Se trouver un emploi après 50 ans…

Senior_travailPar Sophie Stival

L’autre jour, je suis tombée par hasard sur le site français : «Les retraités travaillent». Lancé en 2008, ce babillard propose aux retraités des offres d’emploi. La réforme des retraites et les déficits des régimes de pension sont des sujets aussi brûlants en France qu’au Québec…

En fait, c’est le manque d’épargne combiné à une espérance de vie qui s’allonge qui pousse de plus en plus de retraités et de baby-boomers à opter pour une retraite progressive et le travail à temps partiel. 

Que ce soit pour arrondir ses fins de mois ou tout simplement pour demeurer actif, voici quelques conseils et suggestions d’emplois pour les plus de 50 ans qui souhaitent réintégrer le marché du travail. 

 


Quelques conseils

Bien sûr, certains employeurs ont des préjugés défavorables envers les travailleurs plus âgés. Le secteur d’activité de même que la manière dont on se vend comptent aussi pour beaucoup.

Votre CV est important. Il doit être à jour et idéalement présenté dans un format électronique (doc, pdf, txt). Plusieurs offres d’emploi se trouvent sur Internet. Parfois, on vous donnera le choix de l’envoi postal, par télécopieur ou en ligne. 

Peu importe votre décision, assurez-vous de bien connaître l’entreprise pour laquelle vous souhaitez travailler. Consultez son site web et cliquez sur « À propos de nous », « La mission » et « Les valeurs » de l’entreprise. La description du poste et les prérequis seront aussi de bons indicateurs du profil recherché. 

Si vous souhaitez être caissier ou commis, votre flexibilité quant à l’horaire (soir, fin de semaine) risque d’être un atout. Si vous devez vendre des choses, détaillez vos expériences avec le public, par exemple. Le plus important, c’est de miser sur ce qui vous distingue : votre maturité, votre fiabilité, vos années d’expérience, etc. 

Il existe plusieurs agences et entreprises qui peuvent vous aider dans ces démarches. Les conseillers en orientations sont tout désignés pour vous assister dans votre recherche d’emploi. Je pense, par exemple, à CIBLE-EMPLOI qui offre des services-conseils en transition et en recherche d’emploi. Ils ont notamment un service dédié aux plus de 50 ans. Je vous propose également quelques sites en bas de page pour plus d’informations.

Des exemples d’emplois

À 60 ans, on ne souhaite plus nécessairement travailler 40 heures par semaine. Les préretraités veulent souvent avoir un horaire plus flexible et travaillerl à temps partiel.Certains deviendront carrément travailleurs autonomes.

Voici quelques exemples d’emplois qui sont de plus en plus accessibles aux plus de 50 ans en raison de la tertiarisation de notre économie (secteur des services de plus en plus important).

  • Caissier/caissière
  • Commis d’épicerie
  • Hôte ou hôtesse dans un restaurant, une auberge, un hôtel
  • Réceptionniste
  • Présentateur ou démonstrateurs de nouveaux produits (épicerie, grandes surfaces)
  • Gardien d’enfants, Accompagnant de personnes à mobilité réduite, de personnes ayant une déficience intellectuelle, etc.
  • Chauffeur de taxi, d'écoliers, service de transport adapté pour les personnes handicapées, etc.
  • Service à la clientèle dans la vente au détail (pharmacie, épicerie)

Notre économie aura de plus en plus besoin des travailleurs plus âgés. On n’a qu’à penser à la pénurie de main-d’oeuvre annoncée dans plusieurs secteurs d’activité. Idéalement, ces personnes seraient sur le marché du travail par choix. 

Pour s’en assurer, offrons-leur des emplois avec des horaires flexibles, du travail saisonnier et des avantages fiscaux. Ce n’est pas en les menaçant de diminuer leurs revenus de retraite qu’on aura une main-d’œuvre motivée et productive. 

Se trouver du travail après 50 ans, c'est possible, selon vous?

Pour en savoir plus :

Travailler, une fois à la retraite (Guichet emplois du gouvernement fédéral)

Le Défi Travail 50+ (programme de la FADOQ)

Jobboom : Le meilleur du web : la carrière à 50 ans et plus

 

19 réflexions au sujet de « Se trouver un emploi après 50 ans… »

  1. C’est possible, voire essentiel pour les personnes agées de se retirer de manière progressive du monde de l’emploi,de conserver un mode de vie actif et par la même occasion leur autonomie financière.La solution du travail à temps partiel est idéale dans ce sens.

