L’été au diable la dépense!

Argent_ciel_IS Par Sophie Stival

L’été, on dépense plus et notre plan d’épargne prend le bord, semble-t-il. C’est du moins ce que révèle un sondage TD Canada Trust sur les dépenses estivales des Québécois.

Plus de 8 Québécois sur 10 admettent qu’il y a un certain relâchement dans leurs habitudes de dépense et d’épargne pendant la saison chaude. Quelles sont ces dépenses? Comment peut-on respecter son budget tout en ayant du plaisir?


Des 1000 Canadiens sondés entre le 21 et le 26 juin, le quart résidait au Québec. La majorité de ces Québécois affirme avoir négligé le paiement de leurs factures (46 %), leur budget (38 %) et leur plan d’épargne (32 %) pour profiter du beau temps cette année.

À qui la faute?

Qui doit-on blâmer? Le soleil, les terrasses et les voyages, apprend-on! Les deux-tiers des répondants affirment que « le beau temps les rend plus heureux et plus disposés à dépenser leur argent ou ils disent qu’il y a tellement d’activités en été qu’ils préfèrent se remettre à flot financièrement au cours des mois plus froids ».

Dans les faits, on est plus porté à sortir au restaurant, à prendre un verre sur une terrasse ou entre amis l’été. De même qu’on prend souvent le gros de nos vacances durant cette saison. Et ça signifie qu’il faut ouvrir son portefeuille…

TD Canada Trust en profite pour nous donner quelques conseils pour « profiter de l’été sans compromettre notre plan d’épargne ».

En voici trois qui sont valables en toute saison:

Automatisez vos obligations financières

Mettez en place des virements préautorisés pour les factures régulières et le paiement minimum de vos cartes de crédit. Vous n’aurez alors pas à vous soucier des intérêts et des frais découlant de factures oubliées pendant que vous profitez de l’été. 

Revoyez votre budget

Faites la somme de vos revenus mensuels et soustrayez-y vos dépenses telles que le loyer ou les remboursements hypothécaires, la nourriture, les services publics, les assurances et les factures de carte de crédit de manière à savoir ce dont vous disposez réellement. Soustrayez le montant que vous désirez économiser chaque mois et vous aurez alors un tableau exact de ce qui vous reste pour les dépenses discrétionnaires.

Prenez vos dettes en main

Passez en revue vos factures impayées et vos dettes. Si vos liquidités sont basses et que vous ne pouvez pas faire tous vos paiements, ne payez que le minimum requis. Les dettes portant un intérêt élevé telles que les cartes de crédit devraient avoir préséance. Si vous avez encore de la difficulté à effectuer vos paiements, adressez-vous alors à votre banque pour trouver des moyens de consolider et de gérer vos dettes. 

Dépensez-vous plus l’été que le reste de l’année?

 

8 réflexions au sujet de « L’été au diable la dépense! »

  1. La générosité de l’été fait peur en évoquant l’amour de la vie d’une enfance perdue.
    La dette est le corset de l’âme qui fixe la pensée de l’anxieux…
    Ses conseils financiers alimentent les névroses des anxieux. Plus heureux et économique serait d’aller faire l’amour en nature, sur le Mont-Royal…

  2. « La majorité de ces Québécois affirme avoir négligé le paiement de leurs factures (46 %), leur budget (38 %) et leur plan d’épargne (32 %) pour profiter du beau temps cette année. »
    Ouuaah?!!! Celà en dit long sur une population de plus en plus  » brain-dead ».

  3. La vie est tressante, je me souviens de mon enfance lorsque la Saint-Jean arrivait, après des mois d’hiver et d’efforts à l’école l’été était comme une délivrance. Puis les études supérieures, le travail avec son stress et à nouveau des efforts pour avancer dans la vie.
    Lorsque l’été arive c’est comme une délivrance, la chaleur les jours plus long.
    Autrefois faute d’argent les familles restaient en ville enviaient ceux qui avaient la chance de voyager d’aller au chalet.
    Puis la majorité ayant les moyens voyage va dans les Laurentides ou à Old Orchard, Cape Cod etc..
    Et apparait la carte de crédit et de débit, alors la ma chère plus de limite, nous fermons les yeux et croyons que nous sommes riches.
    Lorsque arrive l’automne les dépenses scolaire pour les familles, puis les facture Chargex l’ancètre de Visa et là c’est l’étranglement pour certains, avons nous vécu au dessus de nos moyens?
    Maintenant le crédit est devenu un piège.
    Les factures sont de plus en plus amère et la retraite pour plusieurs sera triste faute de système de pension, la société s’apauvrie, le Canada s’apauvrie d’année en année selon les experts.
    Conclusion, pour la majorité ayant des responsabilités la sagesse est nécessaire plus que jamais pour se protéger d’une société et d’un système économique qui fait en sorte qu’aucun emploi n’est assuré à long terme.
    Donc il faut changer notre manière de vivre être beaucoup plus sage avec notre argent, trouver un juste milieu et contrôler nos désirs le défi il est là, tout part dans la tête, le danger c’est l’ignorance et le manque de prévoyance. La société est trop changeante pour qu’on puisse lui faire confiance.
    Faire un budget est déprimant, souvent, mais nécessaire.

  4. =====Comment peut-on respecter son budget tout en ayant du plaisir?=====
    Il suffit que chacun des éléments du budjet comporte un montant additionnel cumulé
    semaine après semaines.

  5. —–Qui doit-on blâmer? Le soleil, les terrasses et les voyages, apprend-on!———
    Pourquoi toujours blâmer autre chose que nous ??? C’est de TA faute si tu ne respecte pas ton budget ou si tu ne paye pas tes facture et pas celle de mère nature, du restaurant ni les agences de voyage mais uniquement TOI !!!! Pourquoi c’est si dur en 2011 de vivre selon nos moyen ???? J’en entend déjà dire que c’est parce que la vie coûte cher ou que les salaire sont trop bas bien justement si ton salaire te permet seulement de rouler avec un Honda pourquoi tu vas te chercher une BMW, pourquoi si tu a l’argent pour une TV 40″ pourquoi tu t’achète une 58″ ??? Je pense que c’est parce que la société nous dit que ça nous prend tout tout de suite et à n’importe quel prix. IL y a vraiment un manque d’éducation et je croit que c’est aux parents à éduquer sont enfant en montrant l’exemple à suivre (ou à ne pas suivre).

  6. @David
    Le désir c’est ce qu’il y a de plus puissant, les désirs désordonnés mène à l’amertume, au désordre et souvent à la malhonnêteté.
    Vouloir, désirer c’est dans l’ordre des choses et comme vous dites avec raison vivons selon nos moyens en protégeant ses arrières.

  7. @M. Auguste
    Quand je lit cet article il me vient à l’esprit les parole de 2 chanson.
    « Il avait assez mais en voulait plus » et « C’est quand on n’a plus faim qu’ont commence à se plaindre »
    Et celle là elle est de moi : Il y a ceux qui survivent et ceux qui sur-vivent.

Les commentaires sont fermés.