CELI : percer le mystère

PigBank_ISPar Sophie Stival

Gagner des revenus de placement à l’abri de l’impôt. Intéressant, non? C’est bien ce que le gouvernement fédéral a offert aux Canadiens en 2009 en créant le CELI. Ce compte d’épargne libre d’impôt devait stimuler l’épargne individuelle.

Vous êtes nombreux à ne pas comprendre les subtilités du CELI. Depuis 4 ans, je tente périodiquement d’en élucider les mystères.

Un récent sondage de la Banque de Montréal révèle que près de 6 Canadiens sur 10 envisagent de maximiser leurs cotisations à leur CELI d’ici 5 ans. Une très bonne nouvelle. 


Quelques chiffres du sondage 2012

  • Depuis 2009, 39 % des Canadiens ont ouvert un CELI
  • 44 % des titulaires de CELI font la cotisation maximale de 5 000 $ par année à leur CELI
  • En 2012, la cotisation moyenne au CELI est de 3,778 $, ce qui est semblable à l’an dernier
  • 1 titulaire de CELI sur 5 a effectué un retrait en 2012, 39 % avait retiré moins de 1000 $
  • Parmi ceux qui n’ont pas de CELI : 29 % envisagent d’en ouvrir un, c’était 22 % en 2011. 

Les grandes lignes du CELI 

Contrairement à ce que son nom indique, le CELI ou compte d’épargne libre d’impôt n’est pas un compte d’épargne. Il faut avoir 18 ans pour en ouvrir un.

Tous les montants que vous y déposerez pourront être investis dans différents véhicules de placements. Ça comprend les fonds communs, les obligations et même les actions. 

La majorité des répondants (60 %) au sondage de BMO ont seulement des liquidités dans leur CELI. Cet argent ne rapporte donc presque aucun revenu d’intérêt. Ce qui en fait un véhicule d’épargne beaucoup moins attrayant.

L’idée c’est de mettre à l’abri de l’impôt tous les revenus générés, que ce soit des revenus d’intérêt, des dividendes ou du gain en capital. Pour ce faire, il faut réaliser des gains imposables… Bien sûr, les taux d’intérêt ne sont pas d’une grande aide présentement. Mais ça ne sera pas toujours ainsi.

Rappelons enfin que contrairement au REER, les cotisations au CELI ne réduisent pas votre impôt à payer. C’est de l’argent après impôt que l’on place pour des projets à plus ou moins court terme (voiture, maison, voyage, piscine, etc.). 

On peut retirer sans pénalité les sommes nécessaires. C’est un outil de placement complémentaire au REER. Il faut cependant faire attention aux cotisations excédentaires. Ça peut arriver quand on retire plusieurs fois dans la même année. Le fisc peut alors sévir (1 % par mois sur le montant contribué en trop).

Puisque les cotisations inutilisées peuvent s’ajouter aux droits de l’année suivante, le CELI est un outil d’épargne de plus en plus intéressant au fil des ans. 

Dès le 1er janvier 2013, une personne qui ouvre un CELI pourra y cotiser jusqu’à 25 500 $. 

Pour en savoir plus :

Démystifier le CELI en 5 questions

L’avenir du CELI, compromis 

CELI vs REER vs REEE

12 réflexions au sujet de « CELI : percer le mystère »

  1. Le CELI c’est comme une loterie pour l’épargnant, mais c’est une vache à lait pour nos banques.
    S’il est impossible d’avoir un rendement satisfaisant lorsqu’un épargnant ne veut pas prendre de risque, pourquoi mettre de l’épargne à l’abri dans un CELI actuellement. Pour recevoir 1.25% ! Lorsque dans la même banque on paie 17% sur les cartes de crédit ! Citron ! Je comprends pourquoi les Présidents de nos banques gagnent des millions. Ça doit être l’enfer à gérer ! Quel stress ! C’est vrai ! Le gouvernement pourrait rappeler en tout temps les chartes des banques et garder jalousement pour eux ce privilège.
    J’oubliais, mais oui, les épargnants pourraient investir dans un des 300 fonds mutuels offerts par les banques. Vous savez ces fonds mutuels qui n’ont pas battu le rendement des Bons du Trésor depuis 1998 mais qui chargent en moyenne 2.00% de frais de gestion.
    C’est un bel outil ! Mais qui ne sert pas à grand-chose dans la conjoncture actuelle.
    Mettons que c’est une mesure désespérée de la part du gouvernement. C’est comme si le gouvernement disait aux contribuables, allez-y, je ne peux pas vous offrir plus que 1% si vous voulez financer nos dettes, mais par contre, je vous offre la possibilité de risquer 5 000 par année à la bourse sans que je vous taxe. Si les perspectives économiques étaient roses, les contribuables n’auraient jamais vu une telle mesure.