  2. Mais il faut penser aux sous avant de prendre sa retraite. Réalisez-vous que les emplois proposés aux plus de 60 ans sont aux salaires minimun ? En plus, sans aucun avantages sociaux parce que ce sont des emplois à temps partiel et sur une base temporaires. Vous devenez du « cheap labor ». ÉCONOMISER pour votre retraite pendant que vous êtes payés à un salaire corespondant à vos qualifications et à votre expérience. Ces emplois que l’on offre aux ainés, c’est de l’exploitation !

  3. Hé oui, nos jeunes ne veulent pas travailléet ou du moins sans avoir le gros salaire au départ
    Alors oui faite travaillé les bébé boomer ca na aucune espece de bons sens
    Et les assisté sociaux qui se grille la couenne au soleil ont en fait quoi avec eux
    Sans rancune les imigrés ont les fait vivre avec notre argent et apres ont les retrouve avec de grosse cabane
    Vive la societe quebecose hein

  4. Ayant atteint la cinquantaine, oups!… est-ce une maladie subite? Je trouve étrange d’être inclus par la FADOQ avec les gens de 65 ans retraités. Tout d’un coup je deviens une personne agée. 35+15=50+15=65 À 50 ans je suis auusi près des 35 ans que des 65 ans, C’est étrange qu’on ose pas juger les gens pour leurs couleurs de peaux leurs langues ou leurs religions, mais que l’image que notre société fait de celui qui franchit le 50 est celle d’un vieil homme ou d’une femme vieille, n.b. référence à bien des publicités.
    J’ai des amis de 40 et + qui ont une famille reconstituée et qui ont des jeunes enfants de 2 – 3 ans. Donc dans quelques années ils seront  » des personnes âgées » avec de jeunes ados. Malgré qu’ils soient plus en « shape »que bien des jeunes.
    Il est vrai que lorsqu’on veux être vieux, on peut se trouver bien des raisons pour le devenir et être considérer vieux pour le marché du travail malgré tout notre expérience et les nombreuses années qu’ils nous restent à vivre.

  5. Oui je crois qu’il est possible de se trouver un travail après 50 ans sauf, qu’en effet, ce n’est pas toujours les emplois les plus gratifiants et les plus rémunérateurs. Ceci dit, je ne juge pas et je n’ai absolument rien contre les retraités qui décident de retourner sur le marché de l’emploi par choix ou dans certains cas, malheureusement, par obligation.
    Je tiens cependant à démystifier le fait que la retraite à 50 ans c’est ennuyant. Ce n’est pas du tout ennuyant et triste quand on est prêt et qu’on a la possibilité financière de la vivre. On dirait parfois que c’est vu comme un sacrilège par certains. J’ai 52 ans, ça fait 2 ans que je suis retraitée; j’ai mis fin à mon emploi complètement et radicalement et je n’ai jamais regretté mon choix. Mon poste d’adjointe administrative ne m’a jamais manqué. Je ne crois pas qu’il soit essentiel de se retirer du travail de manière progressive. Quand on est prêt, l’adaptation se fait très bien et le rythme de vie stressant du travail ne nous manque pas. Oui c’est possible d’être heureux dans la retraite totale à 50 ans… Il y a d’autres moyens d’être actifs et de s’épanouir ailleurs que dans le milieu du travail.

  6. C’est pas parce que tu as 50 ans, que tu es vieux. Je me sens aussi jeune qu’une personne de 40 ans. Cela dépend beaucoup de ta mentatlité. Je connais des personnes de 40 ans qui ont des mentalités de personnes de 60 ans. On dirait que notre savoir-faire n’a plus d’importance à cette âge, vous nous offrez que des travaux minables.

  7. @Serge
    J’ai moi-même été surprise de lire que le réseau la FADOQ regroupe et représente les gens de 50 ans et plus (non pas 65 ans et plus).
    http://www.fadoq.ca/fr/A-propos/
    L’âge ce n’est qu’un chiffre, vous avez raison. Bien des cinquantenaires ont plus d’énergie à revendre que des trentenaires! Mais dans certains secteurs d’activité, il existe des préjugés défavorables envers les travailleurs plus âgés, on ne peut le nier.

