La retraite progressive a la cote

IstockretraitebabyboomerPar Sophie Stival

Prendre sa retraite quand on a une trentaine d’années devant soi, c’est un pari risqué.

Ajoutez à ce scénario des revenus de pension médiocres et des taux historiquement bas et vous vous retrouvez avec un bas de laine percé. Pas étonnant que de plus en plus de Canadiens songent à la retraite progressive. 

Selon un nouveau sondage réalisé par Desjardins Assurances, plus de la moitié des Canadiens de 65 ans et plus souhaitent prendre leur retraite de manière progressive.

Et le plus surprenant c’est que ce désir de prendre une retraite progressive ne serait pas déterminé par la perception qu’ils ont de leur situation financière. Ceux qui ont affirmé avoir une santé financière excellente, très bonne ou bonne envisagent autant la retraite progressive que les travailleurs dont la situation est correcte ou mauvaise. 

On travaille en moyenne 1700 heures par année. Parfois, c’est beaucoup plus. Quand on se retrouve du jour au lendemain avec tout ce temps libre, ça peut faire peur. Et c’est spécialement vrai pour les baby-boomers, m’a déjà fait remarqué une conseillère en placement, elle-même une boomer. Notre vie sociale peut en souffrir. Plusieurs s’ennuient. Ils souhaitent rester actifs physiquement et intellectuellement. 

Saviez-vous qu’un employeur ne peut vous mettre à la retraite, même si vous avez atteint ou dépassé l’âge ou le nombre d’années de service vous permettant de prendre votre retraite? Selon la Loi sur les normes du travail, ce serait une mesure discriminatoire.

La retraite progressive est avantageuse pour les employeurs et leurs employés. Pendant que les premiers bénéficient plus longtemps d’une main-d’œuvre expérimentée, les deuxièmes s’assurent d’une retraite plus confortable, en plus de faciliter leur passage du travail vers la retraite. Mais encore faut-il qu’on les traite bien. 

Quels incitatifs peuvent offrir les employeurs aux travailleurs pour qu’ils soient tentés par la retraite progressive?

En plus de conserver leurs garanties d’assurance-maladie, les répondants ont dit souhaiter avoir :

  • des tâches, une équipe et un milieu de travail stimulants
  • un poste moins exigeant 
  • un meilleur salaire et 
  • de nouveaux défis.

Pensez-vous prendre une retraite progressive?

Pour en savoir plus:

La retraite progressive, est-ce pour vous? (capsule de la Régie des rentes du Québec)

Travailler après 55 ans, une vraie tendance (billet)

 

8 réflexions au sujet de « La retraite progressive a la cote »

  1. Cette article véhicule une opinion complètement ridicule. Et pourquoi pas travailler jusque dans la tombe, tant qu’à y être ? Au point où nous en somme, avec les très grandes capacités de production industrielle et d’accumulation des richesses par certaines personnes d’aujourd’hui, le monde du travail devrait être capable de prendre leur retraite dans la dignité au moins à 60 ans. Et encore, selon la pénibilité au travail, le droit à la retraite devrait être fixé à 55 ans. Voilà une autre façon de partager les richesses produites par les gens des classes laborieuses. Et en conclusion, place aux jeunes…. En déclarant avoir peur de s’ennuyer ou de craindre d’avoir trop de temps libre à la retraite, il faut vraiment être sans imagination !!!

  2. Comme je suis d’accord avec vous Pierre Kropotkine! Même après 55 ans on n’a plus l’énergie de travailler comme avant, les jeunes nous traitent comme des dinosaures inutiles sur le marché du travail et tout le monde s’en fiche de l’expérience..Si on doit aller passer des entrevues pour une job, on ne va jamais nous dire qu’on est trop vieux, mais le poste va toujours aux plus jeunes…C’est quoi cet article-quelqu’un qui est tombé de la Lune et n’a auncune idée comment se passent les choses ici sur Terre…Je suis une femme de 56 ans et je vis la discrimination tous les jours sur le marché du travail…Je ne m’ennnuye jamais dans mon temps libre- j’ai juste besoin d’un minimum décent pour vivre…Un pays riche comme le Canada devrait être capable de l’assurer ce décent minimum pour les 55 ans et +…