  2. @Coco Rico
    Il est vrai que le rendement des placements sans risque n’est pas payant. Mais le rendement est toujours proportionnel au risque, c’est connu. Ceci dit, il est tout de même mieux de faire 1,25% dans un CELI plutôt que dans un compte taxable. 250$ de revenus non taxés est mieux que 125$ de revenus taxés!
    Les fonds communs de placement ont souvent des frais de gestion élevés, vous avez raison. Mais il existe bien d’autres placements moins risqués que les actions, par exemple. Je pense aux obligations municipales ou corporatives de qualité qui offrent davantage qu’un simple certificat de placement garanti ou qu’un bon du Trésor. Il faut en discuter avec son conseiller ou son banquier.
    Il est également possible d’ouvrir un CELI avec un courtier à escompte. Les frais de transactions sont alors plus faibles et ça donne accès à un grand éventail de placements. Mais ça s’adresse aux investisseurs avertis.
    Remarque: le CELI ne change rien pour les individus qui ne paient pas ou peu d’impôt, mais ces gens n’ont pas habituellement pas la possibilité d’épargner…

  3. L’objectif principal de ce programme était d’éduquer les gens à épargner, mais la clientèle visé n’est pas au render vous, car elle n’a pas l’argent pour déposé.
    Par contre je n’ai jamais compris pourquoi il laisse les gens retiré comme ils veulent, il aurait du avoir un délai avant de pouvoir retirer pour mieux eduquer le principe de l’épargne.
    Si quelqu’un réussi a mettre 100 000 dans ce programme, son avantage c’est que son revenu ne sera pas affecter, il pourra retirer sans impot et combiné a des Reer, RRQ et pension, ca peut augmenter la qualité de la retraite. de
    Autre avantages, quel sera le taux de taxation dans 20 ans, est ce que les revenus provenant de REER sera plus taxé qu’un revenu de travail ?

  4. Je ne suis pas sure que vous puissiez acheter des corporatifs par tranche de 5 000.00. Même pas sure pour les obligations municipales non plus. Anyway ! Je passerais de l’argent à une entreprise avant d’en passer à une municipalité. Je crois qu’ils seraient disponibles dans ces tranches la seulement par un fond mutuel (on revient à la question des frais de gestion) ou par l’entremise d’un FNB spécialisé.

  5. En fait ce que vous dites Mme Stival, c’est qu’il vaille mieux faire 62.50 par année que 31.25 (1,25% compte épargne). Quoiqu’en fouillantt mieux, je vois que le certificat de dépôt moyen de 5 ans tourne plus autour de 1.75% dans les banques à charte et 2.40% ailleurs (Prenez une chance avec les autres institutions). Donc, sur 10 ans, avec la magie du composé, cela peut faire une petite différence. C’est clair ! Mais moi je me demande, pourquoi le taux moyen de carte de crédit est encore si immensément élevé au Canada.
    Je disais 17% tantôt, parce que j’essaie d’estimer un taux médian pour les cartes à tx réduit et celle a tx régulier (critères d’éligibilité ainsi que cote de crédit, etc). Aussi, pour comparer la situation actuelle par rapport disons à 1997. En 1997, le tx moyen médian d’une carte de crédit était 21%, un CD cinq ans rapportait 6%, soit un rapport de 3 ½ pour 1. Actuellement, mettons que le CD 5 ans moyen est de 2%, 17% pour le tx médian des cartes de crédit, soit un rapport de 8 ½ pour 1. Disons 15%, 7 ½ pour 1. Disons 12%, 6 pour 1.