  8. @Lise @ Loulou
    Bien sûr, on aurait pu lister des centaines de métiers et de professions pour les cinquantenaires et plus. Ces travailleurs (exemples: électricien, enseignant, avocat, psychologue, coiffeur ou autre) peuvent et doivent compter sur leurs expériences passées, leur maturité, leur fiabilité, etc. pour convaincre leur futur employeur qu’ils valent autant sinon plus que tout autre travailleur. Il aurait fallu préciser dans cette liste qu’il s’agissait d’emplois du secteur des services qui ne nécessitent pas de diplômes particuliers. Merci.

  9. FADOQ, fédération de l’âge d’or du Québec, organisme incluant les gens 50 ans qui n’ont encore pas droit à la retraite et les retraités de 65 ans et plus, que l’on retrouve chez moi en province dans les cercles de l’amitié et/ou de l’âge d’or. Endroits tout à fait louables qui permettent aux gens à la retraite de combler leur solitude en socialisant et en jouant à des jeux tels que le jeu de poches, et autres.
    Il serait grand temps qu’on fasse une autre section ou que l’on renomme cet organisme si l’on veut réellement aider les 50-65 (…67) à rester actifs au niveau de l’emploi. Nous sommes déjà assez victimes des préjugés au travail et n’avons pas besoin que la FADOQ nous (50-65) publicise dans les divers médias comme faisant partie des « has been», bien j’aie beaucoup de respect pour les 65 ans et plus, mes parents en faisant partie sachant qu’ils ont construit et continue de construire notre Québec.
    Personnellement comme bien d’autres, j’ai encore besoin de remplir mes poches et non de les jouer.
    Je suis par contre tout à fait content pour ceux qui peuvent prendre leurs retraites ou leurs préretraites à 50 ans et même avant. Mais de grâce ne nourrissez pas les préjugés.
    Peut-être un autre sujet d’article pour toi Sophie?

  10. Moi, j’ai la chance d’exercer un métier que l’âge ne dévalorise pas (je suis traductrice). Et j’ai aussi la chance d’adorer ce que je fais. Je ne compte pas m’arrêter de sitôt, d’abord parce que je n’en aurais pas les moyens, mais aussi parce que je ne le supporterais pas. À 53 ans, ma tête et mes doigts fonctionnent toujours aussi bien. J’estime même que ce travail me garde en bonne forme intellectuelle parce qu’il me force à réfléchir. Mais je plains ceux et celles qui n’ont pas ma chance. Ceci dit, je ne savais pas qu’à 50 ans, on était considéré comme « vieux ». Moi, j’ai encore 15 ans dans ma tête! Il est certain que j’espère travailler le plus tard possible, tant que ma tête, mes yeux et mes doigts suivront. Pour ce qui est du salaire, je m’en ferai quand j’y serai. Pour le moment, j’engrange.

  11. Je travaille trois jours par semaine.
    Je vais bientôt faire mes rapports d’impôts. Aurai-je une mauvaise surprise?
    Est-ce que l’aide de Steven Harper est effective? Sera-t-elle suffisante?
    Redonnerai-je le tout à l’impôt?

  12. ====Se trouver du travail après 50 ans, c’est possible, selon vous?====
    Comme il reste encore un potentiel de 15 ans, c’est rentable pour une entreprise
    lorsque celle-ci engage des quinquagénaires avec expérience(s) pertinente(s).
    Les entreprises ont tendance à abuser de la situation.
    Après 65 ans, ça tient du miracle!
    Je suis donc un miraculé … 🙂

  13. @Maurice Lalancette
    Stephen Harper devrait vous épargner cette année… Voir lien:
    http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/politique-canadienne/201202/10/01-4494823-pensions-de-vieillesse-pas-de-changement-avant-2020.php
    50 ans c’est effectivement très jeune quand on pense vivre jusqu’à 85 ans ou plus. Toutefois, certains métiers plus physiques (construction notamment) usent le corps des gens qui l’exercent depuis plus de 30 ans dans la cinquantaine… Bonne journée.

