La retraite rêvée des baby-boomers coûte 658 000 $


Retraite_ISPar Sophie Stival

La question à 100 piasses. Combien d’argent devrez-vous accumuler pour vivre une retraite agréable? 

Selon un nouveau sondage de l’Institut Info-Patrimoine BMO, les baby-boomers croient avoir besoin de 658 000 $. Un magot pour plusieurs. Un bas de laine nettement insuffisant pour d’autres.

Ce chiffre est bien sûr une moyenne. Il ne veut pas dire grand-chose. Par contre, la différence entre le montant nécessaire et le montant épargné à ce jour est notable. Il manque plus de 400 000 $ aux baby-boomers qui ont accumulé en moyenne 228 000$.

Préparer ses vieux jours demeure un sérieux défi pour cette génération qui à l’approche de la retraite se préoccuperait plus de sa santé que de son compte en banque (sondage RBC).

L’étude de la Banque de Montréal souligne que ce manque à gagner avant la retraite est préoccupant puisque de nombreux baby-boomers ont atteint l’âge de 65 ans en 2010. Et plusieurs ne sont qu’à quelques années de la retraite. 

Près de la moitié (46 %) des répondants craint de ne pas pouvoir assurer sa sécurité financière à la retraite. Une hausse de 20 % par rapport à 2006, note l’institution.

Les Canadiens sondés souhaitent prendre leur retraite à 59 ans bien qu’ils croient devoir travailler jusqu’à 63 ans.

Pour combler ce trou financier, ils envisagent de travailler à temps partiel et de vendre des actifs, notamment leur résidence. 

Bien sûr, chaque situation familiale est différente. Vivre seul, c’est habituellement plus coûteux qu’à deux puisqu’on n’a personne avec qui partager le coût du loyer, les factures et l’épicerie.

Taux de remplacement du revenu

Pour savoir si on aura assez de sous à la retraite, il faut déterminer combien on aura de revenus pour vivre au moment de la retraite. Je compare mon revenu total avant mon retrait de la vie active (salaire, placement, autre) avec mes revenus à la retraite (Sécurité de vieillesse, fonds de pension, REER, placements, autre). 

C’est ce rapport qui exprime le taux de remplacement de mon revenu. Si j’ai des revenus de 50 000 $ durant ma vie active et qu’au moment de la retraite je peux compter sur 30 000 $. J’aurai un taux de remplacement de 60 %. 

Généralement, on estime à 70 % le taux de remplacement du revenu à la retraite. Ça peut être moins, si on ne compte pas voyager et être casanier à la retraite. Par contre, on ne doit pas sous-estimer les coûts des soins de longue durée, surtout si on n’est pas assuré.

Selon des données du RRQ de 2010 :

  • Le tiers des ménages québécois n’épargnent pas suffisamment pour atteindre un taux de remplacement de 60 % à la retraite, s’ils prennent leur retraite à 65 ans. En vérité, l'âge moyen de la retraite se situe plutôt à 61 ans chez nous…
  • Ce taux atteint 45 % pour une famille ayant un revenu compris entre 38 000 $ et 67 000 $
  • et 49 % pour une famille ayant un revenu compris entre 67 000 $ et 92 000 $. 

Craignez-vous de manquer de sous à la retraite? Que ferez-vous pour combler ce trou financier?

À lire également :

Devancer sa retraite : quels avantages?

Épargne-retraite : attention mesdames !

Retraite heureuse : 8 conseils de sages

À la retraite vendre pour aller en condo

2 réflexions au sujet de « La retraite rêvée des baby-boomers coûte 658 000 $ »

  1. Mme Stival, merci pour le lien, mais l’exposé de la BMO n’est pas assez précis. Il y a confusion dans les termes utilisés. Lorsque le planificateur parle de 228 000 épargner en moyenne, fait-il allusion à de l’épargne sous forme de REER, à savoir, constituer, d’actions, obligations, liquidités, ou fait-il référence aux actifs accumulés. Dans lequel cas, ce chiffre représenterait beaucoup plus la valeur moyenne des résidences principales de ceux interviewes à l’aube de la retraite moins les dettes. En effet, pour une banque, un manque à gagner de 400 000 c’est un peu angoissant.

  2. @CoCoRiCo
    Selon moi, la résidence principale ne fait pas partie de ce 228 000$ puisqu’une propriété en partie ou entièrement payée ne génère aucun revenu. C’est pourquoi plusieurs de ces baby-boomers envisagent de vendre leur résidence ou d’en sous-louer une partie pour combler ce manque à gagner à la retraite.

Les commentaires sont fermés.