  6. eh cocorico, relaxe, on est dans un pays libre… on peut retirer son argent quand on veux non!SI on veut payer 17% d’intéret on a le droit! Si tu ne veux pas payer 17% sur ta carte de crédit. ben paye ta facture quand elle arrive ou n’utilises simplement pas de carte de crédit! tu paieras alors 0%! Les mal-organisés qui paient 17% paient en fait les intérêts de ceux qui paient 0%…
    Pour le CELI, c’est la même chose, tu recois 1.5% dintérêt via ton compte d’Épargne, donc sur 5000$ tu recois 75$ desquels tu devras payer environ 25 ou 30$ d’impôt… si tu veux économiser ce montantl là ben utilises un CELI…
    Et si tu as l’argent pour mettre dans ton CELI ben c’est soit que tes cartes de crédits sont payées ou que tu prend de mauvaises décisions.
    L’autre ‘erreur à ne pas faire est d’investir Hors CELI dans des placements raportant beacuoup et dans le CELI n’avoir qu’un simple compte d’épargne… mais on est dans un pays libre si on y tient ben on a le droit, même si ce n’est pas brillant.

  7. Mme Stival, vous avez négligé de donner une information primordiale quant au CELI tout en en donnant une qui portait èa confurion. On a le droit, sans pénalité de faire autant de retarait qu’on veux dans l’année. ça ne donnera jamais de pénalité de 1%.
    C’est de faire un dépôt supplémentaire qui amène cette pénalité.
    la phrase : « Ça peut arriver quand on retire plusieurs fois dans la même année » aurait du s’écrire:  » Ça peut arriver quand on dépose plusieurs fois dans la même année » En effet même si, pour vous, il ne s’agirait que de remettre un montant retiré, c’est considéré comme un nouveau dépôt par le gouvernement. alors si vous avez déposé le montant maximum et que vous faite un retrait, vous n’avez pas le droit de le remettre avant l’année suivante sous peine de la pénalité

  8. @fredduchesne
    Pénalités et retraits: vous avez raison. Merci de cette précision. Une cotisation excédentaire peut survenir lorsqu’on retire et que l’on redépose un montant la même année. Par contre, si vous n’avez pas atteint les cotisations maximales, le problème ne se pose pas. Dans le doute, mieux vaut s’informer auprès de son banquier ou de son conseiller. Merci.

  9. Bonjour,c’est très instructf les commantaires que vous écrivez, merci, car je suis nouvelle dans un placement Celi.

  10. Je croyais qu’un celi sevait a mettre de l’argent de côté et d’accumuler un revenu libre d’impot?
    Dans la majorité des commentaires les gens veulent un revenu garanti, par contre il y a une différence entre un revenu garanti à environ 2% et un revenu sécuritaire à environ 6 ou 8%. Évidemmant ce n’est pas dans l’intéret d’une institution financière ( banque ou caisse ) de vous expliquez comment votre argent travail et il ne vous aideront pas non plus. Faites le calcule, toute investissement de moins de 3% vous coûte de l’argent juste avec l’inflation. Oui un fond de placement vous coûtera environ 2%, mais c’est mieux qu’un cpg à 2%. Prenez le temps de vous s’informer à des endroits neutre, tel que les livres, magasines ou journaux. Qu’est-ce-qui est plus intéressant pour les institutions financières, vous prètez de l’argent (carte de crédit à environ 18%, prèt personnel à 9% et prèt hypothécaire à 3%) ou vous faire un revenu avec vos placements?

  11. Eh FreddyDuchesne, je suis parfaitement relax ! Je dirais même Zen !
    ‘’On peut retirer son argent quand on veux ‘’. En fait oui, nous pouvons le retirer quand on veut mais pas vraiment car il existe une panoplie de pénalités pour certains produits, mais plus important encore, les épargnants n’ont pas vraiment le choix de déposer ! Je tiens à vous faire remarquer Monsieur Duchesne que les dépôts des épargnants sont en quelque sorte la matière première des banques. Pas de dépôts, pas de prêts. Pas de prêts,pas de spéculation et pas de profits pour les banques.

Les commentaires sont fermés.