Doit-on abolir le REER et le CELI?

PigBank_IS Par Sophie Stival

Planifier sa retraite, c’est un vrai casse-tête de nos jours. Les Québécois sont de moins en moins nombreux à bénéficier d’un régime de pension de leur employeur. En fait, ce sont pratiquement deux travailleurs sur trois qui n’en ont pas chez nous.

Sans régime de pension, on n’a d’autre choix que d’épargner soi-même. Et la façon la plus simple d’y arriver c’est en cotisant à un REER ou à un CELI. Pourtant, une étude tente de prouver le contraire. Professeur médiatisé s’il en est, Léo-Paul Lauzon de l’UQAM suggère que le REER et le CELI sont des abris fiscaux qu’il faut abolir parce que trop coûteux en argent public.
  
Celui qui a déjà suggéré au gouvernement canadien de nationaliser l’industrie pétrolière et qui s’attaque d’ordinaire aux « grosses corporations » s’en prend aujourd’hui à tous les épargnants. Cette étude rate malheureusement sa cible.


Mises au point

Clarifions d’abord une chose. Le REER n’est pas un instrument d’évasion fiscale, mais plutôt un moyen de reporter à plus tard l’impôt à payer. S’il permet de réduire le revenu imposable l’année de la cotisation, on doit tout de même déclarer le revenu lorsqu’on retirera des sommes du REER (peu importe quand). Le principal avantage est de faire croître cette épargne à l’abri de l’impôt et possiblement de déclarer des revenus plus faibles à la retraite (taux d’impôt moins élevé). 

Quant au CELI, il a été lancé notamment pour permettre à ceux qui ne gagnent pas suffisamment de revenus (avantage fiscal moindre) de faire croître leurs économies à l’abri de l’impôt, peu importe son revenu. Ces montants sont placés après impôt et peuvent être retirés en tout temps sans ponction fiscale. 

Le professeur Lauzon propose d’utiliser les milliards économisés en abolissant ces abris fiscaux afin d’«augmenter les pensions de vieillesse publiques pour tout le monde ». Ce dernier profite lui-même, faut-il le rappeler, d’un régime de retraite du secteur public dont les prestations déterminées font l’envie de tous les Québécois.

Régime public et régime privé

Selon l’Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA), « le secteur privé porte le fardeau des régimes de retraite du secteur public ». Voici un extrait des faits saillants d’un rapport sur les régimes de pension canadiens : 

• Le système de retraite canadien actuel a créé des nantis et des laissés-pour-compte : d’un côté, il y a les employés du secteur public qui bénéficient de la sécurité des RRPD (régimes de retraite à prestations déterminées) garantis par le gouvernement et, de l’autre, certains employés du secteur privé qui envisagent la retraite sans revenu ni sécurité.

• La couverture asymétrique des travailleurs canadiens peut être corrigée en rendant obligatoire pour tous les employés l’inscription à un régime de retraite en milieu de travail et en réévaluant les coûts des régimes de retraite du secteur public.

Des solutions

Pour que tous les Canadiens aient la chance de profiter d’un régime de pension parrainé par l’employeur, CGA-Canada propose que le CELI soit parrainé par les entreprises. Il s’agirait d’un instrument d’épargne-retraite ou d’épargne générale. Ça pourrait faire partie d’un programme d’avantages sociaux concurrentiels. Ça fidéliserait les employés. L’employeur devrait cotiser tout comme l’employé.

Évidemment, il n’y a rien de gratuit. Le problème de la retraite demeure entier. Mais ce n’est pas en décourageant l’épargne personnelle qu’on améliorera notre sécurité financière à la retraite.  

Qu’en pensez-vous? Profitez-vous d’un régime de pension de votre employeur? Avez-vous un REER?

24 réflexions au sujet de « Doit-on abolir le REER et le CELI? »

  1. On oublie toujours que les gouvernements à la sortie imposent à taux pleins les produits des REER, majoritairement en gain en capital ou en dividendes, alors qu’en dehors des REER le taux d’imposition est réduit, par exemple exemption jusqu’à 350 000 $ pour les gains en capital et 50% au delà. Cette déduction est perdue lors d’investissement en REER.

