Clonage de cartes : collons des sceaux de sécurité!

Credit_IS2 Par Sophie Stival

Les municipalités prennent le taureau par les cornes. Pour contrer l’augmentation alarmante des clonages de cartes, plusieurs d’entre elles ont décidé de sécuriser les appareils de paiement électronique (appelés TPV) de leurs commerçants.

Comment? En apposant un autocollant de couleur vive presque impossible à enlever et difficile à reproduire sur le côté ou sous ces appareils. Les consommateurs doivent aussi ouvrir l’œil.


Les villes de Mont-Tremblant, de Ste-Julie et de Blainville ont toutes mis en place un « Projet clonage ». On vise ainsi à déjouer l’astuce des fraudeurs qui installent temporairement de faux claviers NIP à l’insu des commerçants et des consommateurs. Les fraudeurs n’ont ensuite qu’à télécharger par réseau sans fil les données des bandes magnétiques des cartes. Ceci inclut le numéro de votre carte et votre numéro de NIP. Un malfaiteur peut subtiliser un tel appareil en 17 secondes, explique un agent du Service de police de Blainville (citation d’un hebdo régional du coin). 

Il faut rappeler que les cartes à puce n’ont pas éliminé les problèmes de clonages puisqu’elles sont encore toutes munies de bandes magnétiques. Beaucoup de commerçants n’ont pas encore adopté les nouveaux appareils qui lisent les puces électroniques. Ils ont jusqu’en 31 décembre 2015 pour se conformer. Ça laisse encore quelques années aux fraudeurs pour installer de faux terminaux temporaires…

Avant de payer, le consommateur doit s’assurer qu’un tel autocollant (souvent rouge) est bel et bien apposé sur l’appareil de paiement. Si on tente de l’enlever, un message d’erreur de type « Void » ou nul s'inscrira à l'écran.

Il va sans dire que de tels appareils n’empêchent pas un fraudeur d’acheter avec une carte elle-même clonée.

Protégez votre NIP
L’Association des banquiers canadiens propose quelques trucs pour mieux vous protéger.

• Cachez toujours votre NIP au moyen de votre épaule ou de votre main lorsque vous l’entrez au clavier.
• Ne prêtez jamais votre carte et ne divulguez jamais votre NIP à qui que ce soit.
• Au moment d’effectuer une transaction d’achat, si vous utilisez une carte à puce, insérez-la d’abord; si le terminal du magasin ne peut lire les cartes à puce, un message vous en avertira et vous pourrez alors glisser votre carte. Ainsi, vous vous protégerez du clonage. N’oubliez pas de reprendre votre carte une fois la transaction terminée.
• Mémorisez votre NIP; ne le conservez pas par écrit.
• Assurez-vous que votre NIP ne peut pas être détecté facilement si votre carte est perdue ou volée – n’utilisez pas votre date de naissance, votre adresse ou une partie de votre numéro de téléphone.
• Si quelque chose semble inhabituel à un guichet automatique bancaire ou à un terminal de détaillant, ne l’utilisez pas. Signalez la situation à la police, au marchand ou à votre institution financière.
• Passez en revue régulièrement vos relevés bancaires mensuels ou en ligne, et signalez immédiatement à votre institution financière tout élément inhabituel.
• Changez régulièrement votre NIP.

L’une de vos cartes a-t-elle déjà été clonée? Comment vous protégez-vous des fraudeurs?

 

5 réflexions au sujet de « Clonage de cartes : collons des sceaux de sécurité! »

  1. Peut-être devrions nous utiliser un logiciel de traitement de la voix en plus du NIP.
    Je vois mal un fraudeur imiter la voix du vrai détenteur. Énormément plus dur à faire.

  2. Si j’ai bien compris, cet autocollant, presque indécollable, servira de sceau de fiabilité.
    Donc il suffira pour un fraudeur, d’en faire un balayage discret et de le copier. Ensuite
    de l’appliquer à son propre équipement en vue d’un échange de manette éventuel.
    Cette solution ne m’épate pas.

  3. @Maurice Lalancette
    Cet autocollant est difficile à reproduire affirment les autorités policières qui font la promotion du « Projet clonage ». La ville de Mont-Tremblant a été la première a tenter l’expérience et il semble que depuis ce temps « aucune fraude n’a été rapportée ». C’est à suivre…

  4. Très intéressant ! ……. à suivre …. ohhh oui !
    C’est comme les valeurs ( -1 et +1 ) sur un graphique.
    La volonté et l’imagination travaillent sur les deux côtés de la clôture.
    Il se trouvera toujours un fraudeur pour contourner la difficulté.
    On rend la tâche difficile au fraudeur, mais pas impossible.

  5. @Sophie Stival
    Tout ça nous amène progressivement à apposer notre pouce ( empreintes digitales ).
    Sur cette terre, rien n’est laissé au hasard. Controle, controle, controle !
    On pourrait me traiter de paranoiaque…. :D… :D… 😀
    Exemple de hasard controlé :
    L’industrie du hockey scénarise les joutes, par le biais de l’arbitrage, pour rentabiliser celle-ci au maximum. Ceci est une évidence, surtout pour ceux qui ne sont pas fanatisé par ce sport. L’analyse en est facile.

Les commentaires sont fermés.