  3. Comme je suis d’accord avec vous Pierre Kropotkine! Même après 55 ans on n’a plus l’énergie de travailler comme avant, les jeunes nous traitent comme des dinosaures inutiles sur le marché du travail et tout le monde s’en fiche de l’expérience..Si on doit aller passer des entrevues pour une job, on ne va jamais nous dire qu’on est trop vieux, mais le poste va toujours aux plus jeunes…C’est quoi cet article-quelqu’un qui est tombé de la Lune et n’a auncune idée comment se passent les choses ici sur Terre…Je suis une femme de 56 ans et je vis la discrimination tous les jours sur le marché du travail…Je ne m’ennnuye jamais dans mon temps libre- j’ai juste besoin d’un minimum décent pour vivre…Un pays riche comme le Canada devrait être capable de l’assurer ce décent minimum pour les 55 ans et +…

  4. Désolé,les gens qui veulent travailler aprés 65 ans souvent sont isolés socialement n’ont pas de famille ou bien sont rejetés par leur famille uo bien l’inverse bon a cause du systéme qui ne favorise pas la vie en famille et pas mal de facteurs……..c’est pour cela beaucoup de gens s’ennuie et trouve refuge dans le travail et ce genre de gens sont pus energiques et plus productifs ,et le pir c’est que ils voit les autres comme des malades ,c’est un probléme sérieux parce que a la retraite ils font des dépressions mageures ,ils se sont REJETÉ pour une deusiéme fois ET C’EST LA DERNIÉRE!!!!!!!!
    Qui profite de la situation ,la réponse tous le monde je pense tou le monde la connais.

  5. De toute façon, arrêter de vous en faire. Vous allez obtenir exactement ce que vous désirez, c’est-à-dire, le strict minimum pour vivre comme défini par nos chers gouvernements très empathiques. Allez voir ce qui se passe au Japon, une economie post- industrialisée qui a connu le vieillissement global de sa population bien avant nous. Les entreprises ne cherchent même pas à récupérer les ouvriers soit disant plus âges, ni de les remplacer par des plus jeunes. Non, les robots prennent leurs places. Pas de syndicats, pas de pause cigarette-cafe, pas de vacances, pas de retenues sur le salaire, pas de cotisation a un fond de pension prive ou public, pas d’augmentation de salaires, pas d’assurance maladie, pas d’assurance dentaire, pas de discrimination, pas de formation, pas de partys de Noel, pas de bonus de Noel…

  6. @Pierre Kropotkine
    Si tous les travailleurs de 55 ans et plus prenaient leur retraite, on aurait démographiquement de sérieux problèmes. Les baby-boomers sont beaucoup plus nombreux que les générations X et Y. Remarquez que la plupart des baby-boomers sont actifs. Ils aiment voyager. Cette génération s’est également beaucoup investie dans son travail. Et la qualité de vie est une variable importante à leur bonheur. Arrêter de travailler du jour au lendemain a créé un sentiment de vide pour plusieurs boomers, me disent de nombreux conseillers financiers. On ne parle pas ici de travailler à temps plein jusque dans la tombe, mais bien de travail à temps partiel et dans des secteurs comme celui des services qui est beaucoup moins exigeant physiquement. Mais je vous l’accorde, la pénibilité du travail pour les travailleurs plus âgés devrait être prise en compte dans ce débat. Merci.

  7. Incroyable ! Il y a de ça bientôt 30 ans Walter MONDALE et Geraldine FERRARO perdaient aux mains de REAGAN & BUSH père. C’était une des pires déconfitures de l’histoire électorale américaine.
    La plateforme politique de MONDALE à l’époque était la suivante. Il criait à tue-tête ce que personne ne voulait entendre. Dans trente ans, vos enfants ne pourront plus se permettre financièrement une éducation supérieure, vos salaires auront stagné, vous allez travailler jusqu’à la fin de votre vie dans des jobs qui se résumeront à se livrer mutuellement des pizzas et flipper des burgers. Vous êtes prêts à accueillir la concurrence mondiale mais vous ne réalisez même pas à quel point nous sommes mal équipés pour accepter ce défi. Réveillez-vous ! Il faut se lever les manches et bosser plus fort. Il s’adressait aux Boomers qui à l’époque avait un âge médian de 32 ans. Essayez de réaliser que c’était un démocrate et non pas un républicain qui tenait se discours. Je paraphrase son message de manière très générale, mais essentiellement ce fut son message. Il a perdu 49 états sur 50 !

Les commentaires sont fermés.