  2. ———–Clarifions d’abord une chose. Le REER n’est pas un instrument d’évasion fiscale, mais plutôt un moyen de reporter à plus tard l’impôt à payer. ————-
    Pleinement d’accord avec ça. Si M. Lauzon était en politique je dirais : « Ça y est, il a reçu un pôt de vin ! »
    ———–Selon l’Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA), « le secteur privé porte le fardeau des régimes de retraite du secteur public ». ———
    Pas difficile à statuer sur ce cas : on ne peut pas parler de productivité du domaine
    public. Au lieu de le nommer PIB, je le nommerais : LAN… Lourdeur administrative
    nette. Et pour en faire une certaine preuve, il suffit de comparer les salaires du
    Public au Privé.
    ———–• La couverture asymétrique des travailleurs canadiens peut être corrigée en rendant obligatoire pour tous les employés l’inscription à un régime de retraite en milieu de travail et en réévaluant les coûts des régimes de retraite du secteur public.————-
    Un travailleur payé au salaire minimum est obligé d’appliquer son revenu total
    à sa survie. N’oublions pas que le lait et le beurre est le même prix pour tous.
    L’argent fait partie d’un système d’exploitation par la consommation. Une roue
    qui tourne. Le salaire minimum entretient l’esclavage. Donnons aux esclaves le
    moyen de dépenser et l’argent retournera dans la roue.

  3. À cette partie de mon commentaire précédent :
    Et pour en faire une certaine preuve, il suffit de comparer les salaires du
    Public au Privé.
    Je rephrase :
    Et pour en faire une certaine preuve, il suffit de comparer les salaires et surtout les bénéfices marginaux du Public au Privé.

  4. —————–Le professeur Lauzon propose d’utiliser les milliards économisés en abolissant ces abris fiscaux afin d’«augmenter les pensions de vieillesse publiques pour tout le monde—————–
    Comme société, taxons toutes entités à but lucratif, au même taux.
    L’argent n’est pas dans ces abris fiscaux. Mais je suis d’accord avec vous sur un point M. Lauson : l’argent est dans des abris fiscaux.
    N’oublions pas que les entreprises réinvestissent pour sauver de l’impôt.
    ———–
    L’argent se trouve dans les profits immoraux des banques et des multinationales.
    Et c’est à coup de milliards par entité. Là, est l’argent !

  5. Nous savons tous que la classe moyenne est en voie de disparition.
    Alors l’épargne, lorsque tout le salaire est employer à survivre….!
    Je dis bien survivre et non vivre…. Toute une différence !

  6. ——-Celui qui a déjà suggéré au gouvernement canadien de nationaliser l’industrie pétrolière et qui s’attaque d’ordinaire aux « grosses corporations » s’en prend aujourd’hui à tous les épargnants. Cette étude rate malheureusement sa cible. ——-
    ———
    Pour ce revirement, nous sommes en droit de nous poser des questions.
    De plus, cette suggestion n’est pas très réaliste, Une grenouille qui avale un boeuf.
    C’est de l’imagination délirante.

  7. @Guy Le Clair
    Il est vrai que le gouvernement imposera pleinement (impôt sur le revenu et non sur le gain en capital) un retrait du REER. Par contre, les études démontrent que sur une période assez longue la croissance à l’abri de l’impôt des revenus de dividendes et des gains en capitaux (capitalisation) dans le REER compense largement l’impôt plus élevé au retrait des sommes enregistrées. Autrement dit, hors REER, ces mêmes sommes croîtront moins vite dû au paiement annuel de l’impôt sur les revenus/gains en capitaux.
    Je ne sais pas de quelle exemption de 350 000$ vous parlez. À ma connaissance, il n’y en a pas (sauf l’exonération cumulative des gains capitaux des petites entreprises à capital fermé). Merci.

