Mieux consommer : comprendre la « douleur » de payer

Portefeuile_GPar Sophie Stival

Vous aimez consommer. Mais vous êtes endetté. Comment changer les choses? La solution réside peut-être dans votre façon de payer vos biens et vos services.

Selon un chercheur de l’Unversité Duke, la « douleur » de payer (pain of paying) est un aspect souvent négligé dans le domaine de la psychologie de l’argent

En comprenant mieux comment on se sent lorsqu’on consomme, on pourra éventuellement freiner nos folies dépensières. 

Par exemple : vous sortez dans un bon restaurant. Au moment de payer la facture, quel mode de paiement réduira le plaisir que vous avez ressenti pendant votre repas: payer comptant ou avec une carte de crédit? La grande majorité répondra payer en espèces sonnantes et trébuchantes.

Pourtant, vous connaissiez le prix du repas avant de le commander. Vous aviez le menu et la carte des vins en mains. Pourquoi alors un tel sentiment? C’est ce que le professeur Dan Ariely nomme la douleur de payer. 

Payer comptant signifie que notre argent est utilisé pendant que l’on consomme (ou juste après). Le moment où l’argent se volatilise est particulièrement important, semble-t-il. 

Cette « douleur » est plus intense lorsqu’on dépense pour des biens et des services secondaires ou superflus. C’est ce que le chercheur appelle la taxe morale de nos achats. Ou si on préfère, le sentiment de culpabilité qu’on ressent après…

Les compteurs

Comment peut-on alors augmenter la douleur de payer, quand on dépense pour des biens ou des services non essentiels? M. Ariely fait une analogie avec le compteur à la station d’essence. La facture grimpe rapidement sous nos yeux au fur et à mesure que le réservoir se remplit. À 1,40 $ le litre, ça fait mal! Pour contourner ce sentiment, plusieurs font le plein à coups de 20 $ de temps en temps.

Si on pouvait avoir sous les yeux de tels compteurs pour l’électricité, l’air conditionné, au centre commercial, plusieurs feraient plus attention, croit-il. Le principe est le même dans les casinos : les jetons sont moins intimidants que l’argent liquide.

Voyages tout inclus, cartes prépayées

Ainsi, on essaiera de payer comptant ou au pire par carte de débit lorsqu’il s’agit de dépenses non essentielles. 

Les vacances dans les tout inclus permettent aussi de mieux contrôler nos dépenses. Leur popularité est liée à ce sentiment de n’avoir plus rien à débourser. On ne se sent pas coupable de prendre un verre de plus ou un dessert à la carte (excluant les kilos en trop!).

Les cartes prépayées permettent également de vivre selon ses moyens. L’argent a déjà disparu. 

Selon ce principe, on souhaitera donner en cadeau quelque chose que l’être aimé ne peut s’offrir parce que c’est trop dispendieux ou qu’il se sentirait coupable de se l’acheter.

Les modes de paiement (comptant, crédit, débit, prépayé) influencent-ils votre consommation?

2 réflexions au sujet de « Mieux consommer : comprendre la « douleur » de payer »

  1. prepayee oui mais comment se liberer de nos dettes arrivees de facon imprevue alors que deux pertes d emploi d affilee suivies de deux travail dit saisonnier un coup leur saison terminee.
    on avait pris le temps de demander au premier employeur la securite de celui ci,avant de remplacer le vehicule a reparer.
    le dernier travail est en plus genre tres familial c a d on t envoie au chomage pour eviter qu un neveu travaillant ailleurs n y soit envoye .,il prendra ta place le temps que son employeur le rappelle nous a t on dit.
    que nous conseillez vous.
    merci

  2. Bonjours , en réponce a ce que vous, il est vrai que cela fait des changements lors d’événement parreils arrive. Mais un bon conseils, adapter-vous et penser a parer la situation avec un deuxieme panier financier, totalement indépendant du plan a qui est le travail.

Les commentaires sont fermés.