires comme ceux de Robert qui voudrait que je pleure sur le fait que la vie des baby-boomers était Ô combien difficile et à quelle point la notre est simple, et qui ne veut pas avouer que l’avenir est beaucoup moins rose pour notre génération que pour la sienne !!! Sans rancune mec !!!!

  21. David,
    Avoir des opinion tranchant est toujours mieux que pas d’opinion, je fais parti de la génération sandwich (x pour certain), ce qui veux dire que je suis entre les Babyboomer et la génération 20-35
    Les premiers ont assez bien profiter de tout, mais en même temps ils ont fait évoluer la société de plusieurs facon, et la deuxieme ne veut pas payer pour les excès des babyboomer mais aussi avoir tout, tout de suite, j’ai sorti de l’école avec 2 recession coup sur coup, chomage à 11%, intérêt hypothécaire entre 9 et 11%, pas de job dans la fonction publique, pas de fonds de pensions garantie, pas de job garantie, taux intéret auto entre 8 et 12%(neuf), salaire minimum a 3,25$ loyer était a 450$, le meme aujourdhui est 700$.
    Le délai pour se placer en sortant de l’école dans notre domaine était entre 1 et 2 ans, mais pas toujours temps plein, quel est aujourdhui le délai (pas les sciences sociales).
    Commencer en bas de l’échelle je connais, ne pas avoir le premier choix sur les vacances je connais, mais maintenant ceux qui entre dans mon domaine, veulent que je me prive de cet avantage apres 20 ans d’attente.
    Si les taux d’intéret n’aurais pas été maintenu bas pour soutenir la consommation, la valeur des maisons auraient suivi l’indice d’inflation et non l’indice de consommation!
    La logique veut que les prix monte selon l’indice de l’offre et de la demande, un intéret bas, presque pas de mise de fond, la demande a augmenter, le prix aussi, le problème, quand les taux vont monter, le prix des maisons et de l’hypothèque ne vont pas baisser.
    Le principe de maximum 2 fois le revenu brut familial n’est plus appliquer par les futurs acheteurs, et ca c’etait valide en 1960, 1980 et en 2012

  22. les hypotheques de 30 ans et de 35 ans pas de probleme avec une mise de fond de 20 % c’est la solutions pour avoir une maison et de ne pas etres etrangler par les paimant

  23. Sylvain
    Ou 25% down et des hypothèques intergénérationnelles de 50 ans comme au Japon. Ça fait dix ans que je crois que le but de nos gouvernements est d’écraser les taux d’emprunts à long terme. Le jour où vous verrez une émission d’obligations du Canada de 40 ans et + a 3 ou 4%, ou de l’équivalent de rendement en coupon zéro, ce sera le point de départ de la hausse des taux d’intérêts.
    Si nos gouvernements parviennent à convaincre les marchés d’acheter ces bouts de papier et qu’ils parviennent à convertir au moins la moitié de la dette à court terme (1 an et moins) en dette à long terme, ils auront réussi leur pari. En fait, théoriquement, les gouvernements pourraient farcir les fonds de pension public de ces obligations. Ce serait une manière sournoise de forcer une redistribution équitable entre les différentes générations.

  24. De sylvain a l’autre Sylvain,
    Hypothèque de 30-35 même 50, pas de probleme avec même 15% de dépot, par contre, la qualité de nos maison doivent changer en conséquence, cad, arrêtons de mettre du déclin de vinyle, des fenêtre de qualité médiocre, des armoires en mélamine blanche, des salles de baina refaire dans 10 ans.
    C’est la le problème, nous rénovons nos maison dans 10 ou 15 ans après la construction, quand vous avez une hypothèque de 35 ans et que vous emprunter après 15 ans pour rénover, c’est pas très logique.
    En Europe, c’Est des construction en béton, (oui le bois est rare) des systeme de chauffage central efficace, des salles de bain de très haute qualité avec des matériaux noble et de qualité.
    Ici on construit selon les tendances du jour, aucune inspection de construction, j’ai construit 4 maisons, aucune n’a recu la visite d’inspecteur. Il y a 3 inspecteur en plomberie pour la régie du batiment pour toute la province. On dirais que c’est dans nos moeurs, les ponts, autoroute, batiment publique, on construit sur du court terme et on rénove et répare tout le temps, on a même pas l’argent pour entretenir, imaginer pour rénové, on emprunte tout le temps, et l`’emprunt d’origine n’est pas fini de payer.
    Sur mes maisons construite, j’ai mis les meilleurs produits en structure, isolation, plomberie (cuivre au lieu de plastique), mais tous les acheteurs s’en foutent, c’est ce qui parait qu’ils achètent, pas pour rien qu’on a du inventer une loi contre les défauts caché.
    Allez voir simplement la qualité et les normes en Alberta, 3 inspections obligatoire, et vous devez attendre l’inspecteur entre chaque, même les drains de fondations sont inspecter, surtout ne les enterrer pas, ils vont vous les faire re-creusé et vous allez attendre assez longtemps pour reprendre l’inspection.
    Exemple de pietre qualité ici: plancher flottant en bas de 10mm, plinthe électrique, armoire et meuble de mélamine, rip pressé sur mur extérieur, vinyle extérieur, fenetre en PVC (15 a 20 ans max) entrée en asphalte (10 ans max), moulure MDF, polythène comme pare vapeur?, plancher bois traité au lieu de dalle béton, toilette a 79$ changer a tous les 5 ans.
    Pourtant on change des options sur nos auto a coup de 500$, des Iphone au 2 ans a coup de 300$ !!! autrement dit c’est l’apparence qui compte.

Les commentaires sont fermés.