  8. C’est facile de dire pareilles inepties pour un prof. qui bénéficie d’un salaire de prof, et d’un confortable régime de pension payé en partie par l’Université qui l’emploi, c’est à dire avec nos impôts. À l’entendre faudrait tout abolir afin d’instaurer un régime communiste qui a poutant démontré qu’il n’existe rien de tel pour pourrir toute initiative et corrompre toute une société. Chaque fois qu’une mesure visant à favoriser l’épargne de la classe moyenne car qui profite de ces régimes si ce n’est la classe moyenne. Les riches n’ont pas besoin de cotiser à des reer ou des celi car ce n’est pas les quelques milliers de $ qu’ils permettent d’économiser qui influenceront quoi que ce soit dans leur train de vie. Ils ont les moyens de mettre suffisamment d’argent dans les paradis fiscaux pour assurer leur vieux jours. Par ailleurs les reer sont imposables lorsqu’on arrive à la retraite, il faut hélas contribuer à l’impôt, donc c’est juste un impôt différé. De plus, ça fait économiser de l’argent au gouvernement car on ne devient ainsi, plus admissible au supplément de revenu garanti. Je suis moi même un retraité qui ne bénéficie d’aucun régime de retraite d’employeur mais qui a dans sa vie active épargné et investi judicieusement pour s’assurer une retraite somme toute confortable. Je n’ai pourtant été qu’un salarié faisant partie de la classe moyenne. A ce que je sache les gouvernements ne sont pas en manque de moyens pour que leurs budgets augmentent année après année, bien plus que l’Inflation, bien plus que les salaires et bien plus que mes revenus de retraite. J’espère que le Canada ne suivra pas l’exemple de l’Angleterre qui dans les années cinquantes soixantes a multiplié les programmes sociaux et celà ve de soit, les ponctions fiscales au point où toute l’économie Anglaise s’est écroulée.
    Monsieur Lauzon, parlez donc pour augmenter la richesse. favoriser l’épargne et que tous les retraités vivent heureux sans avoir recours à l’état. La productivité passe par le travail et non par ‘assistance de quelque nature dont on est les champions au Québec. Mais c’est vrai qu’avec de tels panneaux publicitaires qui pullulent sur les bords de nos routes  » nos infrastrucures c’est 100 000 emplois » on n’est pas sorti du bois car il faudrait y ajouter  » à crédit que nous payerons pendant 20 ans ». Si votre intention est de nous appauvrir encore plus et de nous rendre plus dépendant de l’état alors continuez ainsi mais au moins dites-nous le.

  9. Plusieurs choses…
    Qu’un prof ou « quelqu’expert » que ce soit dise une chose ne la rend pas plus crédible, nécessairement !!!, y incluant celle qui écrit cet article étriqué.
    Que les gens commencent d’abord par s’éduquer sur la chose financière, gérée pas des gens qui profitent de la naiveté et de l’ignorance des gens…
    Elle se perpétuent par la SEULE FAUTE des gens; les informations étant disponibles. Mais la paresse aidant,  » j’ai pas le temps, j’ai pas le niveau de connaissances, etc… », bref, bla-bla-bla… Je suis inepte, -par choix – je compte sur les *pouvoirs publics, les experts * pour m’informer!!
    Imaginez-vous que la nature a horreur du vide!! E t si vous proposez votre vide (quant aux connaissances, même de base), ce vide sera allègrement comblé par des gens qui vos intérêts à coeur… — Ils veulent votre bien et ils vont l’avoir — malheureusement avec votre complicité ET accord tacite.
    Alors?
    – Informez-vous, 2 et 3 avis pour ne pas être manipulé par un biais inconvenant, ou me direz-vous ? Cherchez!! que diable.. Vos efforts vont VOUS rapporter, MAIS, faites l’effort!!
    – Posez des questions !!! Les personnes intelligentes posent des questions… les autres acceptent bêtement ce qu’on veut bien leur donner…
    – Sachez ce que vous voulez.. LA clé du bonheur ET du succès.
    – Ayez de la GRATITUDE pour les expériences, quelquefois difficiles… La leçon n’en est que plus valable… (mais ne répétez pas les mêmes… leçons)
    – Finalement, cessez de ‘bitcher’ ET passez à l’action..
    votre monde pourrait commencer à tourner dans VOTRE direction…
    ** Note ». Et si la P,tite dame vous racontait ce que les banques font avec votre argent… – instrument de dettes -;
    elle créent des capitaux (CRÉENT des capitaux) multiplié par 10, 20 ,100 fois…
    vous changeriez votre façon de voir les ‘cadeaux fiscaux’, REER et autres mistifications des gens…
    mais ne le fera pas, soit qu’elle ignore la base des mouvements de capitaux ou qu’elle prétende que vous n’êtes pas prêts!!
    Encore, une fois INFORMEZ-VOUS ET VARIEZ vos sources.
    AMEN

  10. Les REER permettront à certaines personnes de vivre dignement advenant une perte d’emploi avant l’äge prévu de leur retraite. Une retraite ça se planifie, oui, mais il ne faut pas oublier les impondérables de la vie. Ce genre de situation est pure fiction pour des milliers de fonctionnaires alors que dans plusiurs secteurs d’activité, les emplois sont toujours précaires.
    Un REER est donc très apprécié pour combler le manque à gagner quand l’assurance emploi est écoulé et qu’il y a encore quelques années à combler.
    Pour ce qui est de l’idée de créer un régime obligatoire à tous les travailleurs, dans leur milieu de travail, il faut savoir qu’il faudra encore des gestionaires pour organiser le tout et absorber une grosse partie des ces économies…..une autre caisse de dépöts et de placement s???? Pas sür.

