4 excuses pour ne pas cotiser à son REER

PigBank_IS Par Sophie Stival

Nous avons mille raisons de remettre une tâche à plus tard. Par exemple? Épargner pour la retraite ou cotiser à son REER.

Quelles sont nos excuses pour laisser croître chaque année les cotisations inutilisées de nos REER? L’avocate et spécialiste en fiscalité au Groupe Investors Sara Kinnear nous propose celles qu’on entend le plus souvent. La plupart de ces excuses ne tiennent pourtant pas la route.


Je suis trop jeune
À 20 ans, la retraite c’est le dernier de nos soucis. Pourtant, ceux qui commencent très jeunes à épargner, même de petits montants, voient rapidement croître leur argent. C’est ce qu’on appelle la magie des intérêts composés. Les intérêts qui seront versés au début s’ajouteront à votre capital initial. Ce montant additionné des intérêts grossira au fur et à mesure que seront versés d’autres intérêts et du capital à chaque période (tous les mois, tous les ans).

Par exemple, si vous cotisez 100 $ par mois dans un REER à 25 ans, vous aurez accumulé 137,360 $ à 60 ans (rendement de 6 %). Imaginez si vous cotisez quelques centaines de dollars dans la quarantaine ou lorsque votre salaire sera plus élevé.

Pour un jeune épargnant, le plus grand avantage demeure sans nul doute son âge. Plus la retraite est éloignée, moins il est nécessaire de cotiser de gros montants.

J’ai trop de dépenses
Nos soucis financiers quotidiens laissent peu de place à l’épargne pour la retraite diront plusieurs. On a déjà du mal à épargner pour une maison, l’éducation des enfants ou une voiture, alors la retraite…

En établissant un budget personnel ou familial, on peut voir où va notre argent. Certains ont carrément peur d’établir un budget. La tâche leur semble trop complexe et trop longue. Pourtant, il n’y a rien de sorcier au fait d’écrire ses sources de revenus et de dépenses tout en dressant la liste de ses dettes. C’est souvent grâce à un budget que l’on peut réduire certaines dépenses anodines.

Il existe une multitude de livres et de logiciels pour dresser un budget familial. Pourquoi ne pas demander une consultation budgétaire à une Association coopérative d’économie familiale (ACEF)? C’est souvent gratuit. Il y a également des consultations budgétaires à domicile pour les aînés (ACEF de Laval). Certaines vendent des logiciels à peu de frais (budget express pour 12 $) et offrent des cours ou des guides pour élaborer un budget.

En retirant mes REER, je vais payer de l’impôt!

Il  est vrai que les retraits du REER sont imposables. Mais on oublie trop souvent qu’à la retraite notre taux d’imposition est bien souvent inférieur à celui payé pendant notre vie active. On sera donc moins taxé à la retraite et on profitera d’une déduction d’impôt au moment où on en paie le plus, soit quand on a un revenu d’emploi.

J’ai peur de perdre mon argent en l’investissant

Il n’y a jamais de moment parfait pour commencer à investir. Plus votre horizon de placement avant la retraite est long, moins vous risquez de subir les aléas des marchés boursiers (les hauts et les bas). On dit souvent qu’il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Il est également recommandé de consulter un professionnel du placement ou un planificateur financier lorsqu’on souhaite planifier sa retraite ou prendre ses finances personnelles en main.  

Il ne vous reste que quelques jours (1er mars date limite) pour cotiser à votre REER pour l’année d’imposition 2010. Cotiserez-vous? Quelles sont vos excuses pour ne pas cotiser au REER?

8 réflexions au sujet de « 4 excuses pour ne pas cotiser à son REER »

  1. Qu’en est-il de : « trop petit salaire » ?…..Il y a beaucoup de gens qui gagnent leur pain, mais ne gagnent pas leur « steack »

  2. ta vas crever pauvre ,ne tant fait pas ,tu seras pas tout seul a ta faire maltraiter comme les vieux d,aujourd,hui.