  14. @LOULOU
    Ok si je comprend bien, une personne âgée qui fait ce travaille devient du « cheap labor » et c’est de l’exploitation mais quand un jeune fait ce même travaille, bien là, il n’y a aucun mal à ça !!! « Et en plus sans aucun avantage sociaux » J’espère qu’il n’y en a pas !!! Il vient de prendre une retraite progressive, retire son fond de pension en plus des régimes publiques, parce qu’il ne veut pas rester chez lui assit sur son divan (ce que je trouve normal) il travaille à temps partiel et il faudrait en plus qu’il aie des avantages sociaux durant les 2-3 ans qu’il fait sa transition !!! À un moment donné ça suffit de tirer la couverte de son bord.
    @René
    « Les jeunes veulent pas travailler sauf à gros salaire » les jeunes québécois n’ont jamais autant travaillé !!! Et les salaires, ont vas en parler des salaires, toi quand tu a commencer à travailler, quelqu’un qui gagnais 35 000$/année pouvait s’acheter une maison. Moi, 22 ans et 38 000$ de salaire, la banque me prête MAXIMUM 139 000$ !!! Trouve moi une maison potable à ce prix là et j’achète mais dans la vraie vie, il n’y en a pas !!! C’est simple, nous voulons des gros salaire car sinon nous n’aurons rien dans la vie !!! Les boomers nous crosse en nous revendant des maisons payé 80 000$ il y a 20 ans 300 000$ en 2012, en siphonnant les fonds des régimes de retraite publiques pour lesquels vous n’avez jamais cotisé à la hauteur de ce que vous avez comme prestation tout en nous faisant payer près du double en cotisations que ce que vous avez payé tout en sachant qu’en 2036 les fonds seront épuisé !!! Durant ma vie professionnel, je vais payer 200 000$ d’impôt de plus que ce dont je vais coûter à L’État. Ce 200 000$ servira à rembourser l’incroyable dette que les boomers nous auront laissé.

  15. Il n’existe vraiment pas de bons moments pour perdre son emploi, mais dans mon cas, on m’a remercié à l’aube de la cinquantaine. Après un an et demi de recherche active, après plusieurs phases de découragement, suivis d’espoirs, ensuite de rechutes et de relances, je dois vous dire que je ne suis pas très loin de l’abandon.
    Faire une croix sur un passé si vite arrivé n’est pas chose facile et en même temps, je comprends tellement l’angoisse et la frustration de nos jeunes. Ils ont vraiment le sentiment de se faire fourrer par le système. Join the club !
    J’ai fait une dizaine d’entrevues durant cette recherche d’emploi, sans farce, j’ai vingt-cinq d’expérience dans mon métier, en plus des diplômes et des cours de perfectionnement à n’en plus finir. Je crois que la personne la plus âgée qui m’a interviewée ne devait pas avoir plus de 34 ans. Lors d’une certaine entrevue, je me suis fait remettre à ma place poliment pas un jeunot de 24 ans. La guerre intergénérationnelle ce n’est pas de la fiction. Elle est commencée depuis longtemps.

  16. @ : Sentenza | 13 fév 2012 12:05:28
    Je te donnes presque 100% raison sauf sur un point : l’argent n’est pas le problème quand on envisage ce qui restera pour les futurs pensionnés. Non ce
    n’est pas l’argent. Le véritable problème vient du fait suivant : les gros riches
    mènent la gigantesque partie de « Monopoly ». La grosse game ( jeux ). Tant que
    ce seront les riches qui dirigeront par le biais de nos politiciens marionnettes, ça
    fera de la merde. Mais voilà, lorsque, dans une partie de Monopoly, tout l’argent
    se retrouve dans les poches de 2 joueurs sur 8, on arrête tout et on recommence
    une nouvelle partie. Il est clair que les quelques 1500 super riches dans le monde
    veulent, l’hégémonie, la suprématie, en des mots simples : veulent régner sur un
    bassin d’esclaves. Mais ça ne se fera pas. Nous seront tous forcés de recommencer une nouvelle partie, comme en 1929, non, pire qu’en cette année-là parce que cette catastrophe sera, cette-fois-ci, véritablement mondiale.
    Ne vous en faites pas, mon grand-père est passé au travers. Il en sera de même
    pour les vieux en devenir que vous êtes les jeunes. Les seuls qui seront
    catastrophés seront ceux qui nous piétinent actuellement.
    Un portrait noir, vous direz. Non! Ça fait très longtemps que je me répète qu’un
    jour il me faudra me faire pousser des carottes…….

  17. c est bizare on dit que sa coute chere parce que les gens meurent plus vieux. Dans quelle coin vous vivez les gens meurent de plus en plus jeunes de toute sortes de maladies chroniques. Ceux qui ne meurenent pas sont au lit a la couche a force de consommer des médicaments on va juste qu a faire de la surconsommation avec les personne agées, et c est les médicaments qui est la solution ils ne peuvent consommer autres choses. C est sa la société de consommation.

Les commentaires sont fermés.