  11. Voici pourquoi je n’adhère pas au programme des REER. SOUS TOUTES RÉSERVES
    ————Le REER n’est pas un véritable mécanisme d’épargne, il ne faite que reporter l’impôt à payer à une date ultérieure. Pour justifier cette idée, voici quelques constatations :
    1-Si les fonds investis rapportent du gain en capital, la totalité dudit gain sera taxée à 100%, vous perdez ainsi l’exemption pour gain en capital qui est de 50%.
    Cependant, une perte en capital que vous avez réalisé dans d’autres placements ne pourra pas être utilisée pour réduire un gain en capital réalisé dans un REER.
    2-Les revenus générés tel que des revenus d’intérêts, des gains en capital, pertes en capital et autres perdent leur nature lorsqu’ils font partie d’un placement dans un REER;
    3-Lorsque vous êtes un simple employé, vous avez une mesure qui vous empêche d’acheter le maximum de REER permis, elle s’appelle facteur d’équivalence vous limitant ainsi à des sommes ridicules par rapport aux personnes en affaires, lesquelles peuvent acheter jusqu’à 18%, si leur revenu le permet.
    4-Lorsque vous vendez des placements qui sont dans un REER, l’institution financière fera des retenues à la source les plus élevées possibles sans égard à votre taux marginal d’imposition. Il faudra attendre plusieurs mois avant de voir, s’il vous avez droit à un retour d’impôt ou si vous avez à débourser d’autres argents pour combler le retrait dudit REER
    Vous perdez graduellement certaines de vos exemptions lorsque vous êtes un retraité à raison de 15% par tranche de revenu additionnelle, lorsque vos revenus excèdent un certain niveau ce qui a pour effet de faire grimper votre taux marginal.
    5-Selon certaines données fiscales, il y a des retraités qui ont vu leur taux marginal grimper jusqu’à 50,25% parce qu’ils avaient encaissés des REER au cours de l’année.
    C’est franchement ridicule, surtout lorsque les mêmes fonds épargnés au cours d’une vie de travail n’ont donné que de maigres retours d’impôt, lesquels pouvaient se situer dans les tranches de 20% à 40 %, en fonction du taux marginal de leurs bénéficiaires. Par conséquent l’hypothèque que le taux marginal sera moins élevé à la retraite est complètement fausse.
    6-Finalement, si vous avez des REER après 71 ans vous êtes obligé de les convertir en rente viagère, comme un FERR par exemple ou autres. C’est la loi, obligeant ainsi les contribuables à augmenter leurs revenus de retraite et peut-être perdre certaines exemptions parce que le plafond des revenus que vous pouvez gagner à votre retraite ont été fixés à environ 66 335$ et qu’ils n’ont pas été indexés.
    Le seul et unique avantage pour la classe moyenne d’avoir des REER est que les fonds ainsi épargnés peuvent servir, à condition de les rembourser dans un certain délai (maxi 15 ans), à l’achat de votre première maison et/ou lors de votre retour aux études.
    Si non remboursé annuellement, il faudra que le contribuable se taxe sur la partie qui sera due chaque année jusqu’au remboursement intégral dudit prêt.

  12. je suis presentement a la retraite et je benificie de mes reer que j ai depuis 36 ans que je cotise et cela pour moi est tres bien et c est ce que devrait faire tous les canadiens pour avoir une retraite decente car nous ne sommes pas tous des fonctionnaire de l etat paye a vie

  13. À tout ceux et celles qui prétendent que les employés(es)de la fonction publique vivent sur leurs bras,sachez que je suis un employé du gouvernement et que tous et toutes les employés de l’état,nous avons pendant notre carrière cotiser à un fond de pension et que celà est de la grossière indécence de dire que nous sommes sur les bras de la société.
    Et je dis à l’association des comptables généraux de cesser de faire des déclaration qui nous cause préjudice.
    Je préconise aussi qu’il serait grand temps que les personnes habilités à le faire s’occupent à ce que les prochaines générations cotisent aussi au lieu de juste chialer qu’ils n’en ont pas.(De fond de pension)
    En passant le Pro Lauzon n’est pas toujours sur la bonne voie (à mon humble avis).

  14. Les fonctionnaires se sont toujours pogné le beigne avec de gros salaires payés par ceux qui travaillent. En plus, on leur paye une méga grosse pension avec notre argent durement gagné. De mon point de vue, ils n’ont jamais travaillé. Il ne devrait donc pas recevoir un seul sou!

