« Ventes de garage » : quelques conseils utiles

IStock_000000904538XSmall[1] Par Sophie Stival

Qui n’a pas un jour fouiné dans les étalages d’un bazar ou d’un marché aux puces ou carrément organisé sa propre vente de garage? Je devrais plutôt écrire une « vente-débarras », me rappelle l’Office de la langue française. Mais on s’entend, ça se passe bien souvent devant l’entrée du garage!

Que l’on soit un « magasineux » ou un «ramasseux» d'objets usagés, tous peuvent y trouver leur compte. Voici quelques règles à suivre pour vous en débarrasser en toute tranquillité.


 Se préparer

Avant d’annoncer sa vente-débarras à tous les coins de rue, mieux vaut s’informer quant aux règles en vigueur dans sa municipalité. Montréal, par exemple, impose des heures à respecter (9 h à 17 h). Ensuite, déterminez si vous avez besoin d’un permis ou si certaines fins de semaine sont prévues à cette fin pour l'ensemble de votre quartier.

Il existe de nombreux répertoires en ligne pour annoncer sa vente-débarras. Sur l’île de Montréal, vous pouvez vous inscrire gratuitement sur : www.ventedegaragemontreal.com.
Un autre site couvre les régions et présente plusieurs trucs utiles tant pour les acheteurs que les vendeurs :
www.ventedegarage.ca.

Assurez-vous également que vos objets soient sécuritaires (conforme aux normes de sécurité de Santé Canada), c’est la loi. Les produits de consommation destinés aux enfants sont très réglementés (barrières, marchettes, sièges d’auto…), mieux vaut éviter les soucis et s’abstenir de les vendre. Les fléchettes de jardin à bout allongé, les casques de hockey et bien d’autres objets anodins font aussi l'objet d'une réglementation sévère.

Le jour de la vente
 
Si vous annoncez la vente d’objets recherchés ou d’antiquités, il est possible que vous ayez la visite d’un brocanteur ou de revendeurs qui viendront très tôt le matin évaluer votre marchandise et vous acheter plusieurs objets. Soyez prêts à négocier, car les ventes-débarras sont le lieu idéal pour le faire. Si vous êtes incertain quant à la valeur d’un objet précis, faites-le évaluer chez un antiquaire.

Certains vendeurs sont si attachés à leurs objets qu’ils ne les laissent pas partir à bon prix. Le succès d’une bonne vente-débarras, c’est de vendre beaucoup. N’oubliez pas qu’il s’agit avant tout de vous débarrasser de vos surplus et de faire de la place. On peut rentabiliser sa journée en vendant beaucoup de petits objets utiles à 1$.

Enfin, pour que l’expérience soit agréable pour vous comme vos visiteurs, vous pouvez servir de la limonade s’il fait très chaud. Certains offrent même des hot-dog ou les vendent à faible coût. En cas de pluie, prévoyez reporter l’événement à la fin de semaine suivante, par exemple.

Comptez-vous courir les « ventes de garage » ou en organiser une cet été? 

4 réflexions au sujet de « « Ventes de garage » : quelques conseils utiles »

Les commentaires sont fermés.