Planifier sa retraite : dur, dur pour les Canadiens?

Retraite_IS Par Sophie Stival

Les Canadiens se préparent moins bien à la retraite que bien d’autres, révèle une étude menée par la HSBC auprès de 17 000 répondants dans 17 pays.

En fait, près des deux tiers (65 %) des répondants chez nous ont indiqué n’avoir établi aucun plan financier pour leur avenir, contrairement à la moitié ailleurs dans le monde.

Cette 14e place nous met derrière la Malaisie (84 %), la Chine (76 %), l'Inde (76 %) et Taïwan (60 %). Les seuls pays à faire moins bien que le Canada sont la France (30 %), le Mexique (25 %) et l'Argentine (25 %). Pourquoi?


La sixième édition de l’étude L’avenir de la retraite, mentionne que le principal obstacle à la mise en place d’un plan financier (au Canada), je vous le donne en mille, c’est le fait de ne pas avoir assez d’argent. Ceux qui s’inquiètent de leur retraite sont conscients (63 %) qu’ils n’épargnent pas assez. Seulement 49 % des autres répondants ailleurs partagent cette préoccupation, nous apprend cette étude.

Planifier, c’est payant!

Ceux et celles qui ont plan financier accumulent en moyenne presque deux fois et demie plus d’avoirs que ceux qui n’en ont pas (selon cette étude). 

Mais la retraite, ça se prépare. Un homme et une femme ne planifieront pas de la même façon leurs vieux jours. Les femmes ont d’ailleurs quelques « strike » contre elles en partant. Elles gagnent moins, travaillent plus à temps partiel et vivent plus longtemps que leur collègue masculin. Planifier la retraite est donc un enjeu de taille pour elles.

Le nombre d'années avant la retraite a aussi son importance. Selon son âge, les stratégies d’épargne seront bien différentes.

Marchés émergents : plus optimistes

Cette étude constate un écart important dans les perceptions à l'égard de la retraite entre l'Orient et l'Occident. « Les facteurs qui suscitent un état d'esprit positif semblent être étroitement liés à une conjoncture économique favorable et à une richesse croissante dans les marchés émergents où, même durant la crise financière et la dernière récession mondiale, la croissance du PIB a été soutenue, ce qui a stimulé l'augmentation des revenus des ménages et accru la capacité à adopter des habitudes d'épargne rigoureuses. »

Les jeunes planifient plus

Il semble que les jeunes répondants à cette étude planifient leur avenir financier plus tôt que les générations précédentes (surtout les jeunes femmes versus leurs aînées). Ainsi, 47 % des femmes de 30 à 39 ans ont indiqué qu'elles ont établi un plan financier, contre 38 % de celles de 50 à 59 ans.

Il n’y a pas de recette magique. Pour épargner, il faut budgéter et rembourser ses dettes de consommation le plus rapidement possible. Plus on commence tôt, plus il sera facile d’accumuler pour la retraite sans s’étrangler financièrement. Pas facile, je vous l’accorde.

Pour en savoir plus :

C'est quoi un planificateur financier?

10 réflexions au sujet de « Planifier sa retraite : dur, dur pour les Canadiens? »

  1. Seulement ceux, parmi le, disons, « petit peuple », qui sont « protégés » par une union,
    disons le, les fonctionnaires, peuvent planifier une retraite. Il n’y a plus d’emploi sûr, garanti pour la vie. Alors, planifier dans de pareilles conditions n’est pas plus réaliste
    que d’annoncer de la pluie pour l’antartique. Quoique, sait-on jamais! Ce sera
    peut-être le cas dans 200 ans.

  2. Planifier sa retraite : dur, dur pour les Canadiens
    À $150,000.00 de revenu par année c’est facile.

  3. Comment voulez-vous qu’on épargne quand on a pas d’argents? Maintenant que je suis de retour chez ma mère, faut que j’économise pour l’Université, et comme je n’ai pas l’intention de devenir un Tanguy, faut que j’économise pour un autre appart’, en plus des études. L’argent tombe pas du ciel.