  3. Compte tenu de la crise économique qui est loin d’être résorbée, de l’augmentation des taxes et des impôt au Québec du coûts des aliments qui augmente je me demande s’il reste assez d’argent à la classe moyenne pour investir un montant raisonnable dans les REER.
    La classe moyenne se rétrécit d’avantage à chaque année et les Gouvernements ont un large part de responsabilités dans cette situaion. ( Trop de taxes et impots)
    Pour ma part j’ai commensé jeune à placer mon argent dans des REER et je n’ai pas de regrets même si c’était de petits montants au départ.
    Je pense qu’il faut diversifier nos épargnes, un compte REER nous oblige à réfléchir avant de l’utiliser parce que on aime pas payer des impôts à la fin de l’année contrairement a un compte courrant ou un dépot à terme.
    Les comptes REER font l’affaire des gouvernement parce que cela augmente les réserves en épargne à la grandeur du pays. Sauf erreur, ces réserves d’argent sont importantes pour l’économie globale de la nation et ils sont un indice de richesse.
    Je crois qu’il faut, pour la classe moyenne, diversifier entre l’achat d’une propriété (où on demeure), l’éparggne REER et l’achat d’OR, l’OR est encore à moyen terme le meilleur refuge selon moi.

  4. Malgré ce que l’on peut croire un travailleur au salaire minimum qui fait ses 40 heures semaine a
    avantage a cotiser au REER ne serait-ce des programmes de prime au travail du fédéral et du pro-
    vincial qui sont calculés sur le revenu après cotisation au REER.

  5. en effet 4 arguments qui ne tiennent pas la route.
    cependantest il mieux si tot ? pas si sur, il est peut etre bon d’attendre d’avoir un « vrai » revenu pour cotiser a un REER. la ou mettre 15 000 ou 20000$ aura un impact plusimportant qu’un « maigre » 1200$.
    Les CELI peuvent tres bien faire l’affaire en attendant.
    diversifier comme le dis Charles… mais l’OR c’est comme l’immobilier c’Est avant une hausse que c’est interressant… a ben c’Est comme la bourse ou investir dans des fonds communs spécialisés…
    on parle des ressources qui monte, doit on acheter du café plutot que de l’or ? il y a 3 mois c’était le cas. c’est ainsi, il faut ecouter et agir vite. que ce soit l’or l’immobilier ou toute action de compagnie.
    mais rien n’est facile, et ca peut rapporter si on prend les bons risques au bon moment.

  6. Pour des gains à court et moyen terme l’OR n’est pas nécesassairement intéressant, vous avez raison il est beaucoup plus intéressant d’acheter l’OR avant que les cours s’embalent.
    Par contre je pense que si on diversifie ses épargnes en tenant compte de l’OR à long terme le risque est moindre.
    Lorsque j’ai commencé à travailler j’ai fait d’importants efforts pour épargner de l’argent, argent que j’aurais pu dépenser ou gaspiller, mais j’ai fait le sacrifice d’épargner. Peut-être avons nous une idéologie trop hédoniste de la vie?
    Aujourd’hui il faut téléphone, téléphone portable, iPod, Internet (nécessaire), grosse télé et ainsi de suite, tout cela fini par coûter cher au bout du mois, pour le meilleur comme pour le pire, les choix sont plus difficiles aujourd’hui.
    Mais la sagesse veut que l’épargne soit essentiel, selon moi.
    La proposition de M. Castonguay d’imposer un REER de 4ou5% n’est pas mauvaise mais une fois que le percepteur d’impôt est passé de même que (à la Ville de Montréal) le policier qui vous attends pour excès de vitesse, la nouvelle taxe sur l’essence, les parco à 3$ l’heure, y a t-il assez d,argent dans nos poches pour épargner 4% ???

  7. Très intéressant votre article. Effectivement, il y a beaucoup de mauvaise conception de ce qu’est le REER et comment il peut vous servir. Justement, Jecomprends.ca et CROP ont effectué un sondage et d’après les résultats, 53% des québécois ont un REER et seulement 28%, un CELI. C’est en Outaouais qu’on détient le plus de REER et CELI et au Saguenay où on en détient le moins. Si vous voulez en lire d’avantage vous pouvez consulter les résultat ici, vous pourriez en être étonnéi : http://www.bnc.ca/bnc/cda/newsdetail/0,2714,articleCode-16518_divId-2_langId-2_navCode-6100_viewFilter-2011,00.html
    C’est suite à la lecture d’un rapport comme celui-ci qu’on peut effectivement croire ce que vous dites !

  8. Les REER ne sauveront pas la classe moyenne. C’est une responsabilité sociale. Les coûts de l’éducation retardent le pouvoir d’investisement et les coûts de santé augmentent. Trop jeunes ou trop endettés? Trop divertis ou aliénés par le travail? Vous parlez de chiffres alors que la question porte sur la valeur. Qu’est-ce que vous voulez? Des arguments de vente de REER ou des bons clients? Il reste trois jours ou toute une carrière?

Les commentaires sont fermés.