Crise à Dubaï: y aura-t-il contagion?

DDubai_AP L’annonce a ébranlé les marchés mondiaux comme une onde de choc. La semaine dernière Dubaï demande à ses créanciers une suspension (moratoire) d’au moins six mois sur le remboursement de la dette de son conglomérat Dubai World (près de 60 milliards de dollars). Pourtant, plusieurs connaissaient les problèmes de cet émirat arabe (texte The Economist). La bulle immobilière locale s’est dégonflée, mais le gouverneur autocrate de ce petit pays éludait la question du revers de la main.  

La confiance des investisseurs envers les pays du golfe Persique, particulièrement des Émirats arabes, pourrait être compromise, croient des spécialistes du Wall Street Journal et du journal Le Monde qui pointent du doigt le manque de transparence du gouvernement. On peut aussi se demander si cette annonce sonne la fin de la démesure des îles artificielles et autres attraits touristiques de grand luxe de cet émirat.


Bien que la Banque centrale des Émirats arabes unis ait mis à disposition des liquidités supplémentaires pour aider le système bancaire, le gouvernement de Dubaï soutient qu’il ne garantira pas les dettes du conglomérat Dubai World. L’incertitude règne, car Dubai World a  des intérêts dans de nombreuses entreprises dans le monde (20 % du Cirque du Soleil notamment). Beaucoup ignorent encore quelle sera l’ampleur des dégâts.

La crise qui sévit présentement risque-t-elle de « rayer Dubaï de la liste des cités qui comptent », se demande Jérôme Fénoglio du journal Le Monde? « Ce serait oublier l'avantage que lui donne sa situation géographique au centre d'un immense bassin de population allant de l'Inde à l'Afrique, estime Philippe Dauba-Pantanacce, économiste chez Standard Chartered, à Dubaï depuis deux ans. L'émirat repose aussi sur l'économie bien réelle de son port d'échanges de conteneurs de Djebel Ali, troisième mondial, et de son aéroport, classé sixième. »

Dans ce petit pays où le tourisme et l’immobilier sont les moteurs économiques, le pétrole est presque inexistant. C’est Abou Dhabi, l’émirat voisin de Dubaï qui possède plus de 90 % des réserves en pétrole et en gaz naturel des Émirats arabes unis. Beaucoup pensent que ce riche cousin ne souhaite plus être l’unique bouée de sauvetage (comme en février). Dubaï doit donc trouver d’autres vrais appuis et pas seulement des spéculateurs, comme le suggère The Economist. Mais à quel prix? Spéculation et crises financières font rarement bon ménage…     

8 réflexions au sujet de « Crise à Dubaï: y aura-t-il contagion? »

  1. bonjour!
    Pas beaucoup mieux que Lacoix eh?.
    Et qu’adviendrait-il si on découvrait une autre énergie que celle du pétrole?
    Les adhérents à ce projet font penser à des petits garçons qui s’amusent dans le sable avec des jouets miniatures.
    C’est bien évident que ça ne peut plus aller plus loin……………

  2. La crise à Dubaï, ne serait-ce pas quelque peu arrangé avec les Maîtres de la finance internationnale? Quand on sait que cette salopperie est prêt à tout pour remplir ses goussets…

  3. salut…pour faire suite aux belles fontaines d’eau…depuis q.q.jours on entend beaucoup parlé de Dubai sur internet, Voilà encore un article ce matin,,,si ça t’interresse.
    Bonne journée
    Jocelyne xx

  4. Depuis bien des temps on entend DOUBAI dans toutes les conversations.Pourquoi tout ce tintamarre,si ce petit pays fait face à`la faillite maintenant,c’est parcequ’il vivait au dessus de ses moyens.En un mot il voyait trop grand,et ce ne sera pas le dernier pays à faire face à de telle situation parce que les gens sont trop gourmants.Il y a une constatation à faire les humains sont insatiables ils finiront toujours par payer cher leur gourmandises.Je souhaite que cela n’aura pas un effet de domino, car on vient tout juste de voir le bout du tunnel.

  5. Hé voila, je m’y en attendais. L’humain n’a aucune limite dans ses  »péchés ». C’est souhaitable que tout cela n’appauvrisse pas des pays comme l’Afrique et l’Inde qui sont en émergences… Comme partout la corruption et la gourmandise déchire des vies humaines… Quand cela s’arrêtera ? Quelqu’un dans ce monde devra changer les choses. Ou nous tous devront trouver un moyen PACIFIQUE de règler ce problème mondial grandissant. On dirait que l’humain  »s’arrange » pour que tout ce que l’on raconte sur la fin des temps dans toutes les religions arrive. Ont y croit plus ou moins mais on s’organise (lavage de cerveau collectif?) pour que toutes les prédictions se concrétisent… AllooOOO!!!

  6. Toute la démesure qui caractérise le projet Dubai est basée sur le fait que la beauté est irrésistible. Les plus grands architectes et designers ont répondu à l’appel du mégalomane de la place. Tout a été fait pour les milliardaires… et ils sont imprévisibles. Le monde ordinaire n’aura jamais les moyens d’y mettre les pieds. Ils se sont plantés et les gens en moyen vont vite se fatiguer de contempler le désert. Cette ville n’a pas d’âme. Elle est comme ses citoyens : recouverts d’un voile. Dubai ne connaîtra pas le succès tant convoité, malgré toute la bonne volonté de ses concepteurs. C’est bien dommage !

  7. Je vois que Dubaï, en plein chute vous réjouissent…Je veux ètre architecte plus tard et selon moi, c’est le pays où tout les architectes veulent faire carriere. Je sais que c’est un pays qui est gourmand sauf que c’est lui qui fait avancer les nouvelle technologie dans l’architecture. comme la tour qu’il veulent faire, constament en rotation, AWESOME !! Mais moi je garde espoir qu’il trouve une idée pour remettre l’économie comme elle était avant … Mais nous avons le droit d’avoir notre opinion personnelle. Nul détient la vérité .

Les commentaires sont fermés.