  4. chaque citoyen peuve economiser selon leur budget et cela est tres facile ,, c, est probablement qui n, ont pas la recette . mais cela est du a une mauvaise gerance de leur avoir ,

  5. La facilité avec laquelle nous épargnons dépend d’un lot de paramètres.
    Tu vis seul ou en couple, avec ou sans enfants…..
    En admettant que tous nous pouvons nous acheter une quantité et qualité de
    nourriture adéquate tout en payant un loyer avec tous ses coûts, la plus petite auto
    avec assurance et plaques et pernis de conduire……
    Le dentiste…..une couronne….$1250.00 …..une biopsie que tu paie à une clinique
    privée pour 2 raisons, raccourcir l’attente et te garantir du résultat ….$360.00
    Réparation et entretient d’auto….
    Si le salaire dépasse le plus modeste des trains de vie, l’épargne est possible.
    Et encore, l’épargne, que tu fais, sert uniquement à prévenir les coups dûrs.
    Les offres d’emploi, sur le net à emploi.quebec, à $10.00 l’heure, il en pleut.
    Mettre de l’argent à l’épargne, oui, c’est facile. Ne pas l’utiliser, c’est une autre
    paire de manches.
    ———————–
    Statistiques et caractéristiques des jeunes au Québec: la pauvreté
    48% des couples qui ont des enfants vivent sous le seuil de pauvreté
    ———————-
    Seuil de pauvreté d’une personne seule: 10 800 $ | Le Devoir
    Or Québec a défini lui-même le niveau de ce seuil. De manière transitoire, il sera fixé à 10 800 $ pour une personne seule, 15 500 $ pour un couple sans enfant et une personne chef de famille monoparentale avec un enfant, et 18 200 $ pour une personne chef de famille monoparentale avec deux enfants et un couple avec un enfant. Dans le cas d’une personne chef de famille monoparentale avec trois enfants ou plus comme dans celui d’un couple avec deux enfants, le seuil est de 22 000 $. Pour ce qui est des familles de plus de trois enfants, il s’élève à 24 500 $.
    DONC, JE CONCLUS QUE GERVAIS, LORSQU’IL AFFIRME QUE C’EST FACILE FACILE
    D’ÉPARGNER, AFFIRME AUSSI DÉPASSER LES PARAMÈTRES PRÉCÉDENTS.

  6. @Maurice.
    Je suis totalement d’accord avec vos dires. Il est plus facile de dire qu’on peut épargner que de le faire. On fait qui si notre frigo brise? On cherche dans nos épargnes. Si la voiture pète? On cherche dans nos épargnes. Tout le monde n’a pas la chance de gagner 100 000$/année, et la majorité des personnes vivent avec moins de 30 000$/année. Et quand t’es sur le BS ou le salaire minimum et que tu ne peux même pas te payer des tylenols car ça coûte trop cher ( référence d’une série d’émission qui passait à Radio-Canada il y a quelques mois, où deux personnes ont dû vivre comme des pauvres durant un certain laps de temps. C’était effarant.), l’épargne, t’y pense même pas.

  7. @Love
    Alors, Love, garde courage. Reste focussé(e). En gardant ton objectif en tête, tu y arriveras. Je souhaite que tes parents t’aide au maximum.

  8. Non seulement c’est dur d’épargné suffisamment pour la retraite (car économisé c’est facile mais suffisamment pour avoir un coussin ET une retraite beaucoup moin) quand tu gagne 30 000$/année mais même ceux à 100 000$/année trouve le moyen de ne pas en être capable !!!! Moi pour ma retraite ce ne sera pas compliqué ce sera ma futur maison. Je ne doit pas compter sur le fonds de pension que l’État pourrait éventuellement peut-être me verser car dans 40 ans y restera rien !!!!

  9. @David
    L’argent de tous les pays n’a pas plus de valeur réelle que la monnaie du jeu de
    Monopoly.
    Un de mes deux grand-pères chassait et trappait avec des autoctones et vendait
    des lièvres à 17 cents la paire après la crise de 1929.
    Deux lièvres aujourd’hui valent $17.72 dollars. C’est le prix en Europe. 12,50 Euro.
    Une autre crise économique ne me fait pas peur Seuls ceux qui roulent sur l’or sont
    incapables de se faire cuire un oeuf. Façon de parler, bien sûr, mais proche de la
    réalité. Ceux-là craignent une autre crise économique. Nous avons énormément
    moins à craindre que nos ancêtres colonisateurs.
    Alors économisons à la mesure de nos moyens et ne nous faisons pas d’ulcères
    avec nos craintes.

Les commentaires sont fermés.