  15. En 2007, le Québec comptait 11,2 fonctionnaires par 1000 habitants. Ce nombre est 37% plus élevé que le nombre de fonctionnaires en Ontario.
    Ontario plus de 13 millions
    Québec moins de 8,000,000
    8,000,000 / 1000 = 8,000
    8,000 * 11.2 = 89,600 fonctionnaires à … disons … $40,000 par année
    89,600 * $40,000 = 3,584,000,000….. 3 milliards 584 millions
    Tout ça sort de la poche des contribuables

  16. ——–Selon l’Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA), « le secteur privé porte le fardeau des régimes de retraite du secteur public ».———
    L’Association des comptables généraux accrédités du Canada est bien placée pour
    faire la déclaration qui précède. Les chiffres sont au coeur de leur profession.

  17. En réduisant le nombre de fonctionnaire par 1000 habitants au niveau de celui de l’Ontario, le gouvernement du Québec économiserait plus de 2 milliards $ par année. De quoi donner au gouvernement la marge de manoeuvre nécessaire pour améliorer les services et réduire la dette et les impôts.
    http://www.quebecoislibre.org/07/071014-2.htm

  18. Je demeure à Beloeil. Avant d’y emménager, je n’avais reçu qu’une
    contravention en 28 ans de conduite automobile. Depuis que je suis ici.
    J’en ai eu 4, et bien pourquoi ???!!! Parce que la régis de police régionale
    est à Beloeil, et que le fond de pension des grosses polices, il faut que
    ça ce paye…… Moi, je suis un gros méchant Canadien qui n’a pas de
    fond de pension. Mes enfants, je leur ai réduit leur cadeaux de Noel l’an passé.
    Car je l’ai donné aux solidarisés syndiqués. Eux, il vont se chercher le
    maximum de REER avec mes taxes, et vont prendre leur retraite à
    50 ans±. Moi je vais crever sur la job avec pas un rond, en me disant
    que mon argent aura au moins servi à rendre des gens heureux. Vive le Canada libre !

  19. Je trouve ridicule qu’on parle d’un REER oliigatoire pour tous!
    En théorie, la RRQ est déjà une sorte de REER obligatoire. Parce que le régime n’a pas été capitalisé au début et parce que la Caisse de dépôt a fait preuve d’incompétence en investissant dans des placements qu’elle ne comprenait pas (PCAA)… parce qu’ils ont manqué le bateau, ils cherchent à créer un 2ème régime de retraite obligatoire pour tous…

  20. Le commentaire plus sage que j’ai lu est celui de Richard M. de 17:35:45 et d’accord avec lui, c’était le but premier de mes REER advenant une perte de revenu et occasionné par un lock/out ,pas de revenu, donc retrait de REER qui en fin de compte l’mpôt payé lors du retrait a été annulé lors du rapport d’impôt, donc a été profitable, alors il n’y a pas juste la retraite pour un REER…

  21. @J’pus ca’pable
    Si c’était une question de sécurité. Non c’est une question de quota.
    Que voulez-vous, ces collecteurs de taxes font le travail pour lequel ils sont engagés. Ils ont des patrons auxquels ils doivent répondre.
    J’en ai connu des très humains et d’autres impitoyables et injustes.
    Mais aller en cours pour se défendre nous coûte plus cher que la contravention.
    Alors que nous soyons véritablement coupables ou non, nous payons

  22. Au lieu de s`en prendre au secteur public, on devrait plutôt éliminer les paradis fiscaux qui permaient à des millionnaires de ne pas payer d`impôt, moi j`ai fais des choix dans la vie, à vous de faire les vôtres, je côtise à des Reer, c`est un choix, cependant, je me prive ailleurs pour ça.

  23. Je n´ai pas lu l´article mais seulement le titre me mets en furie. Ça fait deux fois cette semaine que j´entend parler d´abolition du REER et du CELI. Pourtant, voilà très peu de temps on parlait d´une obligation d´y participer pour que les québécois puissent avoir une retraite digne. Ce sont deux pensée contraire qui s´affrontent. L´une prônées par M. Castonguay et l´utre par M. Lauzon. Quand on regarde le parcours de ces deux hommes ont peux facilement conclure que M. Castonguay est socail-démocrate et que M. Lauzon est Communiste (si vous me permettez l´expression. M. Lauzon ne cherche que la polémique (comme d´habitude). Je pense que lorsque les REER vont commencer à être encaisser, l´état va tirer ses impôts. Tout le monde s´en va à sa retraite bientôt. Soyez rassuré M.Lauzon l´état va être en mesure de payer votre retraite. Je prédit même un équilibre budgétaire.

Les commentaires sont fermés.